Besoin d’aide pour nouer des liens d’affaires avec la Nation Crie ?

Publié le 13/03/2019 à 11:58

Besoin d’aide pour nouer des liens d’affaires avec la Nation Crie ?

Publié le 13/03/2019 à 11:58

Si votre entreprise veut faire des affaires dans le Nord, le Secrétariat aux alliances économiques Nation Crie Abitibi-Témiscamingue pourrait bien être un allié de taille. En plus de vous informer sur les pratiques d’affaires et le contexte de la région, le Secrétariat peut vous fournir de précieux contacts. Il est d’ailleurs partenaire de la mission commerciale Objectif Nord des Événements Les Affaires, qui aura lieu du 23 au 26 septembre prochains. Entrevue avec sa directrice des opérations, Chantal Hamelin, qui participera à la mission.

Quels services offre le Secrétariat ?

Chantal Hamelin : Nos services se déclinent sous quatre axes : informer, communiquer, rassembler et échanger. On organise aussi bien des événements d’information et de réseautage que des rencontres privées entre des organismes et des entreprises. En fait, on agit comme un bureau de liaison qui met les gens en relation. Notre mission, c’est de promouvoir des partenariats gagnant-gagnant avec les Cris et d’autres peuples autochtones. Il n’y a pas d’autres organismes comme le nôtre au Québec.

Avez-vous un exemple de partenariat que vous avez facilité ?

C.H. : Un promoteur hôtelier cherchait des investisseurs autochtones pour un projet d’hôtel à Val d’Or. J’ai organisé une rencontre avec la société crie Tawich Development Corporation, de Wemindji. Ç’a cliqué et les nouveaux partenaires ont ouvert l’hôtel Microtel l’été dernier. Ils comptent ouvrir sept autres hôtels au Québec et en Ontario dans les prochaines années. Il faut savoir que les entreprises cries veulent faire des affaires partout. D’ailleurs, Tawich réalise 90 % de ses investissements à l’extérieur de sa communauté.

Un mot sur le Guide du Partenariat que vous venez de lancer ?

C.H. : C’est une mine d’informations pour les entreprises désireuses de faire des affaires avec les Cris. Elles y trouveront tout ce qu’il faut savoir et comprendre avant de se lancer dans l’aventure. Il y a des explications sur les structures du Gouvernement de la Nation crie et sur la Constitution crie, des conseils pour réussir des partenariats avec des entreprises autochtones, des erreurs à éviter, une liste des communautés cries d’Eeyou Istchee Baie-James et bien d’autres choses encore.

Bannière présentant la mission commerciale objectif nord

Vous tenez plusieurs événements. Lequel est le plus couru ?

C.H. : C’est notre Journée maillage annuelle de type speed dating qui a lieu en novembre ou en décembre. C’est l’occasion d’avoir plusieurs rendez-vous de 15 minutes avec des entreprises et des organismes cris. Par exemple, une entreprise a voulu rencontrer la Cree Human Resources Development pour embaucher des travailleurs cris et obtenir des subventions. Il y a aussi un détaillant de Val d’Or qui a conclu une entente avec le magasin général de la communauté crie de Chisasibi pour l’approvisionner en matelas. Cette journée est souvent riche en maillages.

Quel sera le thème de votre prochaine conférence annuelle qui aura lieu en juin à Rouyn-Noranda ?

C.H. : Le Nord et sa logistique. On va parler de la logistique d’approvisionnement, des routes, des aéroports, des infrastructures. On va discuter de ce qui complique et de ce qui facilite la réalisation de projets dans le Nord. L’impact des changements climatiques sur le développement économique est également au programme. Des gens d’affaires des communautés cries, algonquines, inuites, innues et micmaques seront présents. Les minières seront aussi représentées. Les entreprises qui souhaitent bâtir des liens d’affaires avec les Cris peuvent également participer à notre mission d’orientation en août prochain qui permet de visiter des communautés cries et d’échanger avec leurs gens d’affaires.

Sur le même sujet

Biocarburants: les cibles de Québec sont «insuffisantes», selon l'industrie

03/10/2019 | François Normand

Les cibles de Québec pour les biocarburants mettent à risque le projet d'une bioraffinerie évalué à 1G$ à La Tuque.

Comment investir dans le secteur éprouvé de l'énergie

Édition du 21 Septembre 2019 | Dominique Beauchamp

Avec une récession potentielle en vue et des risques climatiques à plus long terme, le secteur de l'énergie et ses ...