Les livres préférés des dirigeants en 2015

Publié le 23/12/2015 à 15:15

Les livres préférés des dirigeants en 2015

Publié le 23/12/2015 à 15:15

«The Courage to Act» a été le livre préféré des dirigeants en 2015

Qu’est-ce que les dirigeants ont lu en 2015? Bloomberg a posé la question à 50 d’entre eux d’horizons variés. Vous pouvez consulter la liste ici

SUIVEZ-MOI SUR TWITTER: diane_berard

Parmi les sondés, Lawrence Summers, ex-secrétaire du Trésor des États-Unis, Benjamin Netanyahu, premier ministre israëlien, Stuart Gulliver, pdg de HSBC, Rodrigo Vergara, président de la Banque centrale du Chili et Sallie Krawcheck, présidente d’Ellevate Network. Les 50 répondants ont cité des œuvres de fiction et de non-fiction. J’ai parcouru la liste et tenté de distinguer des thèmes qui refléteraient les préoccupations et les intérêts des dirigeants. En voici le résultat.

Les dirigeants apprécient les livres qui

… les aident à comprendre ce que la technologie peut faire pour et contre eux

1-Rise of the robots, Martin Ford

«Nous vivons à une ère d’optimisme technologique et de pessimisme social», résume l’auteur, qui décrit comment la technologie influence les besoins du marché du travail, la croissance et la distribution de la richesse.

2-Exponential Organizations, Why New Organizations Are Ten Times Better, Faster, Cheaper Than Yours (and What to Do About It, )Salim Ismail, Michael S. Malone, Yuri Van Geest

Hyatt est une organisation linéaire. Aibnb est une organisation exponentielle. Pour croître, Hyatt doit construire des hôtels, recruter du personnel, etc. Airbnb n’a qu’à ajouter des hôtes.

… les aident à comprendre ce qui cloche avec le secteur financier

3-Swimming With Sharks: My Journey Into The World of the Bankers, Joris Luyendiijk

Après des heures d’entrevues, le journaliste conclut que le problème du secteur bancaire n’est pas la moralité des gens qui y travaillent. Il pointe plutôt le système lui-même, incluant les organismes de réglementation, qui ne rend personne imputable.

4-Other People’s Money: The Real Business of Finance, John Kay

Encore ici, on accuse le système plutôt que les individus. Un système qui ne protège absolument pas la population.

5-Between Debt and The Devil, Adair Tuner

L’auteur a présidé le conseil de la British Financial Services Authority pendant la crise financière. Son constat: la principale cause de la crise n’est pas le comportement des banques, mais bien notre dépendance collective à l’endettement. Tuner rejette l’hypothèse que l’endettement public est nécessaire à la croissance. Il faut taxer l’endettement, car, à ses yeux, c’est une forme de «pollution économique».

… répondent à leurs angoisses face aux inégalités sociales

6-Scarcity, Sendhil Mullainathan, Eldar Shafir

La privation et le manque d’accès à des ressources de base ont un impact sur la capacité de se projeter à long terme. La privation force les individus à se concentrer sur des objectifs à très court terme et induit des comportements et des attitudes qui finissent par sembler innées alors qu’elles sont acquises. La privation donne lieu à des comportements qui génèrent souvent le contraire de ce à quoi l’individu aspire.

7-The Conservative Heart, Arthur Brooks

M. Brooks est président de l'American Entreprise Institute, un think thank de Washington dont la mission est d'«accroître la liberté, les occasions individuelles et la libre entreprise». Son livre étudie le problème d’image dont souffre le mouvement conservateur et propose un antidote: y injecter davantage de cœur. «Speak more less from the head and more from the heart».

8-Equality and Efficiency: The Big Tradeoff, Arthur M.Okun

Ce livre est une réédition d’un ouvrage paru en 1975. Il connaît une seconde vie parce qu’il est terriblement contemporain. Voici la thèse de l’auteur: dans une démocratie capitaliste, les institutions nous incitent à dépasser nos voisins sur une base économique et financière, mais on nous rappelle qu’il faut tendre vers et défendre l’égalité politique et sociale. On fait donc la promotion d’un système sociale et politique égalitaire tout en générant, et tolérant, des disparités économiques. La tension provient de la cohabitation des droits pour tous et du libre marché.

