Diane Bérard: lutte au déficit, le gouverneur de la Californie perd la tête ou est-il plus stratégique que celui du Wisconsin?

Publié le 23/02/2011 à 11:20, mis à jour le 25/02/2011 à 09:03

Diane Bérard: lutte au déficit, le gouverneur de la Californie perd la tête ou est-il plus stratégique que celui du Wisconsin?

Publié le 23/02/2011 à 11:20, mis à jour le 25/02/2011 à 09:03

BLOGUE. Les États américains paniquent : ils croulent sous les dettes et Washington ne les aidera pas, ou si peu.

 Au Wisconsin, en Ohio, en Floride et dans l’État de New York, on répond par la ligne dure : des coupures partout, partout, partout. Surtout dans le salaire et les conditions de travail des fonctionnaires.

 En Californie, le nouveau gouverneur Brown refuse cette approche. Il prend le pari de la conciliation. Plutôt que d’affronter les puissants syndicats des fonctionnaires - comme l’ont fait ses prédécesseurs et le font ses homologues – il leur accorde des concessions. Son pari : grâce à ces concessions, les fonctionnaires (en particulier les professeurs et les gardiens de prison) l’aideront à faire accepter le reste du budget d’austérité.

 ME SUIVRE SUR TWITTER : diane_berard

 Qui fait le bon pari : le Wisconsin - qui a approuvé ce matin un plan pour retirer tout pouvoir de négociation collective à ses fonctionnaires et vendre des actifs gouvernementaux sans appels d'offres - ou la Californie  - qui compte sur ses fonctionnaires pour gagner la bataille du déficit?

 Les mauvaises langues disent que le gouverneur Brown n’avait pas le choix, qu’il est tout simplement vendu aux professeurs parce qu’ils ont contribué à le faire élire.

 Ce n’est pas faux.

 Mais, au-delà de ce facteur, que faut-il penser de la stratégie dissidente de Jerry Brown?

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueur et journaliste de solutions pour la marque Les Affaires. Elle contribue à l’édition papier, au contenu web et à l’animation des événements. Elle pratique le journalisme de solutions qui consiste à présenter, avec un regard critique, des initiatives qui tentent de résoudre des problèmes sociétaux. Ses champs d’intérêt sont le nouveau capitalisme, l’innovation sociale, l’éthique, la gouvernance et la finance socialement responsable. Elle est régulièrement invitée à commenter ces enjeux dans les médias. Elle a coécrit quatre best-sellers (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi, J’ai perdu ma montre au fond du lac, La chaise rouge devant le fleuve). Son blogue, «Le fil de Diane» aide le lecteur à trouver le chemin vers une économie à impact sociétal positif.

Diane Bérard

Blogues similaires

Voici d'où vient le pouvoir des «petits chefs» comme Trump!

16/09/2020 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Il découle du fait que le populisme fleurit là où la connexité dépérit. Explication grâce à une étude de l'UCLA.