Corruption: les trois listes noires du Brésil, un exemple à suivre

Publié le 08/11/2012 à 09:31, mis à jour le 08/11/2012 à 09:31

Corruption: les trois listes noires du Brésil, un exemple à suivre

Publié le 08/11/2012 à 09:31, mis à jour le 08/11/2012 à 09:31

3- La troisième liste affiche les organismes non gouvernementaux (ONG) qui ont cédé au démon de la corruption. Qui, généralement de concert avec des fonctionnaires, ont détourné des fonds qui auraient dû servir à aider les plus démunis. Sur cette liste apparaissent 1800 ONG.

Là où je me trouve, à la 15e conférence internationale contre la corruption (Brasilia),  tous les conférenciers nous ont fait comprendre que la corruption c’est comme les champignons, elle ne peut se développer que dans la noirceur. Allumez la lumière et c’est la fin. C’est ce que le gouvernement brésilien tente de faire par l’entremise de ses trois listes noires.

Je ne veux surtout pas prétendre qu’il n’y a pas de corruption au Brésil. Je veux simplement faire circuler une bonne idée. Le temps où les bonnes idées ne circulaient que du Nord vers le Sud tire à sa fin. On verra de plus en plus de bonnes idées venues du Sud. Et je ne vois pas pourquoi les pays du Sud ne pourraient pas nous apprendre une ou deux choses au chapitre de la lutte anti-corruption. Il me semble que le Québec, et Montréal, ont besoin de toute l’aide possible en ce moment. Des listes noires peut-être?

Lire mes chroniques 1 et 2 sur la 15e conférence anti-corruption.

ME SUIVRE SUR TWITTER : diane_berard

 

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueur et journaliste de solutions pour la marque Les Affaires. Elle contribue à l’édition papier, au contenu web et à l’animation des événements. Elle pratique le journalisme de solutions qui consiste à présenter, avec un regard critique, des initiatives qui tentent de résoudre des problèmes sociétaux. Ses champs d’intérêt sont le nouveau capitalisme, l’innovation sociale, l’éthique, la gouvernance et la finance socialement responsable. Elle est régulièrement invitée à commenter ces enjeux dans les médias. Elle a coécrit quatre best-sellers (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi, J’ai perdu ma montre au fond du lac, La chaise rouge devant le fleuve). Son blogue, «Le fil de Diane» aide le lecteur à trouver le chemin vers une économie à impact sociétal positif.

Diane Bérard

Blogues similaires

Et si vous impliquiez davantage vos employés...

06/12/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Le simple fait de les laisser vraiment prendre part aux décisions a impact fou. Complètement fou.