… et aux inégalités liées au genre

9-Unfinised Business, Anne-Marie Slaughter

Ce livre, c’est la face opposée de Lean In, de Sheryl Sandberg, chef de l'exploitation de Facebook. Là où cette dernière pousse les femmes à assumer leur ambition parce que tout est possible, Mme Slaughter, elle, se montre plus mesurée. Elle pointe les nombreux obstacles et rappelle que l’égalité ne serait pas atteinte tant que les hommes ne joindront pas le mouvement.

… traitent du rôle que l’État devrait, ou pas, jouer dans l’économie

10-The Courage to Act, Ben S. Bernanke

Ce livre est, de loin, celui qui a été cité le plus souvent par les répondants. La Réserve fédérale américaine(Fed) a un double mandat: protéger les emplois et protéger la devise. Pour Bernanke, ils sont incompatibles. De plus, la Fed dispose de pouvoirs limités pour tenter d’atteindre un quelconque équilibre entre ces deux mandats. Bernanke fait le décompte des crises qu’il a connues et gérées et du dilemme constant qu’il a chaque fois affronté: intervenir ou pas? Intervenir pour empêcher la population de souffrir davantage tout en sachant qu’en venant à la rescousse des responsables, ceux-ci auraient tendance à se déresponsabiliser et répéter leurs comportements. Ne pas intervenir et laisser les responsables s’enliser, avec les risques de contagion associés.

… parlent d'économie tout court

11- Economics Rules, Dani Rodrick

Bien qu’on parle de «science économique», Dani Rodrick estime que l’économie est davantage un art qu’une science. Et que lorsque les économistes le pratiquent comme tel cela donne des modèles utiles. Il ajoute que le bon économiste est par définition humble, il doute et questionne ses hypothèses.

… abordent les grands enjeux de société

12- The Shape of the New : Four Big Ideas and How They Made the Modern World, Scott L. Montgomery, Daniel Chirot

Ce livre porte sur la contribution d’Adam Smith, Karl Marx, Charles Darwin et le combo Thomas Jefferson et Alexander Hamilton à l’Histoire. Le premier a strucuré le concept de capitalisme. Le second, le socialisme. Le troisième l’évolution. Et les derniers, la démocratie. Comment leur pensée –en rupture avec le passé– se sont-elles développées? Mais ces idées étaient aussi le fruit de leur environnement et du contexte. Et elles ont rencontré leur lot d’opposition. Ce livre permet de comprendre comment naissent et se raffinent les grandes idées qui parviennent à adhérer, qui deviennent populaires.

Racisme

13-Between the World and Me, Ta-Nehisi Coates

M. Coates est journaliste vedette pour le prestigieux magazine «The Atlantic». Il est afro-américain et en colère. Ce livre est sa vision de l’impasse dans laquelle se trouvent les siens. On oppose souvent son livre à la vision plus optimiste qu’Obama entretient du futur plus égalitaire. Coates parle de la peur, de la haine et de la colère.

Santé-vieillissement

14-Being Mortal, Atul Gawande

«La réglementation et les paramètres de sécurité dont on entoure les aînés servent-ils à rassurer les familles et les soignants ou les aînés eux-mêmes? Les aînés veulent-ils vivre une vie sécuritaire à tout prix?»  Gawande, qui est médecin, se penche sur notre façon d’aborder le vieillissement - le nôtre et celui de la société -, les soins de santé et la fin de vie.

Environnement

15-This Changes Everything, Capitalism vs The Climate ( Tout peut changer), Naomi Klein

Celle qui nous a donné le célèbre «No logo», pour parler d’altermondialisme, s’intéresse maintenant au changement climatique. Mme Klein présente deux choix: laisser le changement climatique bouleverser le monde ou tout réformer le capitalisme pour éviter que cela se produise. Ceux qui connaissent son biais anticapitalisme estiment son argumentation biaisée. Ceux qui connaissent, et partagent, son biais anticapitalisme brandissent son ouvrage pour accentuer le sentiment d’urgence.

