Fonds canadiens ESG: la vigilance est de mise


Édition du 08 Mars 2023

Fonds canadiens ESG: la vigilance est de mise


Édition du 08 Mars 2023

(Photo: 123RF)

ANALYSE. L’une des règles d’or du placement est certainement de savoir ce dans quoi on investit. Avec la multitude de fonds qui cherchent à capter les thèmes les plus en vue, ce précepte devient vraiment incontournable.

Il incombe à l’investisseur de bien connaître ses placements pour s’assurer qu’ils respectent les objectifs et les valeurs recherchés, mais aussi pour s’éviter de mauvaises surprises qui pourraient entraîner à l’avenir de mauvaises décisions lors d’un moment de dépit ou de panique.

Qui n’a pas regretté d’avoir investi dans l’impression 3D, le cannabis ou encore la génomique par exemple ?

 

Quelques surprises

Un rapport récent de Marchés des capitaux CIBC dresse un portrait de l’ensemble des fonds canadiens qui respectent les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) offerts au Canada, à partir d’une compilation des données individuelles des fonds réper-toriés par Refinitiv Lipper.

Depuis la création des fonds d’investissement et des fonds négociés en Bourse (FNB) ESG, les investisseurs canadiens ont confié 50 milliards de dollars à ceux-ci, soit 1,5 % de l’univers mondial des fonds ESG. «Puisque la majorité de ces fonds sont principalement basés en Europe, cette part de marché mondiale est fort respectable», juge Ian de Verteuil, stratège en actions de ce courtier.

On y apprend que les trois quarts des actifs sous gestion sont investis dans des actions et le reste dans des fonds de titres à revenu fixe, dont les nouvelles obligations vertes du Québec, de l’Ontario ainsi que celles du Canada.

Étant donné la petite taille de la Bourse canadienne et surtout la moins bonne représentativité de certains secteurs, les fonds ESG offerts aux Canadiens investissent fortement à l’étranger. En fait, seulement 20 % de ces fonds canadiens ciblent des actions canadiennes.

Plus de la moitié des fonds ESG canadiens investissent mondialement tandis que 16 % ciblent les actions américaines.

 

Composition concentrée

Autre révélation:la technologie, le secteur industriel et la finance composent la majorité des placements des fonds canadiens ESG, qui possèdent des secteurs de l’énergie (3,7% des placements) et des ressources naturelles (7,1 %) que la moyenne des fonds ESG dans le monde. Ian de Verteuil ne s’en formalise pas trop, compte tenu de la composition sectorielle de la Bourse canadienne, qui diffère de celle de l’indice MSCI Monde tous les pays, notamment dans le secteur de la santé. Au Canada, le secteur de la santé compte surtout des producteurs de cannabis.

Certains placements favoris pourraient néanmoins surprendre bien des investisseurs.

Les colosses américains de la technologie Microsoft (MSFT, 248,16 $US), Alphabet (GOOGL, 90,59 $US), Apple (AAPL, 146,80 $US) et Amazon (AMZN, 92,97 $US) figurent parmi les treize principaux placements des fonds d’actions ESG canadiens. Sans débattre du mérite de détenir de tels titres dans les fonds d’investis-sement responsable, l’investisseur peut au minimum se demander s’il ne possède pas déjà ces titres ailleurs dans ses placements et aussi si ces placements respectent ce qu’il cherche à accomplir globalement avec son portefeuille.

Ces sociétés ont en effet été emportées dans le maelstrom des titres à forte croissance l’an dernier, qui ont plus souffert que d’autres de la hausse des taux d’intérêt qui déprécie la valeur de leurs futurs profits. L’indice Nasdaq, dominé par la technologie, a perdu le tiers de sa valeur l’an dernier, par rapport au déclin de 8,7 % de l’indice S&P/TSX.

Les placements favoris incluent aussi quatre des six grandes banques canadiennes ainsi que les deux chemins de fer Canadien National (CNR, 157,73 $) et Canadien Pacifique (CP, 105,29 $). Ian de Verteuil attribue tout simplement la préséance de tous ces géants au fait que leur valeur boursière monstre permet aux fonds ESG de mettre leurs milliards de dollars de capitaux au travail rapidement.

Il revient à chacun d’investir en fonction de ses valeurs et de ses objectifs personnels sans toutefois perdre de vue les risques sectoriels ou de redondance de ses placements afin de mieux gérer ses attentes de performance.

C’est trop souvent lorsqu’un fonds ou un placement ne performe plus que l’investisseur panique et vend au pire moment plutôt que d’analyser ce qui cloche et de garder la tête froide.

Étant donné la petite taille de la Bourse canadienne et surtout la moins bonne repré- sentativité de certains secteurs, les fonds ESG offerts aux Canadiens investissent fortement à l’étranger.

En fait, seulement 20 % de ces fonds cana-diens ciblent des actions canadiennes.

7,05 M$. Un rapport de IBM X-Force soutient que les cyberattaques contre les entreprises canadiennes en 2022 ont coûté en moyenne 7,05 millions de dollars par incident, un sommet historique. Les secteurs de l’énergie, des services financiers et du commerce de détail ont été particulièrement ciblés.

À propos de ce blogue

La Sentinelle de la Bourse se veut un blogue pour les investisseurs qui s¹intéressent aux rouages de la Bourse et aux marchés financiers. Son objectif : surveiller et débusquer des repères financiers pertinents pour prendre le pouls des Bourses et ainsi mieux aiguiller les décisions de placement de l¹investisseur.

Dominique Beauchamp
Sujets liés

Économie , Bourse

Sur le même sujet

Fortes augmentations de rémunération pour les PDG en 2023

«Les conseils d’administration souhaitent récompenser et retenir les PDG.»

OBNL: le sentiment d’imposture bien plus présent chez les femmes que les hommes

28/05/2024 | Emmanuel Martinez

Le sentiment d’imposture est plus présent chez les femmes que chez les hommes qui siègent sur les CA d’OBNL québécoises.

Blogues similaires

Bourse: Dollar Tree, Dollarama et... Donald Trump!

07/06/2024 | Denis Lalonde

BALADO. Les investisseurs devraient ignorer les élections américaines, dit François Rochon.

Des recommandations de lectures pour l'été

07/06/2024 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. S’il y a une sphère où l’âge ne m’a pas encore ralenti (contrairement au tennis!), c’est bien la lecture.

Verizon, le nouveau défi de Manon Brouillette

Édition du 16 Juin 2021 | Stéphane Rolland

ANALYSE. La notoriété a une dimension régionale. La nomination de Manon Brouillette à la ...