Aritzia entre en Bourse à trois fois ses revenus

Publié le 07/09/2016 à 06:22

Aritzia entre en Bourse à trois fois ses revenus

Publié le 07/09/2016 à 06:22

Photo: Bloomberg

Si les vêtements d’Aritzia font rêver les accros de la mode et que ses ventes de 1465$ le pied carré font rager d’envie ses rivales, l’entrée en Bourse du détaillant de Vancouver pourrait moins plaire aux investisseurs.

Encore une fois, ce premier appel public à l’épargne s’accompagne d’une évaluation plus que généreuse qui enrichira ses propriétaires, la famille Hill et l’investisseur Berkshire Partners.

La société n’obtiendra aucun des 285 à 327M$ qui seront récoltés. Ces deux actionnaires continueront aussi de contrôler 96% du détaillant grâce à leurs actions à dix droits de vote chacune.

Aritzia compte écouler de 20 à 23 millions d’actions à un prix variant entre 14$ et 16$ l’action.

Une telle émission donnerait une valeur boursière de 1,5 à 1,7 milliard de dollars au commerçant trentenaire, soit un multiple presque trois fois les revenus de 571M$, un ratio de 16 à 18 fois le bénéfice d’exploitation de 93,8M$ de 2016 et un multiple de 32 à 36 fois le bénéfice de 47,1M$ dégagé en 2016.

Plus cher que Dollarama

Ce genre d’évaluation est normalement réservé aux entreprises les plus performantes telles que le détaillant Dollarama(Tor., DOL,100,22$), par exemple, qui se négocie à un multiple de 28,7 fois ses bénéfices de 2017.

Ce marchand peut toutefois se targuer d’un rendement de l’avoir des actionnaires de 85% et d’un rendement du capital de 34%. Les marges nettes de 14,5% de Dollarama se comparent à celles de 8,3% d’Aritzia.

Dollarama a aussi accru son dividende à un rythme annuel de 15% depuis 3 ans, alors qu’Aritzia n’a pas l’intention d’en verser un.

Le détaillant de vêtements griffés, qui préfère se décrire comme une «maison de la mode» avec ses 13 marques, a évidemment une belle feuille de route à présenter.

Depuis 2005, ses revenus ont crû à un rythme annuel composé de 20% et son bénéfice d’exploitation, de 25%,

La progression des ventes comparables des magasins ouverts depuis plus d’un an dépasse 10%, depuis huit trimestres.

De plus, il faut compter seulement 18 mois pour qu’une nouvelle boutique rembourse le capital investi de 2,5M$.

La société vise aussi à doubler ses revenus à 1,2 milliard de dollars et à tripler son bénéfice net à 130M$, d’ici 2021.

Ses projets prévoient notamment l’ouverture de 20 à 30 boutiques et la rénovation de 20 à 25 autres, d’ici 2021.

Aritzia vend en ligne depuis 2013 et compte faire passer la proportion de ces ventes de 12% à 25% de son chiffre d’affaires.

La société termine aussi les derniers préparatifs de son site de cybercommerce international.

Cet automne, l’entreprise lance un service d’expédition sur les marchés internationaux en vue de jeter les bases d’une future croissance à l’étranger, grâce à la récolte de données sur les achats des consommatrices.

D’éventuels sites transactionnels en langue et monnaie locales pourraient guider à leur tour l’implantation physique de boutiques à l’étranger.

L’expérience David’s Tea

On connaît aussi le sort qu’a réservé la Bourse au marchand Les Thés David’s Tea(Nasdaq, DTEA,13,43$US).

Après une poussée rapide de 40% jusqu’à 29,60$US à sa première séance en Bourse en juin 2015, son action se négocie encore sous son prix d’émission de 19$US, 15 mois plus tard.

Il faut dire que Les Thés David's Tea a amorcé ses premiers pas en Bourse avec une valeur boursière de 697M$US, soit plus de cinq fois ses revenus et 50 fois son bénéfice, de 2015.

Comme Les Thés David’s Tea, Aritzia peut compter sur un conseil d’administration solide.

Ainsi, Aldo Bensadoun, le président exécutif du conseil du détaillant de chaussures Aldo, conseille Aritzia depuis 2009 et siège à son conseil depuis 2012.

Un autre administrateur de renom, John E. Carrie a été chef des finances de Lululemon de 2007 à 2015.

Ryan Holmes est chef de la direction de Hootsuite, le fournisseur bien connu d’outils des médias sociaux, qui songe aussi à entrer en Bourse.

David Labistour dirige la coopérative d’articles de plein air Mountain Equipment, depuis 2008.

Aritzia a autre chose en commun avec Les Thés David’s Tea. Le courtier américain William Blair & Co. qui assure le suivi du détaillant de thés fait partie du groupe de mise en marché des actions d’Aritzia.

 

À propos de ce blogue

La Sentinelle de la Bourse se veut un blogue pour les investisseurs qui s¹intéressent aux rouages de la Bourse et aux marchés financiers. Son objectif : surveiller et débusquer des repères financiers pertinents pour prendre le pouls des Bourses et ainsi mieux aiguiller les décisions de placement de l¹investisseur.

Dominique Beauchamp
Sujets liés

Bourse

Blogues similaires

Bourse: le temps est venu de miser sur une stratégie d'investissement défensive

20/09/2019 | Denis Lalonde

BALADO. Selon Steve Bélisle, de Manuvie, le moment est venu de miser sur les investissements défensifs en Bourse.

Cette vilaine habitude agit comme une ancre sur vos rendements

20/09/2019 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. L’ancrage est un biais psychologique qui affecte le comportement de nombreux investisseurs.

WeWork: le marché peut-il faire confiance à cette Licorne?

BLOGUE INVITÉ. La confiance trahie est difficile à réparer!