Entrepreneuriat et santé mentale: 5 trucs qui m'ont permis de ne pas chuter

Publié le 06/07/2021 à 07:00

Entrepreneuriat et santé mentale: 5 trucs qui m'ont permis de ne pas chuter

Publié le 06/07/2021 à 07:00

Un cerveau dans une main

Les entrepreneurs sont grandement exposés au stress. (Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. Selon une étude de l’Institut national de la santé mentale publiée en 2020, 72% des entrepreneur(e)s sont directement ou indirectement touchés par des problèmes de santé mentale, contre seulement 48% des personnes qui ne le sont pas.

Toujours selon cette étude, 50% des entrepreneur(e)s sont directement confrontés à des problèmes de santé mentale alors que 32% des «autres» en font l'expérience. De même, 23% des entrepreneur(e)s ont des membres de leur famille confrontés à ces problèmes, contre seulement 16% des autres.

 

Un lien existe

Selon cette étude, il est donc difficile de dire qu’il n’existe pas de lien direct entre l’entrepreneuriat et la santé mentale. Les chercheurs de l’Université de la Californie ont découvert que 49% des entrepreneur(e)s interrogés souffraient d’au moins une maladie mentale (comme le TDA, TDA/H, trouble bipolaire, toxicomanie, dépression ou anxiété) et qu’environ un tiers des entrepreneur(e)s étaient aux prises avec au moins deux maladies mentales.

Pourtant, encore aujourd’hui, malgré la progression de la médecine, les entrepreneur(e)s ne parlent pas suffisamment de santé mentale et n’en prennent pas suffisamment soin. En fait, dans la communauté entrepreneuriale, admettre de tels sentiments est toujours tabou. Plutôt que de montrer de la vulnérabilité, beaucoup de chef(fe)s d’entreprises pratiquent ce que les psychiatres appellent « la gestion des impressions ». C’est ce que j’ai fait durant trop longtemps !

Avec plus d’une décennie comme entrepreneur, j’ai personnellement vécu plus d’échecs que de succès. Pendant des années, j’ai refoulé mes défis de santé mentale en nommant l’anxiété «un peu de stress normal d’entrepreneur» et en banalisant et normalisant plusieurs symptômes de par mon statut. J’ai toutefois fini par «frapper un mur» et développer une multitude de trucs pour prendre soin de ma santé mentale. Je vous en propose quelques-uns :

 

1. Identifiez ce qui contribue à votre stress

En tant qu’entrepreneur(e) et chef(fe)s d’entreprise, nous sommes grandement exposés au stress. Celui-ci est généralement causé par l’incertitude (merci COVID !), la solitude et les problèmes financiers, et il peut s’intensifier sans le soutien approprié. Diriger une entreprise - en particulier au début - peut être très stressant et prendre tout votre temps et votre énergie.

Identifier ce qui vous stresse est la première étape pour éviter que cette situation ne se reproduise. Y a-t-il quelque chose que vous pouvez faire pour réduire cette pression et cet inconfort ?

 

2. Déconnectez la valeur de votre entreprise et votre propre estime de soi

Nous avons tendance à nous définir par le succès de notre entreprise – ce qui peut avoir un impact majeur sur notre santé mentale.

C’était personnellement mon cas dans mon premier projet d’affaires, Piranha, une agence spécialisée dans le marketing mobile. J’en étais même devenu à confondre mon identité personnelle avec celle de l’entreprise. Sur les réseaux sociaux, j’étais « Dominic Piranha ». Dans les cocktails, j’étais « le président de Piranha ». Lorsque l’entreprise va bien et que tu gagnes des prix, c’est super ! Mais lorsque l’entreprise s’est trouvée en difficulté majeure suite à une fraude que je n’avais su déceler, que tu passes du Jeune entrepreneur de l’année Desjardins aux comptes spéciaux et que tu es incapable d’honorer tes engagements : tu deviens l’échec.

Lors de moments difficiles, dans l’entrepreneuriat, nous allons souvent finir par consacrer tout notre temps à notre projet d’affaires, négliger nos amis, notre famille et notre vie en dehors du travail. Il est important de réaliser que les chiffres du bilan ne définissent pas qui vous êtes ni ce que vous valez.

