US: le Cour Suprême lève la limite pour les contributions politiques des entreprises, en 3 clics

Publié le 21/01/2010 à 16:06

US: le Cour Suprême lève la limite pour les contributions politiques des entreprises, en 3 clics

Publié le 21/01/2010 à 16:06

"C'est une victoire majeure pour les pétrolières, les banques de Wall Street, les assureurs ainsi que tous les groupes d'intérêts puissants qui exercent tous les jours leur influence à Washington, noyant du même coup celle de   l'Américain moyen." Ceci est la réaction (très condensée) d'Obama à la suite de la décision prise aujourd'hui par la Cour Suprême des États-Unis de ne plus imposer de plafond pour les contributions corporatives aux partis politiques. Une décision très serrée, 5 contre 4.


On pourra toujours dire qu'Obama se fait populiste pour s'attirer les faveurs du bon peuple après la défaite démocrate au Massachusetts.


Vous vous en doutez, les groupies du Premier Amendement, eux,  sautent de joie. Une autre victoire pour la liberté d'expression.


Pourquoi ai-je l'impression que la liberté d'expression, c'est comme la raison: celle du plus fort est souvent la meilleure!


Le lobby corporatif fait partie de l'équation, et il a sa raison d'être dans certaines circonstances, j'en conviens. Mais la décision de la Cour Suprême des États-Unis incarne à mon avis tout ce que le système capitaliste a de détestable et qui doit être encadré et balisé. Bref, il faut se garder une petite gêne.


Voici maintenant en trois clics ce que  je  vous suggère de lire concernant cette décision:


1-Un tour d'horizon des principales réactions sur le site Business Insider;


2-Un article du San Francisco Gate sur les détails de la décision;


3- Un  article du site Politico qui rappelle pourquoi cette loi avait été remise en question : un lobby conservateur , Citizens United, s'est vu refuser par la Federal Election Commission le droit de financer la promotion et la diffusion du film  "Hillary the movie", un portrait, on s'en doute, peu flatteur, de celle qui aspirait à prendre la  tête du  parti  démocrate. Brandissant le sacro-saint Premier Amendement,  Citizens United a mis le feu aux poudres avec le résultat que l'on connaît aujourd'hui.

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueur et journaliste de solutions pour la marque Les Affaires. Elle contribue à l’édition papier, au contenu web et à l’animation des événements. Elle pratique le journalisme de solutions qui consiste à présenter, avec un regard critique, des initiatives qui tentent de résoudre des problèmes sociétaux. Ses champs d’intérêt sont le nouveau capitalisme, l’innovation sociale, l’éthique, la gouvernance et la finance socialement responsable. Elle est régulièrement invitée à commenter ces enjeux dans les médias. Elle a coécrit quatre best-sellers (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi, J’ai perdu ma montre au fond du lac, La chaise rouge devant le fleuve). Son blogue, «Le fil de Diane» aide le lecteur à trouver le chemin vers une économie à impact sociétal positif.

Diane Bérard

Sur le même sujet

Edilex démocratise la rédaction juridique

07/02/2019 | Anne-Marie Luca

PME DE LA SEMAINE. L’entreprise lavalloise souhaite conquérir les domaines privés et institutionnels.

Les programmes de diversité et de parité se multiplient

Édition du 12 Janvier 2019 | Jean-François Venne

Plusieurs organismes proposent des programmes pour favoriser la diversité et la parité dans les entreprises privées ...

OPINION Avocat performant et parent présent, c'est possible !
Édition du 12 Janvier 2019 | Jean-François Venne
Me Mylany David, avocate d'énergie
Édition du 12 Janvier 2019 | Jean-François Venne
Me Barbara Sheng, avocate polyglotte
Édition du 12 Janvier 2019 | Jean-François Venne

Blogues similaires

Leaders, savez-vous pourquoi vos employés font la baboune?

BLOGUE. C'est que certains de leurs besoins vitaux sont insatisfaits chez vous, selon une étude Léger...