Vous voulez être entrepreneur? Apprenez à jouer la «game»!

Publié le 14/01/2016 à 17:10

Vous voulez être entrepreneur? Apprenez à jouer la «game»!

Publié le 14/01/2016 à 17:10

Par Diane Bérard

Alex Bastide, fondateur de la chaîne de restos L'Gros Luxe

«On ne peut pas bâtir une entreprise en espérant que l’économie ira bien. On la bâtit en prévoyant tous les scénarios, les bons et les mauvais», Nicolas Duvernois, fondateur de Pur Vodka, à propos de la faiblesse du dollar canadien

«Si tu veux être entrepreneur, apprends à jouer la game! Tu as beau vouloir briser les règles, il y aura toujours des formulaires à remplir, des permis à obtenir, des plans d’affaires à rédiger. Get use to it!», Alex Bastide, fondateur des restaurants L’Gros Luxe

Ce midi, la Jeune Chambre de commerce de Montréal recevait deux entrepreneurs chouchous du nouveau Québec Inc. L’un a fabriqué la première vodka québécoise. L’autre a lancé une chaîne de restos tendance où tous les plats coûtent entre 6$ et 10$. Pendant une heure, ils se sont laissés aller à de nombreuses confidences, avec une candeur et une franchise qui a ravi la salle.

Après leur présentation, je me suis assise avec eux pour les sonder sur quelques sujets.

Les douleurs de croissance

Pas facile de conserver les mêmes standards de qualité et la même cohérence lorsqu’une entreprise croît rapidement. On perd parfois le compte… et le contrôle!

Nicolas Duvernois: «Un soir, j’ai reçu un message texte d’un de mes employés contenant la photo d’un événement organisé par Pur Vodka. Je ne savais rien de cette activité… Ça m’a causé un choc. Puis, je me suis demandé: devais-je savoir ? Dois-je tout savoir? Ça m’a permis de me recentrer. Je dois être « rentable » pour mon entreprise. Il faut que j’alloue mon temps où je suis le plus utile. Mais je dois aussi m’assurer que l’entreprise garde le cap et qu’elle demeure cohérente.»

Alex Bastide: «Un jour, j’ai découvert qu’une de mes succursales ne servait pas les plats dans les bonnes assiettes. J’étais furieux. On ne peut pas se permettre ça. Mes clients sont sur Instagram. Ils photographient leurs plats, leurs drinks, leur serveur, le local… Une chaîne c’est une chaîne, tu dois vivre la même expérience partout. On vise 15 restaurants au Québec, des douleurs de croissance j’en prévois. Il faut que je puisse compter sur mes gérants et mes employés.»

La communauté

Aujourd’hui, les entrepreneurs aspirent tout de suite à un succès à l’extérieur des frontières. Mais ils demeurent fortement attachés à leur communauté. Pour eux, c’est une façon de garder leur entreprise « humaine ». Humaine comme «qui se comporte comme un être humain animé d’émotions».

Alex Bastide: «Mes plats sont abordables parce que je bâtis des restos pour les citoyens, pas pour les touristes. Je veux une clientèle d’habitués, des gens qui reviennent parce qu’on les traite aux petits oignons. C’est pour ça que j’ai appelé ma chaîne L’Gros Luxe.» 

Nicolas Duvernois: «J’adore Montréal. Et j’aime l’art urbain. Les étiquettes de mon « Romeo’s gin » sont toutes dessinées par des artistes locaux.» 

La naïveté

Faut-il tout dire à celui ou celle qui se lance en affaire? Les mettre en garde contre ce qui les attend. Leur donner quelques leçons de vie.

Pas vraiment, répondent en chœur les deux conférenciers.

Nicolas Duvernois: «Le mot le plus important pour un entrepreneur c’est «demain». Comme dans «demain ça ira mieux» ou «demain je serai rendu là». Croire est essentiel. Mais la religion comporte une Sainte Trinité. Celle de l’entrepreneuriat se compose de : plus cher, plus long et plus compliqué. Tu en prends connaissance. Tu dis «Amen». Et tu te lances en affaires!»

Alex Bastide: «Tu veux te lancer en affaires. Cherche tous les trous dans le marché. Élabore une offre qui les comble. Et trouve des gens pour t’aider. Des bonnes ressources, il y en a. Il faut savoir réseauter, aimer les gens, aller à leur rencontre. Mais prépare des contrats pour te progéter au cas où ça tourne mal.»

Le mot de fin

Alex Bastide: «Et puis il faut s’aimer et prendre soin de soi.»

 

 

 

 

À la une

Bourse: Wall Street clôture en forte hausse, rebond technique dans un marché toujours nerveux

Mis à jour à 17:08 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto enregistre sa meilleure séance en 10 mois.

Un nouveau règlement menace de sortir de Wall Street les sociétés chinoises cotées

16:12 | AFP

La SEC avait averti les sociétés chinoises cotées à Wall Street qu’elles devaient respecter leurs obligations.

Titres en action: Toyota, Severstal, Banque TD, Banque CIBC

Mis à jour à 10:37 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.