 

3. Considérez les temps d'arrêt comme un investissement dans la productivité

L'équilibre travail-vie a toujours été un défi pour la communauté entrepreneuriale. Avec plus de 220 millions de résultats de recherche sur Google pour « entrepreneuriat conciliation travail-vie personnelle », force est de constater que le sujet est important.

En plus des heures de travail productif, il est crucial de s'accorder suffisamment de temps d'arrêt. Dans son sens le plus simple, se reposer et dormir suffisamment peut améliorer votre productivité au travail, plusieurs études le prouvent. Vous serez également plus motivés au travail, sachant que vous avez du temps libre pour profiter et travailler.

Nous avons trop longtemps idolâtré l’image de l’entrepreneur(e) qui travaillent 80 heures semaine. La leader qui n’arrête jamais. J’ai été très longtemps dans ce spectre et malheureusement, j’ai encore une tendance à m’y retrouver. Nous avions même à un certain moment une culture très négative face aux vacances chez Connect&GO avec des blagues de mauvais goût sur le sujet. Il est impossible d’avoir une bonne santé mentale si vous ne faites que travailler. Il est aussi complètement faux de croire que de travailler de nombreuses heures donnera automatiquement de meilleurs résultats.

Ce mode de vie partagé dans plusieurs articles influence aussi beaucoup de jeunes femmes et hommes à ne pas devenir entrepreneur. Lorsque j’ai partagé avec mes étudiant(e)s dans le cours Introduction à l’Entrepreneur de l’ÉTS qu’aujourd’hui, je travaillais en moyenne 35 heures semaine et que très souvent, je passais mes vendredis après-midi en famille : un soupir de soulagement s’est fait entendre.

Arrêtez de vous sentir coupables de prendre du temps pour vous. C’est évidemment plus facile à dire qu’à faire, j’en suis le parfait exemple ! Mais prenez le temps de regarder ce que vous avez accompli. Aimeriez-vous mieux payer un avocat qui travaille 50 heures à 150$ de l’heure ou un avocat qui vous donne le même résultat en 5 heures à 500$ de l’heure? Posez la question : c’est y répondre !

 

4. Soyez votre meilleur(e) patron(ne)

De nombreux entrepreneur(e)s travaillent beaucoup plus qu'ils ne demanderaient aux employé(e)s de le faire pour eux ou elles. Accordez-vous des heures de travail équitables, profitez de votre temps libre et traitez-vous comme vous le feriez pour une personne de l'équipe. Si vous ne prenez jamais de vacances, vous lancerez aussi le message à votre équipe que vous percevez les vacances négativement. Si vous ne décrochez jamais de votre téléphone : vous mettez une pression sur votre équipe de répondre en tout temps.

Mais avant tout, vous devez le faire pour vous ! Pour moi, être entrepreneur a signifié qu'il y a une liste perpétuelle de « à faire » dans mon esprit. Pendant les moments où je devrais être présent avec ma femme, mes amis ou à tout autre moment où je suis absent du travail, mon cerveau est toujours « actif ». Vérifier mes courriels, réfléchir aux choses à faire, ou stresser à propos d'un déploiement en cours. L'effet est un stress supplémentaire, un sommeil pas très reposant et une irritabilité générale. Pas génial pour ma santé mentale (ou les relations avec mes proches).

Pour me raisonner, je me rappelle souvent que je ne sauve pas des vies ! Une autre astuce est, par exemple durant vos vacances, de créer un message de réponse automatisée qui demande à la personne d’écrire à une adresse autre que la vôtre si c’est très urgent (une fausse adjointe par exemple). Vous désactivez votre adresse courriel principale et activez uniquement celle-ci. Vous serez surpris du nombre de personnes qui utiliseront cette adresse : car en réalité, bien des choses peuvent attendre.

Réfléchissez donc à quelle étape pourriez-vous franchir aujourd'hui pour transformer la façon dont vous gérez votre temps et, par conséquent, créer une approche plus agréable de vos journées de travail ?

