Votre corps nuit-il à votre carrière?

Publié le 26/10/2015 à 16:41

Votre corps nuit-il à votre carrière?

Publié le 26/10/2015 à 16:41

(Photo: iStock)

«Quelle impression laissez-vous?» C’est le titre de l’atelier que j’ai suivi mardi dernier. Il était organisé par Red Rabbit, une firme spécialisée en coaching et branding. Red Rabbit, fondé par Carole Bitoun et Charmaine Leblanc, recrute des artistes comme coaches.




« "Votre langage verbal et non verbal sont-ils alignés? Dites-vous une chose avec vos mots et son contraire avec votre corps?" »


L'exercice du masque neutre


Pour répondre à ces questions, nous avons eu recours au «masque neutre».Il s’agit d’un masque entièrement blanc qui n’exprime aucune émotion. Lorsque vous le portez, on ne voit que vos yeux. Cela peut être un avantage, pour dissimuler votre anxiété ou votre contrariété, par exemple. Mais cela peut aussi devenir un handicap, car votre capacité d’expression est limitée.


Nous avons enfilé le masque neutre et défilé à tour de rôle devant le groupe. Il fallait entrer, marcher jusqu’au centre de la pièce, puis s’immobiliser, sans parler, pendant une minute. Comme si on s’apprêtait à faire une présentation. Pendant cette «interminable» minute, les autres membres de l’atelier devaient noter le niveau de stress qu’ils percevaient chez nous et la personnalité que nous projetons (énergique, confiante, arrogante, vulnérable).


SUIVEZ-MOI SUR TWITTER: diane_berard


Constat:notre corps parle très fort. Et il n’exprime pas toujours ce que l’on souhaite. Celui qui se croit énergique projette parfois de l’arrogance dans sa démarche. Celle qui se veut confiante laisse plutôt entrevoir une grande vulnérabilité.


Une entrevue d'embauche qui en dit long...


L’autre exercice avec le masque neutre était l’entrevue d’embauche. Quatre participants à la fois entraient dans la pièce pour prendre place sur quatre chaises. Là, ils attendaient qu’on vienne les chercher pour une entrevue d’embauche. Encore une fois, pas le droit de parler ni d’exprimer une expression faciale à cause du masque. Ne restait que le corps comme moyen d’expression. On se sent observé. Faut-il croiser la jambe ou pas? S’asseoir au bout du siège ou s’installer confortablement? Lire un magazine ou faire connaissance avec son voisin? Peut-on consulter son téléphone intelligent ou doit-on le laisser dans sa poche? A-t-on l’air trop détendu ou pas assez? Autant de questions qui ont traversé la tête de chacun de nous pendant cet exercice.


Les participants à cet atelier venaient de tous les horizons. Ils étaient ingénieurs, financiers, informaticiens, cadres en ressources humaines, consultant, etc. Je parie que la prochaine fois qu’ils seront en réunion, avec un employé un client ou un fournisseur, la pensée suivante leur traversera l’esprit : «Je me demande quelle impression je communique à mon interlocuteur? Est-ce celle que je souhaite?» Et vous, votre corps nuit-il à votre vie professionnelle… et personnelle? Si tel est le cas, c'est probablement que vous vous êtes éloigné de vous-même. Votre corps est probablement plus sincère que vos mots. Reste à savoir ce que vous ferez de ce constat.


 

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueuse au journal Les Affaires et a dirigé le magazine Commerce pendant sept ans. Elle est régulièrement invitée à commenter l'actualité économique dans les médias. Auteure de trois livres (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi et J'ai perdu ma montre au fond du lac), elle emploie son énergie débordante à transmettre sa passion du monde des affaires et de l'économie. «Le fil de Diane» vous aidera à trouver votre chemin à travers la masse d'informations économiques disponibles sur Internet.

Diane Bérard

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Serait-il temps de jouer Lowe's ?

Édition du 08 Décembre 2018 | François Pouliot

La fermeture de neuf magasins Rona au Québec a fait couler beaucoup d'encre dernièrement. Signal de faible intérêt ...

Souffrez-vous (sans le savoir) du syndrome de l'échec programmé?

15/01/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Le manager est bon. Son équipe est bonne. Et pourtant, c'est l'échec. Voici pourquoi.