Attention au syndrome du brochet!

Publié le 31/05/2016 à 11:30

Attention au syndrome du brochet!

Publié le 31/05/2016 à 11:30

Vous avez peut-être entendu parler de cette expérience où un brochet a été placé dans la moitié d’un grand aquarium en compagnie d’une panoplie de petits poissons pataugeant librement (et visiblement) dans l’autre moitié; celle-ci séparée par une vitrine transparente. Les brochets affamés tentaient d’attraper les vairons, mais se butaient obstinément à la plaque de verre. Au bout d’un certain temps, les brochets ont abandonné la lutte. La vitre retirée, les vairons se sont joints aux brochets, mais ceux-ci avaient tellement renoncé au combat qu’ils ne les chassaient même plus. Cette réaction se nomme le syndrome du brochet. 

La première fois que j’ai entendu parler de cette expérimentation est par l’entremise de Sylvie Geneau, intervenante à l’Institut de leadership en gestion et spécialisée en créativité et innovation. Ce fut pour moi une véritable révélation, car à un moment ou à un autre de nos vies professionnelles, nous avons tous souffert (ou nous souffrirons tous) de ce syndrome. Puisque l’être humain est souvent, pour le meilleur ou pour le pire, la somme de ses expériences passées, il cherche souvent à ce que les mauvaises ne se répètent plus jamais. 

Par exemple, vous est-il déjà arrivé d’être anéanti après avoir vécu une expérience négative lors d’une prise de parole en public? Avez-vous déjà ressenti un fort sentiment d’humiliation après avoir essuyé un «non» catégorique lors d’un processus de vente? Si la réponse est oui à ces questions, vous avez été sûrement réticents à «vivre» de nouveau ce type de sensations désagréables. La peur d’être blessé ou de ressentir des émotions déplaisantes prend souvent le dessus… malheureusement.

Dans la vie de tous les jours comme en entreprise, les choses bougent à un train d’enfer. Une situation perçue comme étant dévastatrice, il n’y a pas si longtemps, peut se transformer promptement en une occasion en or de dépassement de soi. Il s’agit alors de faire les choses différemment et de percevoir cet incident perturbateur sous un autre angle. 

Mais pour quelles raisons le syndrome du brochet se manifeste-t-il? Ignorer la possibilité d’agir autrement, la conviction entêtée de détenir une connaissance parfaite d’une situation, des réactions extrapolées inutilement, un attachement au passé, le refus de considérer d’autres alternatives et l’incapacité de bien réagir sous l’influence du stress sont les causes qui favorisent l’apparition de ce syndrome. 

Alors, si vous êtes gestionnaire, il faut faire bien attention de ne pas transmettre ces comportements à vos employés. Si vous répondez négativement aux nouvelles initiatives de vos collaborateurs, vous adoptez tristement le rôle de la «vitre». Ainsi, vos effectifs cesseront de vous proposer des idées innovatrices et à long terme, votre organisation en subira les conséquences. Et lorsque l’on gère le changement, il faut garder bien en tête ce principe. Pour cette raison, il est primordial de bien se connaître soi-même et accepter sereinement que vos collègues, employés et supérieurs subissent eux aussi les affres du syndrome du brochet. 

Heureusement, l’être humain ne se comporte pas toujours comme un simple poisson! Nous détenons en main toutes les capacités requises afin de bien identifier nos «vitres» limitatives et s’exercer immédiatement à les «casser». Après tout, il y a une multitude d’histoires à succès qui se sont amorcées par une mauvaise expérience! 

À propos de ce blogue

Éric Paquette est Président-cofondateur de l'Institut de leadership en gestion (www.institutleadership.ca), une école de formation de haut niveau destinée aux gestionnaires québécois où plusieurs personnalités de renom viennent partager leur expérience. «S'inspirer pour mieux gérer» est un blogue qui présente des cas vécus et en fait sortir un principe ou un modèle s'appliquant à d'autres situations en contexte de gestion.

Éric Paquette

Blogues similaires

Télétravail... attention, danger!

07/07/2020 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Bien que je reconnaisse que cette option puisse convenir à certains, pour ma part, j’abdique.