Quand la pandémie te fait redevenir une start-up

Publié le 16/02/2021 à 07:00

Quand la pandémie te fait redevenir une start-up

Publié le 16/02/2021 à 07:00

Une image où il est écrit Startup

La pandémie aura permis à notre organisation de faire un bond de géant en matière de culture, de communication, de stratégie et de développement de produit. (Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. En janvier 2020, les premiers effets de la pandémie se faisaient voir chez Connect&GO. Étant parmi les plus grands fournisseurs de bracelets intelligents dans le monde du divertissement, nous avons été affectés très tôt et bien avant que le virus ne traverse les frontières jusqu’au Canada. En effet, nous devions déployer notre technologie lors d’un important tournoi de la PGA aux États-Unis, mais le matériel n’a pu arriver à temps étant donné que nos partenaires étaient déjà fermés pour cause pandémique.

À ce moment, les mots «suppressions d’emplois» n’étaient pas du tout à l’ordre du jour. Nous avions complété une ronde de financement de plus de 7 millions de dollars et avions un plan de croissance très ambitieux. Nous venions tout juste de terminer la composition de notre équipe de direction de classe mondiale et prévoyions de poursuivre rapidement les embauches pour dépasser en 2021 le cap des 70 employés.

Évidemment, tout a basculé rapidement, en commençant par la mise à pied temporaire de 30% de l’équipe, suivie quelques semaines plus tard d’une autre vague de coupures de 20%. Plus les mois avançaient plus le temporaire devenait permanent et nous devions complètement réadapter l’organisation. Sans réellement nous en rendre compte, nous redevenions une start-up. Nous n’avions plus les moyens des longs cycles décisionnels et nous devions miser sur les éléments les plus polyvalents. 

M’étant toujours défini comme un entrepreneur plutôt qu’un gestionnaire, je dois avouer m’être senti bizarrement confortable dans ce changement rapide de culture organisationnelle.

Plutôt que de s’apitoyer sur notre sort, nous avons décidé de profiter de l’occasion pour transformer complètement l’organisation.

 

Remettre notre équipe au centre de l’organisation

Le plus grand échec dans la croissance de Connect&GO était d’avoir perdu notre culture de start-up. Nous avions au fil de la croissance vécu une réelle déconnexion entre la direction et l’équipe. Tout à coup, des commentaires négatifs apparaissaient sur Glassdoor et nos sondages éclairs sur la satisfaction des employés me donnaient l’impression d’avoir perdu le contrôle!

La croissance était tellement forte que nous ne prenions jamais le temps pour vraiment intervenir ce qui a résulté en beaucoup de promesses non tenues. Erreur! Le plus beau cadeau que cette pandémie nous aura fait, c’est de nous avoir donné la capacité, en quelques mois, de complètement transformer notre culture. La transparence est revenue au coeur de l’organisation. Création d’initiatives en santé mentale, mise sur pied d’un programme de mentorat pour tous les employés (que j’aborderai dans un prochain blogue), rencontre hebdomadaire, partage des résultats financiers, etc.

En quelques mois et grâce à une équipe exceptionnelle, nous sommes passés d’un niveau d’engagement de 60% à plus de 85%, ce qui est nettement au-dessus de la moyenne des entreprises de taille semblable. Nous avons ressenti un niveau d’engagement des équipes hors du commun et un lien plus fort entre l’équipe de direction et tous les employés.

 

Une accélération du développement de produits

Après la culture, le plus grand impact de la pandémie fut l'accélération du développement de produits. Depuis des années, nous avions une grande difficulté à faire passer l’organisation d’une approche «service» à une approche «produit». Nos développeurs étaient sans cesse dérangés pour des projets sur-mesure. L’accalmie nous a permis de faire un plan clair et de laisser nos équipes se concentrer sur le développement de notre plateforme. Le tout nous a permis d’avoir des gains opérationnels majeurs dont la division par 15 des investissements nécessaires au déploiement de notre plateforme dans un parc d’attractions.

Nous avons également profité de l’accalmie durant la pandémie pour revoir toute notre approche de service à la clientèle et la mise en place des meilleures pratiques: session de formation vidéo pour nos clients, base de connaissances en ligne, assistance technique en temps réel intégrée dans l’application et suivi méthodique des temps de réponse aux demandes de nos clients. Derrière tous ces efforts et ces innovations, c’est la passion de nos employés pour notre produit et nos clients qui a été l’élément déclencheur. Avant, il aurait été presque impossible de mettre tout cela en place si rapidement!

 

Se positionner durant la crise

Malgré un moral plutôt bas au début de la crise, très rapidement, nous avons décidé de nous mettre dans un mode «opportuniste». Ce mot, trop malheureusement souvent perçu négativement, est souvent une grande qualité entrepreneuriale. Le constat était clair. Si notre chiffre d’affaires diminuait de 80%, c’était aussi le cas de nos concurrents. Nous avons donc pris la décision de réinvestir massivement en ventes et marketing pour nous assurer d’être très présents et d’être le joueur incontournable à la reprise.

Par exemple, nous avons acheté la page couverture du magazine InPark, l’un des incontournables dans notre secteur, en plus d’amorcer plusieurs discussions d’acquisitions stratégiques. Pour ce faire, nous avons, en pleine tempête, complété une ronde de financement supplémentaire de plusieurs millions de dollars et fait l’embauche d’une ressource de plus en vente.

