La taxe d'Obama sur les grandes banques en 3 clics

Publié le 19/01/2010 à 11:13

La taxe d'Obama sur les grandes banques en 3 clics

Publié le 19/01/2010 à 11:13

Les grandes banques américaines n'ont pas l'intention de se laisse "tondre" par Obama. Un article du Wall Street Journal nous apprend aujourd'hui qu'elles vont recruter un juriste de la Cour Suprême pour qu'il lobby pour elles et tue dans l'oeuf cette loi injuste qui consisterai à taxer les banques dont les actifs consolidés sont supérieurs à 50 milliards. Raison invoquée: cela les désavantagera face à leurs concurrents plus petits. Le blogue Naked Capitalism explore ce qui motive les banques à monter ainsi aux barricades:

1-elles sont habituées à avoir ce qu'elles veulent et tiennent à ce qu'il en reste ainsi;

2- elles ne trouvent pas cette taxe si sévère mais celle-ci établierait un précédent et pourrait ouvrir la porte à d'autres mesures de contrôle;

3- pour faire du bruit , ce qui paradoxalement aidera Obama qui pourra ainsi montrer les dents et s'attirer la sympathie des Américains. Après " beaucoup de bruit pour rien", la taxe tombera aux oubliettes et on passera à autre chose. Scénario où les deux clans gagnent!

Dans son blogue sur la crise financière , Baseline Scenario, James Kwax expique pourquoi cette taxe n'est pas assez sévère et il rappelle qu'au cours de la dernière décennie l'écart entre les conditions accordées aux grandes banques américaines et aux plus petites s'est creusé en faveur des grandes.

En affaires, comme dans la vie, le plus intéressant n'est pas de connaître les gestes des différents acteurs mais de comprendre pourquoi ils sont posés.

 

 

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueur et journaliste de solutions pour la marque Les Affaires. Elle contribue à l’édition papier, au contenu web et à l’animation des événements. Elle pratique le journalisme de solutions qui consiste à présenter, avec un regard critique, des initiatives qui tentent de résoudre des problèmes sociétaux. Ses champs d’intérêt sont le nouveau capitalisme, l’innovation sociale, l’éthique, la gouvernance et la finance socialement responsable. Elle est régulièrement invitée à commenter ces enjeux dans les médias. Elle a coécrit quatre best-sellers (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi, J’ai perdu ma montre au fond du lac, La chaise rouge devant le fleuve). Son blogue, «Le fil de Diane» aide le lecteur à trouver le chemin vers une économie à impact sociétal positif.

Diane Bérard

Sur le même sujet

FNB: une bonne idée qui est allée trop loin?

BLOGUE INVITÉ. Cette innovation financière pourrait constituer une source d'opportunités pour les investisseurs valeur.

Comment définir le risque?

BLOGUE INVITÉ. Parfois, ce qui compte vraiment n’est pas toujours facile à comptabiliser!

Blogues similaires

Le conseil oublié d'Einstein pour être heureux au travail!

BLOGUE. Il a été déniché dans des notes rédigées au Japon en 1922 et dévoilées seulement en 2017...