Le rallye de fin d'année est déjà enclenché

Offert par Les Affaires


Édition du 27 Octobre 2021

Le rallye de fin d'année est déjà enclenché

Offert par Les Affaires


Édition du 27 Octobre 2021

Jin Li propose donc de conserver les titres à dividendes croissants tels que Thomson Reuters (TRI). (Photo: 123RF)

ANALYSE. Rien ne semble arrêter le mouvement haussier. Pas la montée des taux obligataires, pas le fort ralentissement économique aux États-Unis et en Chine, pas les ruptures d’approvisionnement qui font grimper les prix, pas la flambée des prix du pétrole ni le retrait imminent des injections de liquidités par la Réserve fédérale américaine (Fed). 

À Toronto, l’indice S&P/TSX s’est offert un nouveau sommet le 19 octobre tandis que les trois grands indices américains sont tous à 1,7% ou moins de leur record respectif.

Tout semble pointer vers le «rally» de fin d’année qui commence historiquement à la fin d’octobre, après le remaniement des ventes pour des fins fiscales. 

La Bourse semble portée par deux forces. La remontée des taux obligataires depuis juillet et l’appréciation de plusieurs ressources naturelles clé suggèrent que l’économie mondiale continue de s’améliorer grâce à l’assouplissement des mesures sanitaires. 

Pour l’instant, cette perception importe plus pour la Bourse que l’éventuel resserrement monétaire de la Fed, déjà devancé par d’autres banques centrales. 

Les gestionnaires mondiaux de portefeuille prévoient une première hausse du taux directeur américain en novembre 2022, selon le plus récent coup de sonde de Bank of America Securities (BofA Securities) effectué auprès de 430 d’entre eux. 

La force d’attraction des actions tient au fait qu’elles résistent mieux que les obligations à l’inflation et à la hausse des taux. C’est aussi pourquoi la répartition en obligations des pros n’a jamais été aussi faible, rapporte aussi le sondage mensuel du courtier. 

Pour le moment, les revenus des entreprises semblent croître assez vite pour contrer en bonne partie le sursaut des dépenses d’approvisionnement et de transport.

Les consommateurs et les entreprises sont encore dépensiers après une période d’épargnes forcée. Certains observateurs attribuent d’ailleurs les ruptures d’approvisionnements au fait que toutes les commandes affluent en même temps, de peur de manquer de biens pour les fêtes. 

Robert Kavcic, de BMO Marchés des capitaux, rappelle que l’économie connaît un rare double choc, soit un sursaut de la demande que la chaîne d’approvisionnement peine à satisfaire. Les dépenses pour les biens de consommation, sans l’effet de l’inflation, dépassent de 9,5 % celles qui prévalaient en 2019, précise l’économiste.

Ce déséquilibre fait en sorte que la majorité des pros sondés (69 %) juge encore que l’inflation se révélera transitoire, bien que 38 % d’entre eux craignent désormais que la hausse des prix ne perdure.

Si les actions restent leur placement préféré, les gestionnaires mondiaux ne leur accordent pas plus de place en portefeuille qu’au mois dernier. L’encaisse moyenne de 4,7 % des portefeuilles est aussi la plus élevée en 12 mois, rapporte BofA Securities, ce qui procure un coussin pour parer aux imprévus et pour sauter sur les occasions. Quelque 27 % des gestionnaires disent détenir plus de liquidités que la normale. 

Les fonds monétaires cumulent un actif de 4 500 milliards de dollars américains (G$ US) en octobre. C’est plus que le total de 4 200 G$ US observé au plancher pandémique de mars 2020, précise Stephen Suttmeier, de BofA Securities. L’analyste y voit des munitions potentielles pour alimenter le « rally » annuel de fin d’année.

Si les actions américaines ont encore la cote et que les actions européennes redeviennent populaires, celles des marchés émergents sont les plus boudées depuis septembre 2018, principalement à cause de multiples inquiétudes qui planent sur l’économie chinoise.

 

Deux occasions parmi les titres à dividendes croissants

Pendant que les pros misent sur les ressources naturelles et les industries cycliques qui bénéficient de la réouverture de l’économie mondiale et du retour de l’inflation, Jin Li, analyste quantitatif à BMO Marchés des capitaux, croit que des occasions se pointent dans le segment négligé des sociétés canadiennes qui versent des dividendes croissants. 

Ces sociétés semblent être tirées vers le bas par leurs cousines du secteur des titres à dividendes élevés, dont la valeur se déprécie lorsque les taux remontent, comme c’est le cas actuellement. 

Jin Li propose donc de conserver les titres à dividendes croissants tels que Thomson Reuters (TRI, 145,60 $), Constellation Software (CSU, 2202,77 $), Stantec (STN, 61,55 $) et Westshore Terminals (WTE, 26,68 $), qui se classent bien en fonction de critères de qualité et qui bénéficient déjà d’un bel élan en Bourse. 

L’analyste suggère d’y greffer deux titres canadiens offrant un profil de croissance de qualité, mais qui sont tombés en défaveur, soit Magna International (MG, 102,59 $) et Restaurants Brands International (QSR, 75,54 $). 

Jin Li croit que les titres qui versent des dividendes croissants pourraient bénéficier d’un éventuel retour des investisseurs si le ralentissement chinois ternissait les placements cycliques.

À propos de ce blogue

La Sentinelle de la Bourse se veut un blogue pour les investisseurs qui s¹intéressent aux rouages de la Bourse et aux marchés financiers. Son objectif : surveiller et débusquer des repères financiers pertinents pour prendre le pouls des Bourses et ainsi mieux aiguiller les décisions de placement de l¹investisseur.

Dominique Beauchamp
Sujets liés

Économie , Bourse

Sur le même sujet

Les titres boursiers qui ont retenu l'attention cette semaine

03/12/2021 | lesaffaires.com

Voici les titres boursiers et rapports d'analystes qui ont retenu l'attention cette semaine.

DocuSign s'effondre en Bourse alors que se dissipe le boom lié à la pandémie

03/12/2021 | AFP

Le titre de DocuSign chutait d'environ 40% à Wall Street après avoir prévenu que sa croissance allait se tasser.

Blogues similaires

Bourse: cinq entreprises technologiques qui offrent un bon potentiel de croissance

03/12/2021 | Denis Lalonde

BALADO. Les entreprises Cognizant, CGI, Converge, Quisitive et Alithya offrent un bon potentiel, dit Vincent Fournier.

Le danger du dogmatisme

03/12/2021 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Souvent, la justification voulant qu’«on a toujours fait les choses comme ça» ne tient pas la route.

Verizon, le nouveau défi de Manon Brouillette

Édition du 16 Juin 2021 | Stéphane Rolland

ANALYSE. La notoriété a une dimension régionale. La nomination de Manon Brouillette à la ...