C2MTL: les 7 principes de l'entrepreneuriat social selon Grameen Lab

Publié le 28/05/2015 à 12:13

C2MTL: les 7 principes de l'entrepreneuriat social selon Grameen Lab

Publié le 28/05/2015 à 12:13

L’entrepreneuriat social occupe une place importante dans la programmation de C2 Montréal cette année.

Ce matin, les Affaires (en collaboration avec l’Esplanade) a animé une conversation autour de ce thème. Nous avons réuni des entrepreneurs sociaux, des investisseurs (Caisse de dépôt, Investissement Québec, Finance Montréal) et des entreprises plus traditionnelles pour tenter de bâtir des ponts. Ce fut un succès. Il y avait beaucoup de curiosité dans l’air et une soif d’en apprendre plus.

En ce moment, j’assiste à un atelier de remue-méninge organisé par Grameen Creative Lab où les participants imaginent des modèles d’affaires pour des entreprises sociales qui répondront à l’un des quatre défis/problèmes suivants :

1- gaspillage alimentaire;

2- multiplication des déchets et recyclage de matières négligées;

3- vieillissement de la population, comment éviter l’exclusion des aînés;

4- monoparentalité : comment faciliter l’accès au travail des mères monoparentales, comment assurer le soutien à leurs enfants, etc.

L’atelier est animé par Grameen Lab, une organisation crée par Yunus, le fondateur de la banque de micro-crédit Grameen.

Il existe plusieurs définitions de l’entrepreneuriat social. C’est normal. Le concept évolue. Et puis il y a pollinisation, les idées circulent, se raffinent, s’adaptent. Grameen Lab s’est donné 7 principes directeurs pour les entreprises sociales. Je vous les communique pour alimenter votre réflexion.

Les Affaires a animé une conversation autour du thème de l'entrepreneuriat social à C2 Montréal.

Les 7 principes de l’entreprise sociale selon Grameen Lab

1- La mission de l’entreprise doit être de réduire la pauvreté ou de s’attaquer à un défi de la santé, de l’éducation, de l’accès à la technologie ou de la pollution, jamais la maximisation du profit;

2- l’entreprise doit être économique et financièrement viable et durable. Elle ne doit pas dépendre uniquement des subventions gouvernementales ou des dons;

3- les investisseurs se verront rembourser uniquement l’argent de leur prêt, aucun dividende ne sera versé;

4- lorsque les prêts sont remboursés, le profit demeure dans l’entreprise. Il sera consacré à la massification ou à l’amélioration du service ou du produit;

5- l’entreprise doit faire preuve de conscience environnementale;

6- les employés sont payés selon les tarifs du marché, mais ils bénéficient des meilleures conditions de travail;

7- la motivation doit être positive. On ne lance pas une entreprise sociale parce qu’on se sent coupable ni pour apaiser notre conscience!

 

 

 

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueur et journaliste de solutions pour la marque Les Affaires. Elle contribue à l’édition papier, au contenu web et à l’animation des événements. Elle pratique le journalisme de solutions qui consiste à présenter, avec un regard critique, des initiatives qui tentent de résoudre des problèmes sociétaux. Ses champs d’intérêt sont le nouveau capitalisme, l’innovation sociale, l’éthique, la gouvernance et la finance socialement responsable. Elle est régulièrement invitée à commenter ces enjeux dans les médias. Elle a coécrit quatre best-sellers (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi, J’ai perdu ma montre au fond du lac, La chaise rouge devant le fleuve). Son blogue, «Le fil de Diane» aide le lecteur à trouver le chemin vers une économie à impact sociétal positif.

Diane Bérard

Sur le même sujet

Invitation au dialogue

Édition du 01 Juin 2019 | Julie Cailliau

S’il y a une chose sur laquelle on peut s’entendre, c’est qu’il n’est pas toujours facile ...

La citation marquante à C2

Édition du 01 Juin 2019 | Les Affaires

« J’étudie pour un avenir qui n’existe pas. » Ce sont les paroles de Jamie ...

Blogues similaires

Le conseil oublié d'Einstein pour être heureux au travail!

BLOGUE. Il a été déniché dans des notes rédigées au Japon en 1922 et dévoilées seulement en 2017...