 

5. Savoir demander de l’aide

Les problèmes de santé mentale ne doivent pas être pris à la légère. Si vous avez du mal à gérer les exigences de l'entrepreneuriat, il est peut-être temps de demander de l'aide. Cette aide peut prendre différentes formes : pour certaines personnes, il est possible de partager leurs sentiments avec leur entourage immédiat (que ce soit la famille, des amis ou d’autres leaders).

Pour ma part, consulter une psychologue a un effet positif important sur ma santé mentale. Je m’amuse souvent à dire qu’il y a seulement les gens fous qui ne consultent pas un(e) psy ! Toutefois, encore aujourd’hui, c’est difficile d’affirmer que l’on consulte. Certaines personnes dans mon entourage m’ont demandé si j’avais des pensées suicidaires. D’autres me disaient ne pas comprendre que j’avais besoin d’une aide extérieure quand ils étaient là pour m’écouter.

 

Dans mon cas, je consulte autant lorsque je vais très bien, que mal. Cela me permet d’avoir une perspective différente autant sur des enjeux professionnels que personnels. Des organismes comme Relief sont aussi présents pour vous aider si vous souffrez de dépression, d’anxiété ou de bipolarité.

 

Pas que du négatif

Les comportements mêmes qui sont des symptômes de la maladie mentale semblent parfois aussi être ceux qui aident à propulser les entrepreneur(e)s tout au long de leurs parcours rapides. Cela pourrait-il expliquer comment tant de personnes touchées par la maladie mentale se retrouvent dans le monde de l'entrepreneuriat ?

Les bas de la dépression peuvent à l’occasion céder la place à des solutions et des idées novatrices. Un épisode maniaque peut dans certains cas éclairer, ce qu’on appelle « un flash de génie ». Tel que mentionné dans mon blogue « TDAH, un superpouvoir entrepreneurial, le TDAH incite à une prise de décision rapide. Et combinées, ces luttes peuvent incuber une formidable créativité qui inspire les futurs entrepreneur(e)s à tenter leur chance avec leurs idées ».

Prendre soin des autres !

Considérant que l'un des plus grands défis auxquels les entrepreneur(e)s sont confrontés, en particulier avec leur santé mentale, est de demander de l'aide, pourquoi ne pas profiter de cette semaine pour vous fixer une nouvelle pratique quotidienne - contactez une amie entrepreneure ou un de vos collègues chaque jour cette semaine et voyez comment ils vont, et s'ils ont envie d'avoir un appel pour discuter. En vous connectant avec ces personnes, vous contribuerez à leur santé mentale et la vôtre aussi. Chez Connect&GO, nous avons structuré cette initiative avec le comité santé mentale et cela à donner d’excellents résultats.

Plus important encore, quoi que vous traversiez en ce moment, sachez que vous n'êtes pas seul, contactez un ou une ami(e) et voyez quel genre de différence cela peut faire.

 

À propos de ce blogue

L’innovation et l’entrepreneuriat sont deux sujets qui me touchent particulièrement. Depuis mon plus jeune âge, mon TDA/H m'a toujours donné l’impression d’être différent. Ce surplus d’énergie constant est devenu un véritable incubateur à idées. Je partagerai donc avec vous mes réflexions et des histoires inspirantes qui touchent l’innovation, mais aussi la santé mentale des entrepreneurs. Parfois provocant, je m’assurerai de vous sortir de votre zone de confort.

Dominic Gagnon

Sur le même sujet

Les PME ne savent trop que faire pour améliorer leur responsabilité sociale

La majorité des dirigeants de PME (88%) est «préoccupée par leur impact social et environnemental».

Aucune chance pour les PME!

19/10/2021 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Consommer est encore l’ultime pouvoir que nous avons tous collectivement!

Blogues similaires

Aucune chance pour les PME!

19/10/2021 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Consommer est encore l’ultime pouvoir que nous avons tous collectivement!

Anges et démons

18/08/2021 | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. Dans le sport comme en affaires, on peut facilement perdre ses repères.

Créons des partenariats dignes d’une vraie réconciliation

30/09/2021 | Mélanie Paul

BLOGUE INVITÉ. Les partenariats d’affaires sont l’une des clés majeures de la réconciliation avec les autochtones.