Une piscine flottante dans le Vieux-Port de Montréal?

Publié le 23/06/2016 à 10:38

Une piscine flottante dans le Vieux-Port de Montréal?

Publié le 23/06/2016 à 10:38

La piscine flottante de Badeschiff, à Berlin. Bientôt à Montréal?

Se baigner dans le St-Laurent à la hauteur du quai de l’horloge, dans le Vieux-Montréal? Cela pourrait être possible très bientôt. Un projet de piscine flottante est à l’étude. La ville de Montréal en évalue la faisabilité.

Cela vous fait rêver? Vous n’êtes pas seul. Si vous aspirez à vous baigner dans un cours d’eau urbain, vous appartenez sans le savoir au Urban Plunge Movement. Ce mouvement mondial rassemble les citoyens qui ont envie de renouer avec les eaux urbaines. Il a pris son véritable envol en 2014 alors qu’une grande conférence a rassemblé plusieurs adeptes à Londres.

L’ingénieur montréalais Charles Ormsby, du bureau montréalais de la firme Arup, fait partie de ce mouvement. J’ai fait sa connaissance lors de la conférence «New Cities Summit», qui s’est tenue à Montréal les 21 et 22 juin. Nous avons participé au même panel intitulé «Revitalizing Waterfronts». On y a cité, entre autres, le cas de Toronto, Lisbonne et Los Angeles. On a aussi évoqué la revitalisation du Vieux-Port de Montréal. Un projet dont on attend la suite avec impatience.

La firme Arup – qui a, entre autres, agit comme conseiller technique pour Infrastructure Canada pour le futur pont Champlain – travaille sur un projet de piscine flottante à Dublin. Elle vient aussi d’en proposer une à la ville de Melbourne, en Australie et s’apprête à faire de même pour le canal Rideau, à Ottawa.

Le Urban Plunge Movement est mondial. New York aura sa «Plus Pool». On ignore si elle sera installée sur l'East River ou l’Hudson. À Londres, on prévoit une piscine flottante sur le Kings Cross Pond, un étang artificiel. Cette piscine s’inscrit dans la revitalisation de ce quartier, dont la gare Kings Cross est le point central.

En Europe, Berlin possède déjà sa piscine flottante, Badeschiff.

En matière de baignade en eaux urbaines, trois formules sont possibles. La piscine flottante est retenue lorsque l’eau est trop polluée pour s’y baigner directement, explique Charles Ormsby. C’est la solution la plus onéreuse. La seconde option est le bain portuaire ou le bain fluvial. Copenhague en compte plusieurs, dont Island Brygge. Un bain portuaire ou fluvial suppose l’absence de plage. Les baigneurs sautent ou plongent à partir de quais. La troisième option est la plage urbaine.

Certains projets de baignade urbaine sont privés, d’autres publics. Selon Charles Ormsby, le financement participatif a contribué à l’essor du mouvement. «Le projet new-yorkais Plus Pool a été lancé par trois architectes sur la plateforme Kickstarter. Ils ont d’abord amassé 25 000$US pour réaliser une étude de faisabilité. Puis 100 000$US», explique l’ingénieur.

Un impact plus grand que la baignade

«Le désir de citoyens de pratiquer la baignade urbaine va pousser les villes à nettoyer leurs eaux. Je sais que Londres le considère», commente Charles Ormsby.

Nous sommes à l’aube du 375e anniversaire de Montréal. Une piscine flottante dans le Vieux-Port ferait un merveilleux cadeau pour les citoyens. Une ville intelligente, c’est une ville qui écoute ses citoyens.

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueur et journaliste de solutions pour la marque Les Affaires. Elle contribue à l’édition papier, au contenu web et à l’animation des événements. Elle pratique le journalisme de solutions qui consiste à présenter, avec un regard critique, des initiatives qui tentent de résoudre des problèmes sociétaux. Ses champs d’intérêt sont le nouveau capitalisme, l’innovation sociale, l’éthique, la gouvernance et la finance socialement responsable. Elle est régulièrement invitée à commenter ces enjeux dans les médias. Elle a coécrit quatre best-sellers (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi, J’ai perdu ma montre au fond du lac, La chaise rouge devant le fleuve). Son blogue, «Le fil de Diane» aide le lecteur à trouver le chemin vers une économie à impact sociétal positif.

Diane Bérard

Blogues similaires

Comment (enfin) savourer vos congés d'été?

21/06/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. C'est qu'étrangement les Québécois ont le chic pour... rater leurs vacances!