Le fondateur de Groupon blague à propos de son congédiement

Publié le 01/03/2013 à 12:28, mis à jour le 01/03/2013 à 15:27

Le fondateur de Groupon blague à propos de son congédiement

Publié le 01/03/2013 à 12:28, mis à jour le 01/03/2013 à 15:27

BLOGUE. « Après quatre années et demi à titre de pdg de Groupon – des années à la fois intenses et merveilleuses - j’aimerais consacrer plus de temps à ma famille. C’est une blague – je viens tout juste d’être congédié (…) »

Béni soit Andrew Mason, cofondateur et ex-pdg de Groupon, pour son humour! Il s’est moqué joyeusement de la langue de bois qui entoure généralement le congédiement des cadres supérieurs qui « quittent pour relever de nouveaux défis » ou « pour des raisons personnelles ».

L’extrait précédent est tiré de la lettre qu’Andrew Mason a fait parvenir aux employés de Groupon suite à son congédiement hier.

Monsieur Mason ne manque ni d’humour ni de lucidité. « Ceux qui se demandent pourquoi j’ai été congédié n’ont pas été attentifs (…) Les évènements de la dernière année et demi parlent d’eux-mêmes »

Groupon rate la cible

Lancé en novembre 2008, titre chouchou au moment de son lancement en Bourse, en novembre 2011, Groupon déçoit. Malgré ses 11 000 employés, ses 200M d’abonnés et ses 50 millions de « bons plans » par trimestre et une croissance du revenu de 30%, Groupon rate la cible. Le titre se transige au quart de sa valeur de lancement en novembre 2011.

Il faut dire que Groupon a beaucoup changé depuis 2008. Elle s’est internationalisée (48 pays). Une croissance qui n’a rien d’organique mais qui s'avère plutôt le fruit d’acquisitions en cascades. Ce qui pose une formidable défi d’intégration des systèmes. Groupon aurait un retard d’un an quant à l’intégration de ceux-ci, surtout du côté du mobile. Le mobile, c’est là où s'effectuent désormais 40% des transactions Groupon.

Andrew Mason estime qu’il est juste de payer de son emploi pour les déboires de Groupon. Il l’a déclaré dans sa lettre au personnel. Il était pdg, il est imputable des résultats.

Ce que regrette Andrew Mason

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueur et journaliste de solutions pour la marque Les Affaires. Elle contribue à l’édition papier, au contenu web et à l’animation des événements. Elle pratique le journalisme de solutions qui consiste à présenter, avec un regard critique, des initiatives qui tentent de résoudre des problèmes sociétaux. Ses champs d’intérêt sont le nouveau capitalisme, l’innovation sociale, l’éthique, la gouvernance et la finance socialement responsable. Elle est régulièrement invitée à commenter ces enjeux dans les médias. Elle a coécrit quatre best-sellers (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi, J’ai perdu ma montre au fond du lac, La chaise rouge devant le fleuve). Son blogue, «Le fil de Diane» aide le lecteur à trouver le chemin vers une économie à impact sociétal positif.

Diane Bérard

Blogues similaires

Boostez votre productivité grâce à ces 3 trucs d'Elon Musk!

16/09/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Le PDG de SpaceX et Tesla a concocté des astuces spéciales pour être hyper efficace au travail.