Femmes leaders : faites grandir votre intelligence émotionnelle

Publié le 10/09/2019 à 13:37

Femmes leaders : faites grandir votre intelligence émotionnelle

Publié le 10/09/2019 à 13:37

Femme

(Photo: 123RF)

Vous souhaitez mieux comprendre le comportement de vos partenaires d’affaires, collègues et employés ? Augmenter votre influence ? L’intelligence émotionnelle est l’un des meilleurs moyens à votre disposition pour interagir avec les autres, selon Geneviève Desautels, présidente de la firme-conseil Amplio Stratégies. « C’est une compétence essentielle pour faire passer ses idées, s’adapter aux transformations, maintenir l’harmonie, obtenir la collaboration des autres et plus encore. » Mme Desautels donnera la formation Intelligence émotionnelle : faites-la grandir et utilisez-la pour un leadership humain et performant, le 10 décembre prochain à Montréal. Cette formation de la série Femmes leaders est présentée par les Événements Les Affaires.

Comment décrire l’intelligence émotionnelle en quelques mots ?

Geneviève Desautels : C’est la capacité d’être, de ressentir ses émotions, de parler et d’agir de façon consciente. C’est aussi la capacité d’avoir conscience des émotions et de la perception du monde de la personne avec qui on interagit. Faire preuve d’intelligence émotionnelle, c’est se décentrer de soi-même pour voir une situation à travers les yeux de l’autre. 

 

Formations Femmes Leaders

 

En quoi l’intelligence émotionnelle peut-elle aider la leader à mieux accomplir son rôle ?

G.D. : Cela l’aide à s’adapter aux autres et d’être ainsi en meilleure posture pour influencer, négocier, vendre, susciter l’engagement, fidéliser, etc. C’est ce qui permet d’avoir du succès. Une leader avec une faible intelligence émotionnelle ne réussira pas à obtenir l’adhésion de ses employés et de ses collaborateurs. Encore moins dans un contexte de rareté et de pénurie de main-d’œuvre. Si j’ai une patronne qui n’a pas d’intelligence émotionnelle, je vais aller voir ailleurs. Cela dit, les femmes n’en ont pas plus que les hommes. Elles ont peut-être tendance à manifester davantage leurs émotions, mais ça ne veut pas dire qu’elles sont plus intelligentes émotionnellement.

Est-ce que l’intelligence émotionnelle se développe ?

G.D. : Oui, bien sûr. Tout comme le leadership, ce n’est pas nécessairement inné. On peut la développer avec de l’introspection, des lectures, des formations. C’est un entraînement du mental. Une grande intelligence émotionnelle permet d’être une leader d’influence. Ce type de leader est à l’écoute de ce que l’autre est prêt à « acheter », que ce soient des idées, des produits, des services, des stratégies, une mission. Qu’est-ce qui est important pour l’autre ? Quelles sont ses motivations ? Si on écoute quelqu’un et qu’on dit sans cesse « oui, mais… », ça signifie qu’on écoute pour répondre plutôt que pour comprendre. Il y a sept grandes étapes pour être une leader d’influence et nous allons les voir lors de la formation.

Vous avez invité à la formation votre collègue, Philippe Richard Bertrand, associé et chef de la croissance chez Amplio Stratégies. Pourquoi ?

G.D. : Philippe, c’est un développeur d’affaires, un entrepreneur qui a créé une dizaine d’entreprises et qui a travaillé son intelligence émotionnelle. Il va nous parler de son cheminement. On fera aussi avec lui une activité interactive qui aidera les participantes à gagner en confiance en matière d’intelligence émotionnelle. Sa présence pour une partie de la journée a aussi comme objectif de déstabiliser un peu notre groupe. Après tout, le leadership au féminin, ça ne se fait pas seulement entre femmes !  

 

Prolongez votre réflexion et découvrez notre livre blanc « 12 lectures inspirantes pour transformer et bonifier votre leadership » :


Sur le même sujet

Quand les femmes dirigent, les entreprises gagnent

Édition du 26 Octobre 2019 | Siham Lebiad

Un nouveau rapport de S&P Global Market Intelligence révèle que les entreprises publiques dirigées par des ...

Bâtir sa marque, l’atout indispensable pour obtenir une promotion

BLOGUE. Il y a dix ans, bâtir sa marque personnelle était un défi que l’on associait principalement aux ...