Le nouveau slogan de Laval: ordinaire, très ordinaire...

Publié le 25/03/2010 à 15:56

Le nouveau slogan de Laval: ordinaire, très ordinaire...

Publié le 25/03/2010 à 15:56

BLOGUE. Laval, « un 514 bonifié ».  Pincez-moi quelqu’un! Je ne peux pas croire que l’administration de Laval a accepté ce nouveau slogan. Après avoir traîné pendant des années l’affreux motto « Laval, la ville de l’avenir », voilà qu’on en rajoute. Il faut dire que cela s'inscrit dans le ton de tous ces slogans ridicules dont les villes de banlieue se dotent. Ma collègue Martine Turenne en a parlé il y a deux semaines dans Les Affaires. Le pire de tous étant « Je suis de Terrebonne-Humeur ». Ça se passe de commentaires…


SUIVEZ-MOI SUR TWITTER: diane_berard


Mais revenons à Laval. Donc, la nouvelle campagne présente la triste histoire d’un jeune couple qui a « essayé d’aimer le béton et l’asphalte » montréalais, sans succès, bien sûr. Tout ce à quoi ils pouvaient aspirer à Montréal étant un minable  5 ½  alors qu’ils peuvent se payer un palais de 10 ½ pièces au royaume de Gilles 1er.


Ce slogan c'est la bataille du 450 contre le 514 dans toute sa splendeur.


Ordinaire, très ordinaire.


Pour moi, cette façon de présenter Montréal comme la grosse méchante métropole qui n’est que béton, crime et vice est tellement québécoise. Chez nous, rien ni personne ne doit être plus gros que les autres ou prendre plus de place. Si tel est le cas, il faut les remettre à leur place et vite! Il en va ainsi de nos villes, de nos entreprises et de nos gens d’affaires. Impossible d’accepter - de reconnaître- que le succès d'une ville, d'une entreprise ou d'un individu puisse devenir le moteur du succès et de la richesse des autres.
Mais dites-moi, les parent des familles du « 514 bonifié » où travaillent-ils? Et leurs enfants, où vont-ils à l’école? Et quel est le nom de l’université qui se trouve à Laval déjà?

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueur et journaliste de solutions pour la marque Les Affaires. Elle contribue à l’édition papier, au contenu web et à l’animation des événements. Elle pratique le journalisme de solutions qui consiste à présenter, avec un regard critique, des initiatives qui tentent de résoudre des problèmes sociétaux. Ses champs d’intérêt sont le nouveau capitalisme, l’innovation sociale, l’éthique, la gouvernance et la finance socialement responsable. Elle est régulièrement invitée à commenter ces enjeux dans les médias. Elle a coécrit quatre best-sellers (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi, J’ai perdu ma montre au fond du lac, La chaise rouge devant le fleuve). Son blogue, «Le fil de Diane» aide le lecteur à trouver le chemin vers une économie à impact sociétal positif.

Diane Bérard

Sur le même sujet

À la une: notre spécial transformation numérique

Édition du 20 Avril 2019 | Les Affaires

En manchette cette semaine, notre spécial transformation numérique.

Oubliez les paroles et les gestes, le client veut des émotions

En général, le client oublie ce que vous lui avez dit ou ce que vous avez fait pour lui. Mais attention, ...

Blogues similaires

Gagnez en leadership grâce au cardinal Mazarin!

BLOGUE. C'est qu'il savait, entre autres, comment déléguer subtilement et comment agir selon une méthode rigoureuse...