Le principe des 3 clous selon Jean Rochette

Publié le 19/04/2016 à 10:53

Le principe des 3 clous selon Jean Rochette

Publié le 19/04/2016 à 10:53

(Photo: 123rf.com)

L’une des choses les plus difficiles à accomplir en tant que gestionnaire est la priorisation des tâches. Combien de fois par jour êtes-vous distrait de vos priorités par un collègue, le téléphone ou une série de courriels tous aussi «urgents» les uns que les autres?

Vous perdez ainsi vos véritables objectifs de vue, ce qui est réellement important à accomplir. Frustrant, n’est-ce pas? En identifiant clairement vos priorités, en les hiérarchisant, votre productivité pourrait passer à l’échelon supérieur! Regardons ensemble comment faire.

L’un des intervenants réputés de l’Institut de leadership en gestion, Jean Rochette, applique un principe infaillible quant à la priorisation: le principe des 3 clous. Il nous raconte que ce principe l’a grandement aidé à plusieurs moments clés de sa carrière. Que ce soit en gestion de crise alors qu’il était PDG de Ralston Purina en France, ou comme président-propriétaire de la compagnie Les Produits Neptune alors que la crise économique frappait les manufacturières canadiennes de plein fouet, les trois clous se sont avérés d’une grande utilité.

En quoi consiste ce fameux principe des 3 clous? Sous ce postulat, vous devez vous concentrer sur un maximum de 3 priorités à la fois, en accordant au moins 50% de votre temps à ces préséances. Chaque action posée au cours de votre journée de travail doit enfoncer systématiquement ces 3 priorités. L’image est forte! Lorsque l’un des clous est solidement planté, vous pouvez le remplacer par une autre priorité… mais n’allez jamais au-delà de 3! Pourquoi? Nous ne voudrions pas perdre de vue nos véritables buts. Après tout, en frappant trop de clous à la fois, il n’y en a pas un seul que l’on réussit à enfoncer jusqu’au bout.

Maintenant, comment catégoriser ces nombreuses obligations qui vous assaillent? Débutez par subdiviser vos priorités en deux groupes distincts: les tâches importantes et les tâches urgentes. Sachez qu’une tâche urgente n’est pas nécessairement importante. M. Rochette aime rappeler aux gestionnaires que «trop d’entre eux se font une fierté d’avoir répondu à tous leurs courriels dans la journée.» Est-ce vraiment prioritaire? Se poser la question, c’est y répondre… 

Diagnostiquez objectivement ce qui est essentiel pour l’entreprise de ce qui ne l’est pas. Déléguez les «urgences» non-prioritaires à un subalterne qui pourra s’acquitter de ces tâches. Si vous menez votre barque à personnel réduit, faites tout simplement perdre quelques rangs à cette soi-disant urgence.

En tant que gestionnaire, la priorisation des tâches n’est pas une mince affaire. Elle demande de la discipline. En appliquant le principe des 3 clous, vous vous simplifierez grandement la vie, tout en allouant vos ressources humaines & financières et vos énergies aux vraies priorités. À présent, je vous suggère de prendre un instant pour réfléchir à comment vous pourriez opérer ce changement de paradigme. En enfonçant un clou à la fois, vous deviendrez encore plus efficace dans l’atteinte de vos objectifs!

La semaine prochaine, nous poursuivrons avec la valorisation de la plus-value de votre entreprise. À cet effet, monsieur Jean Rochette, celui qui passe maintenant l’ensemble de son temps à partager son savoir-faire et ses connaissances avec les entrepreneur(e)s qu’accompagnent le Fonds Manufacturier Québecois, partagera son expérience. Bonne semaine!

À propos de ce blogue

Éric Paquette est Président-cofondateur de l'Institut de leadership en gestion (www.institutleadership.ca), une école de formation de haut niveau destinée aux gestionnaires québécois où plusieurs personnalités de renom viennent partager leur expérience. «S'inspirer pour mieux gérer» est un blogue qui présente des cas vécus et en fait sortir un principe ou un modèle s'appliquant à d'autres situations en contexte de gestion.

Éric Paquette

Blogues similaires

Et si on donnait des cours de savoir-vivre entrepreneurial...

21/01/2020 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Il manque un point essentiel à la formation de nos aspirants dirigeants: le savoir-vivre entrepreneurial.