SNC-Lavalin: cinq leçons pour les conseils

Publié le 26/03/2012 à 11:40, mis à jour le 26/03/2012 à 12:43

SNC-Lavalin: cinq leçons pour les conseils

Publié le 26/03/2012 à 11:40, mis à jour le 26/03/2012 à 12:43

Par Diane Bérard
R: Des administrateurs doivent dire à leur pdg, “Je n’irai pas en prison pour des contrats!” et des pdg doivent dire à leur équipe de direction, “ Si l’un de vous a autorisé le paiement de sommes qui ressemblent de près ou de loin à des pots-de-vin, j’exige de la savoir immédiatement!” On peut comparer “l’effet SNC” à “l’effet BP”. Après le déversement, de nombreuses sociétés prétrolières se sont soudainement inquiétées de la sécurité et de la fiabilité de leurs installations.

Q: Pourquoi s’en faire, SNC est canadienne et le Canada n’a pas de loi sur la corruption?

R: Non, mais les États-Unis ( SEC whistleblowing act & Foreign corrupt act ) et la Grande-Bretagne ( UK Bribary Act ) ont voté des lois musclées qui ont le bras long. Aux États-Unis, par exemple, les informateurs ( whislteblowers) n’ont plus à avertir d’abord l’entreprise concernée, ils peuvent se rendre directement à la SEC. Ce qui augmente d’un cran le niveau de risque auquel sont exposés les directions et les conseils qui “ne savent pas”.

Q: “L’ incident SNC” aura-t-il des répercussions chez d’autres conseils de sociétés canadiennes?

R: C’est inévitable. Les conseils sont confrontés à deux tendances opposées. D’une part, les entreprises canadiennes mènent de plus en plus d’affaires dans les pays émergents. C’est là que se trouve la croissance et les occasions d’affaires. Mais, ces pays ont une culture d’affaires et des contrôles qui n’ont rien à voir avec les nôtres. Pendant ce temps, les organismes réglementaires durcissent leurs positions et abaissent leur seuil de tolerance face à la corruption. Sans compter qu’ils introduisent des mesures qui personnalisent de plus en plus la responsabilité des administrateurs et des dirigeants. Les conseils se trouvent dans une position de plus en plus inconfortable. Ils doivent se protéger.

Q: Quelles leçons les conseils devraient-ils tirer de ce dérapage?

À la une

Bourse: Wall Street ouvre en baisse, le marché reprend son souffle

Mis à jour il y a 21 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto ouvre également dans le rouge.

Le grand patron de Transcontinental prendra sa retraite en décembre

L'entreprise d'impression et d'emballage indique que Peter Brues, président du comité d'audit, lui succédera.

Le sauvetage d'Evergrande passe par une intervention du gouvernement chinois

BALADO. Le plus gros promoteur immobilier chinois, Evergrande, croule sous des dettes évaluées à 305 G$US.