Cette PME québécoise fabrique des objets promotionnels écoresponsables

Publié le 09/01/2017 à 16:27

Cette PME québécoise fabrique des objets promotionnels écoresponsables

Publié le 09/01/2017 à 16:27

Voici un support à téléphone imaginé par la firme québécoise Kotmo.

On peut acheter des vêtements écoresponsables. Des aliments écoresponsables. Des fonds d’investissement écoresponsables. Mais saviez-vous qu’on peut aussi offrir à ses clients des objets promotionnels écoresponsables?

C’est la mission de la firme montréalaise Kotmo, qui vient d’être certifiée B-Corp. Ceci en fait la 14e B-Corp québécoise. Il existe 2005 B-Corp à travers le monde. Un label certifiant qu’au moment de prendre une décision une entreprise accorde autant d’importance aux facteurs sociaux et environnementaux qu’aux facteurs financiers.

Ma première réaction a été de douter. Comment des objets promotionnels peuvent-ils être écoresponsables? Pourquoi se donner la peine de «verdir» des objets promotionnels? Pourquoi ne pas tout simplement se débarrasser de cette pratique archaïque qui consiste à donner des «bébelles» à des gens qui n’ont rien demandé? Mais la certification B-Corp accordée à Kotmo a piqué ma curiosité. J’ai déjà rencontré Jay Cohen Gilbert, un des fondateurs du B-Lab, et je sais à quel point il tient à la réputation de son organisme. Les certifications ne sont accordées que pour une période de deux ans. Et, à chaque période de renouvellement, les critères sont raffinés et resserrés. J’ai donc appelé Céline Juppeau, la fondatrice de Kotmo, pour savoir en quoi un objet promotionnel peut être écoresponsable.

Comment naquit le concept d'objets promotionnels écoresponsables?

Cette entrepreneure est designer et architecte d’intérieur. Elle a émigré au Québec il y a quelques années pour y compléter sa maîtrise. Kotmo est née de quatre constats:

1- l’univers du design est fermé. Il est très difficile pour les designers d’accéder aux réseaux de distribution pour fabriquer des objets en grandes quantités;

2- la publicité par l’objet est un secteur florissant qui n’est pas prêt de disparaître. C’est une stratégie qui plaît aux entreprises. Et, pour l’instant, il est dominé par des produits bon marché qui finissent à la poubelle;

3- le design est devenu élitiste. Pour le rendre accessible, il doit être fabriqué en grandes quantités;

4- de plus en plus d’entreprises tentent d’implanter une politique d’approvisionnement responsable. Elles veulent afficher un impact positif sur la communauté.

«Si l’on combine l’intérêt des entreprises pour les outils promotionnels, leur désir d’assainir leurs approvisionnements et le besoin des designers de produire des quantités suffisamment importantes pour gagner leur vie et démocratiser leurs créations, cela donne le modèle d’affaires Kotmo», résume l’entrepreneure.

Kotmo s’est donnée une charte de fabrication responsable qui détaille, entre autres, la provenance des matériaux utilisés par ses designers, leur méthode de transport et leur durée de vie. Cette charte s’inspire du «Guide des produits promotionnels» d’Équiterre. Kotmo a aussi élaboré un tableau de bord affichant ses objectifs à court et moyen terme. Ceux-ci concernent les matériaux utilisés: «je veux que 100% d’entre eux soient certifiés». Le personnel, «nous aimerions confier une partie de la fabrication à des entreprises d’insertion». Et le transport, «nous visons plusieurs centres de production afin de limiter le transport et favoriser les économies locales».

La charte et le tableau de bord sont essentiels à la stratégie de Kotmo. «Lorsque nous rencontrons des clients, nous pouvons leur démontrer l’impact positif de leurs achats chez nous. Nous avons la preuve que leur geste a des répercussions sur la communauté.»

La toupie est un des objets promotionnels écoresponsables les plus populaires de la firme Kotmo.

Le rôle de la certification B-Corp

«C’est un argument supplémentaire. D’abord, elle contribue à nous structurer. Ensuite, elle crée la confiance chez les grandes entreprises que nous approchons. Notre certification donne de la crédibilité à leur démarche d’approvisionnement responsable. Enfin, le label B-Corp ouvre les portes d’une nouvelle clientèle: les centaines d’entreprises déjà certifiées.» Au cours des prochains mois, Kotmo vise d’ailleurs le marché des B-Corp de la Nouvelle-Angleterre.

Qui eu crû qu’un objet promotionnel puisse être écoresponsable? Pas moi. Voilà qui ouvre l’esprit. Ce n’est pas gagné, certes. Les objets promotionnels en bois signés Kotmo coûtent plus cher que les stylos en plastique dont on nous inonde dans tous les évènements. Pour un lot de 200, vous paierez entre 10$ et 15$ par objet. Un objet qu’on conservera sur un bureau ou une table, au lieu de le jeter à la poubelle.

Si on peut produire des objets promotionnels écoresponsables, je me dis qu’à peu près tous les secteurs sont capables de se réinventer pour avoir un impact positif. Il suffit d’y croire. Ou tout simplement de croire que c’est une bonne stratégie d’affaires.

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueur et journaliste de solutions pour la marque Les Affaires. Elle contribue à l’édition papier, au contenu web et à l’animation des événements. Elle pratique le journalisme de solutions qui consiste à présenter, avec un regard critique, des initiatives qui tentent de résoudre des problèmes sociétaux. Ses champs d’intérêt sont le nouveau capitalisme, l’innovation sociale, l’éthique, la gouvernance et la finance socialement responsable. Elle est régulièrement invitée à commenter ces enjeux dans les médias. Elle a coécrit quatre best-sellers (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi, J’ai perdu ma montre au fond du lac, La chaise rouge devant le fleuve). Son blogue, «Le fil de Diane» aide le lecteur à trouver le chemin vers une économie à impact sociétal positif.

Diane Bérard

Blogues similaires

Boostez votre productivité grâce à ces 3 trucs d'Elon Musk!

16/09/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Le PDG de SpaceX et Tesla a concocté des astuces spéciales pour être hyper efficace au travail.