Voici le Monopoly de l'investissement responsable

Publié le 23/10/2017 à 07:00

Voici le Monopoly de l'investissement responsable

Publié le 23/10/2017 à 07:00

Des étudiants testent le jeu "Le Responsable", une création de la Caisse d'Économie Solidaire

«T’en as rien à foutre de la forêt équatoriale et des enfants pauvres?

Tu veux un max d’argent pour payer des putes et de la coke?

Aiguise tes dents et laisse-les rayer le parquet.

Bienvenue à Wall Street

Tu gèreras des holdings véreux.

Tu seras vraiment méchant.

Mais méfie-toi, les autres joueurs sont des requins.

Tous les coups tordus sont permis…

Ton seul but?

Gagner ton premier milliard, même s’il faut massacrer des chatons

Et exterminer les ours polaires.»

Ceci est le texte de la bande-annonce du jeu «WallStreet, In Money We Trust», lancé par l’autoéditeur français Publishroom le 28 septembre dernier.

Ce jeu complètement irrévérencieux a été financé grâce à la plateforme de sociofinancement Ulule.

Voici comment ça se passe.

1-Vous prenez les rênes d’un fonds d’investissement.

2-On vous confie 50M$US et un portefeuille d’entreprises.

3-Vous devez accumuler un milliard de dollars… à n’importe quel prix.

«Lassé de voir l’ultra capitalisme célébré, nous avons décidé de mettre la finance au cœur de notre jeu, comme elle est tristement au cœur du monde actuel. Un jeu qui dénonce? Plutôt un jeu qui tourne en dérision le monde de la finance et ses codes, qui se moque, mais toujours avec humour et ironie.» C’est ainsi que Publishroom explique sa démarche.

Le pari de la Caisse d'économie solidaire: la sensibilisation à l'investissement responsable par le jeu

Pour changer le monde, certains choisissent de dénoncer ce qui va mal en grossissant ces travers. C’est l’approche Publishroom.

D’autres proposent plutôt une autre voie. C’est le pari du jeu «Le Responsable», que la Caisse d’économie solidaire lance le 24 octobre 2017. Ce jeu, composé d’un plateau et d’un module numérique, a été développé en collaboration avec le créateur de jeux vidéo Affordance Studio et Rhizome Stratégies.

«WallStreet, In Money We Trust» se joue individuellement.

«Le Responsable», lui, se joue en équipe.

Le plateau du jeu "Le Responsable", un outil de sensibilisation à l'Investissement responsable

Les règles du jeu "Le Responsable"

Chaque équipe est une institution financière spécialisée en investissement responsable. Son mandat: maximiser le rendement pour les investisseurs ET l’impact positif pour la société. Bonjour le défi et les dilemmes!

Chaque équipe peut investir :

1-Dans des fonds assortis d’un rendement attendu et d’un indice d’impact. On vous donne aussi des informations sur le niveau de volatilité de chaque investissement;

2-Dans des entreprises qui, elles aussi, ont un rendement et un impact anticipé.

Le jeu se divise en cinq tours. À chaque tour, des dépêches locales et internationales viennent embellir ou assombrir le rendement de vos investissements. Ce fonds que vous estimiez au-dessus de tout soupçon est entaché d’un scandale. Ce beau projet d’agriculture urbaine est victime du manque de compétence de la direction pourtant si bien intentionnée.

Les dépêches vous aident aussi à choisir vos investissements du prochain tour. Par exemple, devriez-vous accorder foi aux déclarations de tel porte-parole?

Ce que j'ai appris en testant le jeu "Le Responsable"

J’ai testé ce jeu. Mon équipe et moi avons été confrontés à un des défis majeurs de la finance responsable :

-Existe-t-il une hiérarchie de valeurs? Certaines sont-elles plus vertueuses que d’autres? Les impacts environnementaux font les manchettes depuis plusieurs décennies. On a développé des indicateurs plus ou moins universels. Ce qui se mesure s’améliore.

