Jarislowsky: "Les pdg ne sont pas des joueurs de hockey"

Publié le 11/11/2011 à 09:13, mis à jour le 11/11/2011 à 09:13

Jarislowsky: "Les pdg ne sont pas des joueurs de hockey"

Publié le 11/11/2011 à 09:13, mis à jour le 11/11/2011 à 09:13

Selon Jarislowsky, les pdg ne méritent pas les salaires faramineux des joueurs de hockey. [Photo : LesAffaires.com]

BLOGUE

“Les pdg ne sont pas des mercenaires au Congo ni des joueurs de hockey! Il est temps de ramener leur rémunération à des niveaux adultes et raisonnables.” Stephen Jarislowsky, gestionnaires de fonds, administrateur et actionnaire activiste co-fondateur de la Coalition canadienne pour la bonne gouvernance

“Il faut résister à la tentation de régler les dérapages en créant des processus artificiels tel le “say on pay”. C’est au conseil d’établir la rémunération du pdg.” Robert Parizeau, administrateur de sociétés

Vlan!

ME SUIVRE SUR TWITTER: diane_berard

Le premier milite pour que les administrateurs “prennent leur rôle de fiduciaire au sérieux”.

Le second, lui, estime que les administrateurs prennent leur rôle de fiduciaire au sérieux. Il croit aussi que les actionnaires activistes doivent “utiliser leur pouvoir avec discernement et éviter de promouvoir des instruments et procédures qui n’apportent rien à la bonne gouvernance.”

Stephen Jarislowsky et Robert Parizeau ont échangé ce matin dans le cadre du troisième petit déjeuner de la saison de l’Institut des administrateurs de sociétés (IAS).

Le thème: quelles sont les responsabilités du conseil envers les actionnaires activistes?

Leurs réponses empruntent deux chemins différents.

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueur et journaliste de solutions pour la marque Les Affaires. Elle contribue à l’édition papier, au contenu web et à l’animation des événements. Elle pratique le journalisme de solutions qui consiste à présenter, avec un regard critique, des initiatives qui tentent de résoudre des problèmes sociétaux. Ses champs d’intérêt sont le nouveau capitalisme, l’innovation sociale, l’éthique, la gouvernance et la finance socialement responsable. Elle est régulièrement invitée à commenter ces enjeux dans les médias. Elle a coécrit quatre best-sellers (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi, J’ai perdu ma montre au fond du lac, La chaise rouge devant le fleuve). Son blogue, «Le fil de Diane» aide le lecteur à trouver le chemin vers une économie à impact sociétal positif.

Diane Bérard

Blogues similaires

Apprendre à tourner la page

Édition du 20 Janvier 2021 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. J’ ai une grande nouvelle que j’ai annoncée déjà il y a quelques jours sur notre site web.