Bérard - L'Irlande ne sera plus un paradis fiscal

Publié le 18/10/2013 à 10:47, mis à jour le 18/10/2013 à 11:47

Bérard - L'Irlande ne sera plus un paradis fiscal

Publié le 18/10/2013 à 10:47, mis à jour le 18/10/2013 à 11:47

BLOGUE – Si le ministre des finances irlandais dit vrai, 2014 sera la dernière année où l’Irlande sera un paradis fiscal. C’est-à-dire la dernière année où des entreprises pourront s’incorporer dans ce pays pour éviter de payer des impôts dans le ou les pays où elles mènent vraiment leurs affaires.

En somme, l’Irlande ne permettra plus aux sociétés de devenir fiscalement « apatrides » en créant des sociétés écran chez elle.

Le ministre des finances irlandais, Micheal Noonan, affirme que l’Irlande « veut faire partie de la solution, pas du problème » lorsqu’il est question d’évasion fiscale.

Pourquoi ce revirement?

Parce que la soupe est devenue si chaude qu’elle déborde… Trois entreprises, Amazon, Google et Starbucks, ont défrayé la chronique l’an dernier pour leurs pratiques d’évasion fiscale. On a vu des membres du Parlement britannique carrément perdre patience devient les arguments douteux et les louvoiements des cadres de ces entreprises lorsque questionnés par rapport aux rapports financiers de leur employeur.

Aux États-Unis aussi bien qu’en Europe, les gouvernements en ont marre d’être les dindons de la farce. De se voir privés de millions de dollars de revenus fiscaux au moment où ils peinent à boucler leur budget et se demandent quoi payer, quoi repousser à plus tard et quoi couper. Amazon se serait défilée de 198M d’euros face au gouvernement français. Et le fisc américain réclame 100G$ à Apple.

Si l’Irlande tient promesse, elle hausserait son taux d’imposition des entreprises de 2% à 12,5%. Ce qui la placerait tout de même dans une position très attirante par rapport à ses homologues européens.

L’évasion fiscale c’est le sujet de l’heure. La crise économique et financière, les politiques d’austérité, les déséquilibres budgétaires, tout pointe vers une intervention musclée dans ces pratiques. Une intervention qui ne peut fonctionner que si elle est internationale. Sinon, on ne fait que déplacer le problème.

Quelles conséquences si on abolit les paradis fiscaux?

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueur et journaliste de solutions pour la marque Les Affaires. Elle contribue à l’édition papier, au contenu web et à l’animation des événements. Elle pratique le journalisme de solutions qui consiste à présenter, avec un regard critique, des initiatives qui tentent de résoudre des problèmes sociétaux. Ses champs d’intérêt sont le nouveau capitalisme, l’innovation sociale, l’éthique, la gouvernance et la finance socialement responsable. Elle est régulièrement invitée à commenter ces enjeux dans les médias. Elle a coécrit quatre best-sellers (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi, J’ai perdu ma montre au fond du lac, La chaise rouge devant le fleuve). Son blogue, «Le fil de Diane» aide le lecteur à trouver le chemin vers une économie à impact sociétal positif.

Diane Bérard

Blogues similaires

Leaders, voici les 7 talents vitaux en temps de pandémie!

11/08/2020 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Continuer d'apprendre et de grandir, même quand il n'y a plus de budget formation? C'est possible!