États-Unis: surprise! La dette diminue.

Publié le 08/06/2012 à 11:23, mis à jour le 08/06/2012 à 11:39

États-Unis: surprise! La dette diminue.

Publié le 08/06/2012 à 11:23, mis à jour le 08/06/2012 à 11:39

BLOGUE La dette américaine affiche la réduction la plus rapide depuis 1950 ( telle que calculée en pourcentage de l’économie). En fait, la dette (publique et privée) américaine est en constante diminution depuis 12 trimestres.


La dette totale a chuté de 3,73 à 3,36 fois le produit intérieur brut américain.


Mais alors, où est le problème? C’est la dette publique qui s’alourdit. Pendant que Washington s’enfonce dans le rouge, les individus et les entreprises, eux, assainissent leur bilan.


Trois économistes de la Banque des règlements internationaux ( située à Bâle, en Suisse, c’est la “banque des banques centrales”. Elle sert de pivot pour les systèmes de transactions internationales et coordonne les relations entre les banques centrales) se sont penchés sur la question de la dette. Et, surtout, sur ses effets réels sur l’économie.


Première conclusion: l’endettement a des effets positifs sur l’économie. Plus encore, l’endettement est une source de croissance et de stabilité. Mais, trop c’est comme pas assez…


Au-delà d’un certain seuil, l’endettement devient un boulet. Il injecte de la volatilité dans le système, fragilise le système financier et ralentit la croissance.


La question: où se situe la frontière entre la bonne et la mauvaise dette? La voici, selon l’étude de Stephen Cecchetti, M.S.Mohanty et Fabrizio Zampolli:


- la dette des entreprises ( incluant les banques mais pas le reste du secteur financier) ne doit pas dépasser 90% du produit intérieur brut;


- la dette des particuliers ne doit pas dépasser 85% du produit intérieur brut


- la dette publique ne doit pas dépasser 85% du produit intérieur brut.


Qu’en est-il de ces indicateurs en ce moment?

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueur et journaliste de solutions pour la marque Les Affaires. Elle contribue à l’édition papier, au contenu web et à l’animation des événements. Elle pratique le journalisme de solutions qui consiste à présenter, avec un regard critique, des initiatives qui tentent de résoudre des problèmes sociétaux. Ses champs d’intérêt sont le nouveau capitalisme, l’innovation sociale, l’éthique, la gouvernance et la finance socialement responsable. Elle est régulièrement invitée à commenter ces enjeux dans les médias. Elle a coécrit quatre best-sellers (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi, J’ai perdu ma montre au fond du lac, La chaise rouge devant le fleuve). Son blogue, «Le fil de Diane» aide le lecteur à trouver le chemin vers une économie à impact sociétal positif.

Diane Bérard

Sur le même sujet

Bérard - Une pétition pour légaliser le 8e groupe hôtelier au monde, airbnb

Mis à jour le 14/11/2013

BLOGUE. Connaissez-vous le site de location de maisons/appartements airbnb ? Lancé en 2008 à San ...

Bérard - Les 10 détaillants québécois perçus comme les plus responsables

Mis à jour le 13/11/2013

BLOGUE. Plus de 4 Québécois sur 10 seraient prêts à boycotter un détaillant qui ...

Blogues similaires

Gagnez en leadership grâce au cardinal Mazarin!

23/04/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. C'est qu'il savait, entre autres, comment déléguer subtilement et comment agir selon une méthode rigoureuse...