 

Le bilan

La pandémie aura permis à notre organisation de faire un bond de géant en matière de culture, de communication, de stratégie et de développement de produit. J’estime que nous avons réalisé en 1 an ce qui auparavant aurait pris au minimum 3 ans à accomplir. J’ai aussi réalisé que peu importe la taille de l’organisation, nous devrons continuer de penser et d’agir comme une start-up et d’optimiser chaque dollar dépensé.

Pour dire vrai, cette pandémie aura peut-être causé des dommages inimaginables à notre industrie, mais elle nous aura permis d’être plus solides que jamais pour la reprise!

 

4 conseils pour continuer à penser comme une start-up

1- Restez fortement aligné, mais gardez une marge de manœuvre. En mode start-up, ce n’est pas le temps d’être éparpillé, chaque dollar compte! Encouragez donc l’autonomie de vos équipes en vous assurant qu’elles comprennent bien leur objectif.

2- Engagez des employés qui ont un profil d’intrapreneur. Encouragez vos employés à agir et à prendre des décisions comme s’ils étaient les fondateurs de l’entreprise. Offrez aux membres clés des options d’achats, cela fera une différence majeure sur leur engagement.

3- Privilégiez le potentiel, pas l’expérience. Lorsque l’entreprise grandit, nous avons souvent trop le réflexe d’embaucher une personne selon l’expérience présente dans son CV. Pourtant, les profils atypiques sont souvent surprenants. Par exemple, nous avons embauché une directrice culture et talents sans bagage concret en ressources humaines avec des études en éducation physique et en psychologie du sport. Résultat: elle est devenue une rock-star!

4- Diminuer au maximum les rencontres inutiles. Dans une start-up, on est en mode action. On avance, on recule, on pivote. Souvent lorsque l’organisation devient plus grande, l’équipe passe son temps en réunion et n’est plus à bâtir l’organisation. Demandez-vous toujours: est-ce que cette réunion est vraiment nécessaire?

 

Et vous, quel impact la pandémie a-t-elle eu sur votre organisation? Et en avez-vous profité pour faire des changements?

 

À propos de ce blogue

L’innovation et l’entrepreneuriat sont deux sujets qui me touchent particulièrement. Depuis mon plus jeune âge, mon TDA/H ma toujours donné l’impression d’être différent. Ce surplus d’énergie constant est devenu un véritable incubateur à idées. Je partagerai donc avec vous mes réflexions et des histoires inspirantes qui touchent l’innovation, mais aussi la santé mentale des entrepreneurs. Parfois provocant, je m’assurerai de vous sortir de votre zone de confort. Dominic Gagnon est entrepreneur depuis son plus jeune âge. Dès l’âge de 14 ans, il fonde ses deux premières sociétés, une firme de création de sites Web ainsi qu’une maison de disque. Ce sera le début d’une longue aventure entrepreneuriale. Dès son entrée à l’Université, il fonde Piranha, qui deviendra l’une des plus grandes agences de marketing mobile au Canada avec des bureaux à Québec, Montréal, Toronto et Paris. Avant l’âge de 30 ans, il fera la vente de 3 entreprises pour finalement occupée le poste de co-fondateur et président de Connect&GO, société montréalaise spécialisée dans le marché des bracelets intelligents qui produit a produit plus de 10 millions de bracelets lors d’évènements tels que C2 Montréal, Universal Studio, le SuperBowl et plus dernièrement les Jeux olympiques. Loin de peindre le portrait type de l’entrepreneur, son parcours chaotique lui a pourtant valu de nombreuses récompenses dont la mention de Jeune Entrepreneur de l'année Desjardins en 2012, figurer parmi les 10 personnalités de l'année de l'industrie des communications et du marketing d’Infopresse en 2013 et parmi les Personnalités de l’année La Presse. Plus dernièrement, en 2019, il fut nommé simultanément Personnalité d’affaires de l’année, Éclipse par Raymond Chabot Grant Thorton et Leader international de la JCCM. Le réputé magazine américain BizBash la aussi désigné comme l’une des 15 personnes les plus innovantes au monde auprès des géants comme Disney et Target. En 2020, il se joint au Centech, l’un des meilleurs accélérateurs au monde, propulsé par l'ÉTS en tant qu’Entrepreneur en résidence et Maître d’enseignement en Entrepreneuriat ainsi que membre du conseil stratégique de l’ESG-UQAM. Il siège aussi au conseil d’administration de Zu, l’incubateur crée par le fondateur du Cirque du Soleil, Guy Laliberté, en plus d’y être PDG en résidence pour le programme Focus.

Dominic Gagnon

Sur le même sujet

Voici ce qu'il vous faut pour transformer le monde

29/04/2021 | Stéphane Slogar

BLOGUE INVITÉ. Prudence, la baguette magique de la transformation n’est pas de ce monde!

Aide aux entrepreneures: «Le milieu financier est rendu là», dit la ministre Joly

28/04/2021 | Emmanuel Martinez

Les institutions financières doivent «en faire plus» pour favoriser l’entrepreneuriat féminin, selon Mélanie Joly

Blogues similaires

Est-ce la renaissance du commerce de détail?

04/05/2021 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Après 16 mois de pandémie, je prédis que le commerce de détail sortira gagnant de la crise sanitaire.

Du show-business en bleu

26/04/2021 | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. Michel Louvain est un exemple à suivre tant pour la communauté artistique que pour le monde des affaires.

La légende du pays aux frontières invisibles

16/04/2021 | Mélanie Paul

BLOGUE INVITÉ. Les citoyens de ce pays ont toujours fait preuve de résilience et ont trouvé des pistes de solutions.