… les inpirent dans leur rôle de gestionnaire

16-Give and Take (Le triomphe des généreux), Adam Grant

Le monde se divise en trois: les preneurs, les donneurs et les partageurs. Les entreprises devraient recruter des donneurs et des partageurs et fuir les preneurs.

17-How Google Works, Eric Schmidt, Jonathan Rosenberg

Il est question de la gestion de Google et non de ses choix technologiques.

18-Creativity Inc, Ed Catmull

On dit que c’est le pendant de «À la recherche de l’excellence» pour la nouvelle génération. La créativité a remplacé l’excellence comme idéal d'affaires.

19-American Icon, Bryce Hoffman

Le récit du sauvetage et du virage de Ford et son retour aux sources.

20-Superforecasting: The Art and Science of Prediction, Philip E. Tetlock, Dan Gardner

Les auteurs ont cherché des traits communs chez ceux qui sont capables de mieux voir venir l’avenir que d’autres. En voici quelques-uns: ils décomposent les problèmes complexes en petites sections, ils cherchent toujours à comparer leurs hypothèses avec d’autres idées et ils évitent d’accorder trop d’importance à certaines informations au détriment d’autres. Et surtout, ils analysent minutieusement leur performance passée pour éviter de répéter les mêmes erreurs. Le livre inclue «Les 10 commandements des aspirants prévisionnistes» pour aider les entreprises qui cherchent à développer ce talent parmi leur personnel. Lisez la chronique de Yannick Clérouin inspirée de ce livre: Comment devenir meilleur prévionniste que les financiers.

… décodent la géopolitique

21-The New Tsar : The Rise and Reign of Vladimir Putin, Steven Lee Myers

22-Nothing Is True and Everything Is Possible: The Surreal Heart of the New Russia, Peter Pomerantsev’s

23-Dealing with China, Henry. M. Paulson

L’ex-pdg de Goldman Sachs résume les défis qu’affronte la Chine

24-Political Order and Political Decay: From the Industrial Revolution to the Globalization of Democracy, Francis Fukuyama

Qu’est-ce qui permet le succès d’un système politique? Le même critère qu’une entreprise: les gens que l’on recrute et la latitude qu’on leur accorde pour remplir leur mandat.

… les aident à mieux vivre, au travail et à la maison

25-The Power of Being Yourself, Joe Plumeri

M. Plumeri était pdg et président de Willis Group Holding jusqu’en 2013. On dit que c’est un orateur si puissant qu’il tire des larmes à ses auditeurs. «Je dois vivre avec mes erreurs, mais vous n’avez pas à le faire. Pour vous, il est encore temps», dit-il à ses lecteurs. Le fils de Plumeri s’est suicidé «parce qu’il je n’ai pas su lui donner l’amour et le soutien dont il avait besoin», croit-il. Ce livre incite à explorer la vie au-delà du travail.

26-The Road to Character, David Brooks

David Brooks est chroniqueur pour le New York Times. Il se décrit comme superficiel et narcissique. Bref, il ne s’aime pas beaucoup. Cet ouvrage est sa tentative de sauver son âme en partant à sa recherche. En étudiant la vie de grands penseurs et de grands leaders, Brooks en arrive à la conclusion que l’amour, l’humilité et une saine dose de souffrance sont indispensables à l’atteinte d’une certaine profondeur.

Bonne lecture, vous m'en donnerez des nouvelles!

 

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueur et journaliste de solutions pour la marque Les Affaires. Elle contribue à l’édition papier, au contenu web et à l’animation des événements. Elle pratique le journalisme de solutions qui consiste à présenter, avec un regard critique, des initiatives qui tentent de résoudre des problèmes sociétaux. Ses champs d’intérêt sont le nouveau capitalisme, l’innovation sociale, l’éthique, la gouvernance et la finance socialement responsable. Elle est régulièrement invitée à commenter ces enjeux dans les médias. Elle a coécrit quatre best-sellers (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi, J’ai perdu ma montre au fond du lac, La chaise rouge devant le fleuve). Son blogue, «Le fil de Diane» aide le lecteur à trouver le chemin vers une économie à impact sociétal positif.

Diane Bérard

Blogues similaires

L'immense et désespérante solitude des RH

19/08/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Les employés ont une méconnaissance crasse de ce que font les RH, selon une étude. À qui la faute?