Les impacts sociaux, eux, on en parle depuis peu. Nous sommes encore bien loin de pouvoir les mesurer de façon uniforme. Les enjeux qui ne se mesurent pas se comprennent moins bien. On s’y attarde donc moins parce qu’on ne sait pas de quel côté les aborder.

Ma session de jeu «Le Responsable» m’a permis les constats suivants:

1-On a tendance à jeter le bébé avec l’eau du bain. L’investissement responsable nous amène à bouder les secteurs traditionnels et à accorder le Bon Dieu sans confession à des secteurs émergents. Une entreprise qui crée de l’emploi dans une région dévitalisée, est-ce moins un investissement responsable qu’une entreprise qui fabrique des panneaux solaires?

2-On associe trop vite produit écologique et investissement responsable. Une entreprise qui crée un produit responsable est-elle forcément une entreprise responsable et donc un investissement responsable? Il faut voir au-delà du produit pour prendre en considération le traitement des employés, les relations avec les communautés, la gouvernance, etc.

Le jeu «WallStreet, in Money We Trust» met le joueur face aux absurdités et aux excès du système financier.

Le jeu «Le Responsable» nous fait réaliser que corriger ces excès exige une bonne dose de réflexion et de discussion. Sinon on en crée d’autres.

«Nous avons volontairement évité de définir les concepts liés à l’investissement responsable, explique Luc Rabouin, directeur, développement stratégique et communications, à la Caisse d’économie solidaire. Nous voulons que les joueurs débattent en équipe et avec les autres équipes. Chaque tour de jeu doit mener à des décisions d’investissement. Les joueurs doivent s’entendre entre eux.»

«On parle de plus en plus de l’impact des indicateurs extra-financiers sur la performance à long terme des entreprises, poursuit Colette Harvey, l’ex-directrice de la stratégie et des communications de la Caisse d’économie solidaire qui a contribué aux premières versions du jeu. Notre jeu permet aux joueurs de constater concrètement cet impact sur leurs investissements et sur la société.»

Qui est le public-cible du jeu «Le Responsable»?

Desjardins utilisera ce jeu dans le cadre de son programme "Mes finances, mes choix", proposé à toutes les écoles secondaires et tous les cégeps du Québec.

Fondaction, pour sa part, l'utilisera comme outil de formation en entreprise. «Nous aimerions que notre jeu serve d’outil de sensibilisation pour les administrateurs des fondations et des comités de retraite, entre autres, afin qu’ils amènent la discussion sur l’investissement responsable dans leur organisation», dit Colette Harvey.

Équiterre sera le partenaire de diffusion pour le grand public avec pour cible les 18-35 ans qui s'intéressent à la consommation responsable.«Nous visons les citoyens déjà sensibilisés à la consommation responsable afin qu’ils considèrent aussi l’investissement comme un axe d’action citoyenne, poursuit Luc Rabouin. En souhaitant qu’ils interpellent ensuite leur institution financière afin qu’elle offre des produits de finance responsable.»

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueur et journaliste de solutions pour la marque Les Affaires. Elle contribue à l’édition papier, au contenu web et à l’animation des événements. Elle pratique le journalisme de solutions qui consiste à présenter, avec un regard critique, des initiatives qui tentent de résoudre des problèmes sociétaux. Ses champs d’intérêt sont le nouveau capitalisme, l’innovation sociale, l’éthique, la gouvernance et la finance socialement responsable. Elle est régulièrement invitée à commenter ces enjeux dans les médias. Elle a coécrit quatre best-sellers (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi, J’ai perdu ma montre au fond du lac, La chaise rouge devant le fleuve). Son blogue, «Le fil de Diane» aide le lecteur à trouver le chemin vers une économie à impact sociétal positif.

Diane Bérard

Blogues similaires

Boostez votre productivité grâce à ces 3 trucs d'Elon Musk!

16/09/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Le PDG de SpaceX et Tesla a concocté des astuces spéciales pour être hyper efficace au travail.