Cinq Gauloises qui résistent à la Bourse de Toronto

Publié le 22/06/2012 à 13:32, mis à jour le 22/06/2012 à 14:02

Cinq Gauloises qui résistent à la Bourse de Toronto

Publié le 22/06/2012 à 13:32, mis à jour le 22/06/2012 à 14:02

BLOGUE. Il est toujours révélateur de regarder les titres qui résistent bien à une glissade boursière généralisée, surtout hors des refuges traditionnels que sont les fournisseurs d’électricité ou encore les fournisseurs de services de télécommunications.

Le jeudi 21 juin nous a fourni cette occasion puisque l’indice S&P/TSX de la Bourse de Toronto a connu sa pire séance depuis novembre 2011, pliant de 3 % sous le poids d’une série de données économiques attestant d’un ralentissement de la cadence économique, tant en Chine, qu’aux Etats-Unis et en Europe.

« Les Etats-Unis sont censés être le dernier rempart des investisseurs. S’ils flanchent aussi, les investisseurs se demandent ou se réfugier », a évoqué Frances Donald, économiste de Brockhouse Cooper, au quotidien Globe & Mail.

Cinq entreprises canadiennes ont fait fi du pessimisme ambiant, atteignant de nouveaux sommets en Bourse, le 21 juin : Alimentation Couche-Tard (ATD.b, 45,75 $), Brookfield Asset Management Tor., BAM, 33,73 $), Canadien National (Tor., CNR, 87,60 $), ShawCor (Tor., SCL.A, 35,95 $), et Westjet Airlines (Tor., WJA, 16,04 $).

Ces sommets, depuis 52 semaines, témoignent de la solidité de leurs perspectives de croissance et de la confiance des investisseurs envers leur mode de fonctionnement.

Les actions de Telus Corp. ont aussi atteint un nouveau sommet, mais le titre du deuxième fournisseur de télécommunications au pays est un titre refuge classique quand la Bourse flanche.

Alimentation Couche-Tard a finalement pu mettre la main sur le principal exploitant scandinave de dépanneurs Statoil Fuel & Retail, incitant plusieurs analystes à relever leur cours-cible pour l’exploitant de dépanneurs.

Ainsi, Vishal Shreedhar, de Financière Banque Nationale, a augmenté ses prévisions de bénéfices de 5 % pour 2013 (à 3,17 $ par action) et de 8 % pour 2014 (à 3,61 $). Il fait passer son cours-cible de 45 à 49 $ bien qu’il s’attende à plus de volatilité dans les résultats et l’action de Couche-Tard en raison de son endettement accru, de la part croissante de la vente d’essence et l’intégration de Statoil.

À propos de ce blogue

La Sentinelle de la Bourse se veut un blogue pour les investisseurs qui s¹intéressent aux rouages de la Bourse et aux marchés financiers. Son objectif : surveiller et débusquer des repères financiers pertinents pour prendre le pouls des Bourses et ainsi mieux aiguiller les décisions de placement de l¹investisseur.

Dominique Beauchamp
Sujets liés

Économie , Bourse

Blogues similaires

Bombardier et Groupe MTY de retour au sein du S&P/TSX, est-ce si positif?

17/09/2021 | Denis Lalonde

BALADO. Bombardier et MTY feront un retour dans l'indice phare de la Bourse de Toronto, le S&P/TSX, le 20 septembre.

Que faire avec un titre qui s'est fortement apprécié?

17/09/2021 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Le risque de «couper les fleurs et arroser les mauvaises herbes» est bien présent en Bourse.

Verizon, le nouveau défi de Manon Brouillette

Édition du 16 Juin 2021 | Stéphane Rolland

ANALYSE. La notoriété a une dimension régionale. La nomination de Manon Brouillette à la ...