Davos: 8 révélations étonnantes à propos de l'état d'esprit des pdg

Publié le 21/01/2015 à 10:51

Davos: 8 révélations étonnantes à propos de l'état d'esprit des pdg

Publié le 21/01/2015 à 10:51

Les États-Unis sont-ils devenus la nouvelle économie émergente? C’est ce que pensent les répondants du 18e sondage annuel mondial des pdg de PriceWaterhouseCoopers (PWC). Pour la première fois en cinq ans, plus de pdg misent sur les États-Unis (38%) que sur la Chine (34%) pour la croissance de leur entreprise. Ont-ils raison ou se montrent-ils trop enthousiastes? Paniquent-ils trop devant au virage et aux réformes de l’économie chinoise? Ce rapport PWC de l’état d’esprit des pdg comporte de nombreuses informations, certaines étonnent, d’autres moins.



« Pour la 1ière fois en cinq ans, plus de pdg misent sur les États-Unis (38%) que sur la Chine (34%) pour la croissance de leur entreprise. »


Je vous en partage quelques-unes.


1-Les États-Unis occupent la première place dans le cœur et les plans des pdg, comme je viens de vous l’expliquer.


2-Les pdg se montrent optimistes face à la croissance de leur entreprise, mais pessimistes vis-à-vis la croissance de l’économie mondiale. C’est exactement l’inverse de leur lecture de l’année dernière. Ainsi, 37% des répondants croient que l’économie va croître. L’an dernier, ils étaient 44% à le penser. Et 17% des répondants croient que l’économie mondiale va ralentir, c’est plus de deux fois plus de pessimistes que l’an dernier (7%).


Toutefois, 39% estiment que 2015 sera une bonne année pour leur entreprise.


C’est en Asie qu’on trouve les pdg les plus confiants et en Europe, les plus pessimistes.


3-On ne peut considérer le BRIC comme un bloc. Il faut désormais étudier chacune de ces économies de façon autonome. Pour 2015, l’Inde se détache du groupe, on y trouve les patrons les plus optimistes (62%) alors que la Russie glisse avec à peine 16% de ses pdg qui croient en elle.


4- On constate un déplacement de la confiance et des promesses de développement des pays émergents vers les économies développées.


5- La plus grande menace aux yeux des pdg n’est pas la cybersécurité ni la géopolitique. C’est la réglementation. Plus des ¾ des patrons estiment que la surréglementation porte atteinte à la rentabilité de leur entreprise. C’est la proportion la plus élevée depuis cinq ans. Aux yeux des dirigeants, cette réglementation inclut les lois du travail, les taxes et les lois liées au commerce.


6- Un peu plus de la moitié (54%) des pdg s’aventurent à l’extérieur de leur carré de sable. Pour croître, ils ont exploré ou comptent explorer un nouveau secteur.


7- Le mobile apparaît en tête de liste de leur stratégie pour se rapprocher de leurs clients.


8-La diversité n’est plus une affaire de « bons sentiments » pour bien paraître. Elle devient un moyen pour s’assurer un avantage stratégique.


 


ME SUIVRE SUR TWITTER : diane_berard


 

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueur et journaliste de solutions pour la marque Les Affaires. Elle contribue à l’édition papier, au contenu web et à l’animation des événements. Elle pratique le journalisme de solutions qui consiste à présenter, avec un regard critique, des initiatives qui tentent de résoudre des problèmes sociétaux. Ses champs d’intérêt sont le nouveau capitalisme, l’innovation sociale, l’éthique, la gouvernance et la finance socialement responsable. Elle est régulièrement invitée à commenter ces enjeux dans les médias. Elle a coécrit quatre best-sellers (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi, J’ai perdu ma montre au fond du lac, La chaise rouge devant le fleuve). Son blogue, «Le fil de Diane» aide le lecteur à trouver le chemin vers une économie à impact sociétal positif.

Diane Bérard

Blogues similaires

Les 12 trucs pour (enfin) bien dormir, selon Matthew Walker

16/04/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Mine de rien, un mauvais sommeil est une terrible nuisance pour notre productivité. Entre autres.