Êtes-vous un employé boomerang?

Publié le 08/06/2021 à 07:00

Êtes-vous un employé boomerang?

Publié le 08/06/2021 à 07:00

(Photo: Mayofi pour Unsplash)

BLOGUE INVITÉ. Si votre ancien employeur vous appelait aujourd’hui pour vous demander de revenir, que répondriez-vous ? Les raisons qui vous ont poussées à partir ont-elles évoluées ? Dans quel rôle et avec quels avantages seriez-vous prêt à réintégrer l’entreprise ?

Si vous êtes un employé compétent qui sait gérer ses relations professionnelles, les chances sont grandes que vous receviez un coup de fil de votre ancien employeur. L’attraction de talents est extrêmement compétitive en ce moment.

Au-delà du maintien des relations cordiales avec ses alumni, il sera de plus en plus fréquent et nécessaire pour les entreprises de faire appel à d’anciens employés qui sont partis pour les bonnes raisons. Il y a plusieurs avantages à ce type d’embauche, notamment :

 

 

  1. ils connaissent la culture et ont démontré leur capacité à y évoluer ;
  2. ils ont déjà des relations avec d’autres employés, ce qui favorise l’intégration rapide et la collaboration efficace ;
  3. ils connaissent les clients de l’entreprise, un net avantage pour les firmes-conseils ;
  4. ils sont motivés s’ils décident de revenir, et performent généralement mieux que les autres.

 

 

La leçon ici est donc simple : si vous ne pouvez maintenir le lien d’emploi avec un employé, maintenez la relation.

Selon une étude de LinkedIn, le temps moyen passé dans un même emploi est de 4,1 ans, et seulement de 2,8 ans pour les 25-34 ans.

Les talents futurs, les employés actuels et les anciens employés deviennent des acteurs essentiels qui gravitent dans ce que l’on appelle désormais la communauté de talents d’une entreprise.

 

Le cas de Patrice : un employé boomerang 

Le cas de Patrice Lavoie, dont je vous ai parlé ici, est intéressant. Il a été pour Loto-Québec ce que l’on appelle un employé-boomerang. Il a travaillé pour l’organisation à trois moments différents de sa carrière (2005-2007, 2008-2011 et 2016-2021). Ses fonctions ont évolué à chacun de ses rôles, passant de conseiller, à conseiller principal et enfin directeur des relations publiques de toute l’organisation. La qualité de sa relation avec l’organisation en a fait un candidat de premier choix à toutes ces reprises. Quel bel exemple de maturité, d’engagement et de respect, tant de sa part que de celle de Loto-Québec.

 

Mais de quoi ça aura l’air dans mon CV ?

Tout dépend des raisons de votre départ. Vous devez être en mesure de démontrer une trame narrative logique entre chacun de vos changements de poste.

Si vous avez simplement été opportuniste en sautant sur une occasion alléchante sans faire vos vérifications préalables, le recruteur le saura et vous ne gagnerez pas de points. Toutefois, si votre départ était une décision proactive de votre part pour aller chercher de nouvelles compétences, par exemple, ça s’inscrit très bien dans votre progression de carrière.

En conclusion, tant pour les employeurs que pour les employés, la façon dont vous terminez le lien d’emploi est particulièrement importante. Et dorénavant, vous devrez aussi entretenir la relation. On ne sait jamais !

 

Sur le même sujet

La pénurie de main-d'oeuvre s'aggrave au Québec et au Canada

Le taux de postes vacants a augmenté de 14,4% au premier trimestre par rapport à l'an dernier dans la province.

À la une: prendre un p'tit coup d'ici, c'est agréable!

Édition du 16 Juin 2021 | Les Affaires

À l’heure du déconfinement et alors que l’été s’annonce festif, plongée dans une industrie en pleine effervescence.