Conquérir le «feedback»

Publié le 11/02/2020 à 18:42

Conquérir le «feedback»

Publié le 11/02/2020 à 18:42

Qu’en serait-il s’il s’agissait de conquérir le «feedback» sur soi plutôt que sur son projet? (Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. On sait tous que recevoir du feedback positif, ça motive et ça fait du bien. Comme on sait qu’en donner, c’est important pour mobiliser une employée ou un employé, une équipe. Pourtant, ça ne va pas toujours de soi; dans le tourbillon de la vie, on pense beaucoup de belles choses qu’on ne dit pas. 

Alors si on ne dit pas toujours le bien qu’on pense, on est encore plus économes des commentaires constructifs, qui exigent un certain doigté, une réflexion dans la manière d’énoncer et souvent même, du courage. 

Il y a une personne dans l’entreprise qui est le plus à risque de subir le silence ou les faux-semblants: le ou la chef. Les directeurs aussi, mais le ou la chef en particulier. 

Marc Dutil, président et chef de la direction de Canam, m’a déjà dit un jour que les gens ont peur de déplaire au chef et évitent de lui dire tant de choses qu’il devrait savoir.  

Récemment dans une formation, Yvon Charest, ancien président et chef de la direction d’iA, incitait les participants à conquérir le feedback. Une responsabilité du ou de la leader, selon lui. Au fond, puisque les gens n’oseront pas nécessairement d’emblée être franc avec vous, être proactif et solliciter son entourage tient du devoir! Aussi, faire l’effort d’aller chercher la perspective de personnes très différentes de soi, qui analysent autrement, va enrichir la réflexion. 

J’ai mesuré le poids des mots de M. Charest des semaines plus tard quand notre dg m’a demandé ce que nos clients pensaient d’un nouveau projet. Un court silence a suivi… je ne le savais pas! On porte un projet, on est dans son enthousiasme, les statistiques sont positives et on peut se dire que tout va bien. Qu’en est-il des possibilités d’amélioration ? Les statistiques sont muettes. On ne leur donnera sens que si on va chercher des données qualitatives. Que si on tend l’oreille à ce que les utilisateurs ont à dire.  

Récemment dans une formation, Yvon Charest, ancien président et chef de la direction d’iA (au centre de la photo), incitait les participants à conquérir le «feedback». (Photo: courtoisie EEB)

Simple comme bonjour ? Oui et non. Si on a une distance avec le projet, tout va. Si on est toutefois en amour avec le projet, si on a peur de ce qui va arriver en cas d’échec, notre capacité à écouter et à rechercher le feedback est d’autant diminuée.  

Si je vous parle d’un projet de création de contenus. Depuis le moment de silence observé par ma directrice générale, je pose des questions sur celui-ci à chaque fois que l’occasion s’y prête. Je constate qu’au-delà des commentaires du type «j’aime ça», quand on creuse un peu, à savoir «pourquoi?» et«qu’est-ce qui serait utile?», les gens ont souvent du mal à élaborer. Tout de même, je recueille des indices utiles. 

Revenir à soi?

Qu’en serait-il s’il s’agissait de conquérir le feedback sur soi plutôt que sur son projet ? Du feedback authentique sur nos comportements de leader, sur notre manière de gérer, sur notre attitude, sur l’impact que l’on crée. Hum! Pas aussi facile, n’est-ce pas ? Il faut vaincre des peurs beaucoup plus grandes, avoir une sacrée dose d’humilité et un minimum de confiance. En soi et en son entourage. Avoir la capacité de faire la part des choses dans ce qui est dit, de prendre ce qui fait sens pour soi et d’évoluer grâce aux reflets que les miroirs nous renvoient.  

La volonté d’évoluer comme leader est intimement liée au courage nécessaire pour partir à la conquête du feedback. Quels avantages verriez-vous à faire les premiers pas vers cette conquête ? À qui demanderez-vous en premier de vous donner un reflet ? Saurez-vous dire merci, sans tomber dans la justification ?

À propos de ce blogue

ENTREPRENEURS ÉCLAIRÉS est le blogue de Valérie Lesage, chef du Centre de l'intelligence entrepreneuriale à l’École d’entrepreneurship de Beauce, dont la mission est de stimuler l'intelligence entrepreneuriale, à l'école et à l'extérieur de l'école. Ex-journaliste, tête de communication, formée aussi en coaching de gestion, Valérie baigne dans le monde de l'entrepreneuriat depuis plusieurs années. Elle se sert des histoires pour créer un monde meilleur — un mot à la fois. Moins de préjugés, plus de solidarité, plus d'inspiration, plus de réflexions: voilà vers où ce blogue veut vous amener!

Sur le même sujet

Balado PME: on se dit les vraies affaires

27/02/2020 | lesaffaires.com

Entrepreneurs, quelles sont les questions que vous n'avez jamais osé poser? Nous voulons le savoir!

À la une: liés en amour... et en affaires

Édition du 12 Février 2020 | Les Affaires

En manchette cette semaine, découvrez les lauréats des prix PDG de l’année «Les Affaires».

Blogues similaires

L'avion est à réinventer... et c'est une véritable mine d'or!

25/02/2020 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. L’aviation n'a pas évolué drastiquement au fil des dernières décennies. Pourquoi?

Garder la tête haute en entrant dans la «maison des exclus»

11/12/2019 | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. Retour sur une soirée d'élimination qui a finalement été le début d'une grande aventure.

Lettre à tous ces chefs qui ne savaient pas

Édition du 12 Février 2020 | Robert Dutton

CHRONIQUE. Je suis généralement sceptique quand je vous entends clamer votre ignorance.