Les maisons américaines grossissent et les canadiennes rapetissent

Publié le 27/02/2014 à 14:27

Les maisons américaines grossissent et les canadiennes rapetissent

Publié le 27/02/2014 à 14:27

Par Diane Bérard

Aux États-Unis, les maisons grossissent et les familles rapetissent. Depuis 1973, la superficie moyenne des résidences américaines a augmenté de 61,4%.

Aujourd’hui, la maison américaine moyenne fait 2679 pieds carrés. C’est 1000 pieds de plus qu’en 1973.

Pendant ce temps, le nombre d’habitants de ces résidences, lui, a diminué. En 1973, les foyers américains comptaient en moyenne 3,01 individus. En 2103, ce chiffre a reculé à 2,54 personnes.

Et le coût ? Lorsqu’on ajuste le coût des maisons à l’inflation, l’espace au pied carré des maisons neuves de 2013 ne coûte pas plus cher qu’en 1973. On parle de 105$ à 125$ le pied carré.

Qu’en est-il au Canada?


« La superficie moyenne des résidences américaines a augmenté de 61,4% depuis 40 ans. »


Il semble que nous ne suivons pas la tendance américaine. L’histoire d’amour des Canadiens avec les McMansions s’effrite.

Du début des années 80 au milieu des années 2000, la taille de nos maisons a constamment augmenté. De 1075 pieds carrés, la taille moyenne des maisons canadiennes a grimpé à 2300 pieds carrés. Ironie du sort, à cette époque, la taille moyenne des maisons canadiennes dépassait celle des maisons américaines! Puis, à partir de 2007, notre espace de vie s’est mis à rétrécir.

Aujourd’hui, la taille moyenne d’une maison canadienne atteint 1900 pieds carrés. Le Canada penche plutôt du côté européen que du côté américain. Mais nous sommes encore bien loin des Britanniques dont les résidences font, en moyenne, 800 pieds carrés. Et que dire des Chinois à 600 pieds carrés…

Et si la maison américaine moyenne fait 2679 pieds carrés et que la maison canadienne moyenne fait 1900 pieds, les deux accueillent le même nombre d’individus. Le foyer canadien compte en moyenne 2,5 personnes, comme le foyer américain.

Voilà un exemple qui démontre une fois de plus qu’il faut éviter de conclure que nous sommes « comme les Américains ». D’ailleurs, le professeur Mark J. Perry, le blogueur du site de l’American Enterprise Institute où j’ai trouvé cette information, conclut que la croissance de la taille des maisons est nécessairement une bonne nouvelle. Elle indique, selon lui, que les nouveaux propriétaires de maisons vivent mieux que ceux d’il y a 40 ans. Probablement. Mais est-ce que la société, elle y gagne? Est-ce que lorsque le bien-être de certains individus augmente, celui de la société s’améliore nécessairement aussi? Non, le Canada n'est pas comme les États-Unis.

 ME SUIVRE SUR TWITTER : diane_berard

 

À la une

Bourse: bien comprendre le poids du consommateur dans l'économie

BALADO. La capacité des détaillants à refiler les hausses de coûts liées à l'inflation à leurs clients a des limites.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Mis à jour il y a 6 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les marchés mondiaux montaient paisiblement vendredi, restant prudentes face à l'inflation.

Québec: 42 000 foyers privés de courant vendredi, mise au point d'Hydro à 9h30

Il y a 13 minutes | La Presse Canadienne

Plus de 42 000 abonnés n’avaient pas d’électricité, dont au-delà de 29 000 dans la seule région des Laurentides.