C2MTL: créer en s'inspirant des plus mauvais

Publié le 27/05/2014 à 06:43

C2MTL: créer en s'inspirant des plus mauvais

Publié le 27/05/2014 à 06:43

Louis-Philippe Maurice, fondateur de Busbud

BLOGUE. Aujourd’hui débute à Montréal la 3e édition de la conférence C2MTL. C2 pour commerce et créativité. Les Affaires y sera pendant les trois jours.

Cette année, une nouveauté : on ajouté une scène. En plus de la scène principale, où évoluent les conférenciers internationaux, les participants ont accès à une scène plus intimiste. Celle-ci se nomme «Le Garage», pour évoquer le célèbre lieu mythique où bien des entreprises ont vu le jour. «Le Garage» est un lieu. Mais c’est surtout un état d’esprit. Celui où l’on ose, où l’on se met en danger pour créer quelque chose de nouveau, d’inédit.

Les Affaires collabore au Garage. J’ai le plaisir d’y réaliser une entrevue chaque jour. Trois entrevues, trois entrepreneurs, trois démarches de créativité.

Aujourd’hui, mardi, je débute cette série de rencontres sur la créativité avec Louis-Philippe Maurice, fondateur, entre autres, de Busbud. Busbud est une site qui vous permet d’acheter des billets d’autobus pour des milliers de destinations à travers le monde. Une sorte d’Expedia des déplacements en autobus.

Comment LP Maurice nourrit-il sa créativité ? Des pires pratiques des autres! On nous apprend à regarder comment font les meilleurs et à les imiter. Des tas de bouquins de gestion suivent ce principe. On nous présente des histoires de champions et on nous dit de s’en inspirer.


« Louis-Philippe Maurice (Busbud) prône le «criticize by creating». Une situation vous frustre? Réglez-la en créant! »

Trois questions pour stimuler la créativité

LP Maurice ne fonctionne pas ainsi. « J’observe tout ce qui me frustre et je me pose trois questions : Quoi ? ( Qu’est-ce qui me frustre ?), Pourquoi ? ( Pourquoi cela me frustre-t-il ?) Pourquoi pas ? ( Pourquoi ne ferions-nous pas les choses autrement ?).

Un exemple : les foires d’emplois où chaque entreprise installe un kiosque pour solliciter des candidats. « J’y suis allé, j’ai détesté, confie LP Maurice. Ça coûte cher, il faut se payer un kiosque pour se faire remarquer. Ça bouffe du temps, il faut se déplacer, on est loin du bureau. Et c’est artificiel. Comment voulez-vous qu’un candidat ait un goût de votre entreprise en regardant un kiosque  » LP Maurice tourne le problème à l’envers : et si les candidats venaient à l’entreprise plutôt que l’inverse ?

Ainsi est née l’an dernier, en octobre,  la première édition des Portes ouvertes des start-up. Pendant un soirée, les startup du boulevard Saoint-Laurent ont accueilli les visiteurs. Amibiance de fête, musique, dj, drinks… Chaque start up a reçu les visiteurs chez elles, pouvant ainsi mettre de l’avant ce qu’elle est vraiment.

LP Maurice prône le «criticize by creating». Une situation vous frustre? Réglez-la en créant!

Allez donc voir ce que les plus mauvais peuvent vous enseigner…

Demain, sur la scène du Garage, je m’entretiendrai avec Pierre-Marc Tremblay, président de Convivia ( Pacini) qui prépare le lancement d’une nouvelle chaîne, Bolo Bolo, des franchises «sociales». Pour créer, il a choisi de s’inspirer des besoins non comblés de employés… plutôt que de ceux de clients !

ME SUIVRE SUR TWITTER : diane_berard

 

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueur et journaliste de solutions pour la marque Les Affaires. Elle contribue à l’édition papier, au contenu web et à l’animation des événements. Elle pratique le journalisme de solutions qui consiste à présenter, avec un regard critique, des initiatives qui tentent de résoudre des problèmes sociétaux. Ses champs d’intérêt sont le nouveau capitalisme, l’innovation sociale, l’éthique, la gouvernance et la finance socialement responsable. Elle est régulièrement invitée à commenter ces enjeux dans les médias. Elle a coécrit quatre best-sellers (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi, J’ai perdu ma montre au fond du lac, La chaise rouge devant le fleuve). Son blogue, «Le fil de Diane» aide le lecteur à trouver le chemin vers une économie à impact sociétal positif.

Diane Bérard

Blogues similaires

Employeurs, et si vous vous souciiez (enfin) des employés malentendants...

21/11/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. C'est que 10% de vos employés souffrent, souvent en silence, d'une perte auditive pénalisante...