Bérard - Après les économies émergentes, les économies submergées

Publié le 15/05/2013 à 10:49, mis à jour le 15/05/2013 à 12:10

Bérard - Après les économies émergentes, les économies submergées

Publié le 15/05/2013 à 10:49, mis à jour le 15/05/2013 à 12:10

Europe, récession, chômage, zone euro

BLOGUE. Économies développées, économies émergentes, pays pauvres. Ces catégories tiennent-elles encore la route? Y classe-t-on les bons pays? La Chine et le Brésil sont-elles toujours des économies émergentes? La Chine et l’Inde appartiennent-elles encore au même groupe ? La Grande-Bretagne et l’Italie?

On apprend aujourd’hui que la France vient de replonger en récession alors que l’économie de la Grande-Bretagne montre des signes de résilience. Un continent, deux destinées. On pourrait en dire de même de tous les pays du «Club Med» (Espagne, Portugal, Italie, Grèce). Ces pays où il fait bon passer ses vacances mais où peu d’entre nous songeraient présentement à s’établir.

Il serait peut-être temps de réviser les étiquettes que l’on colle aux économies. Et d’ajouter une nouvelle catégorie : économies submergées ( submerging) par opposition à émergées ( économies matures) et émergentes ( emerging).

Le terme «économies émergées» est de Paul Collier, ex-directeur de la recherche à la Banque Mondiale, directeur du Center for the Study of African Economies à Oxford et conseiller spécial auprès de plusieurs gouvernements. «Submergées» parce que ces économies sont englouties sous le fardeau de la dette et du chômage structurel.

Comment devient-on une économie «submergée»?

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueur et journaliste de solutions pour la marque Les Affaires. Elle contribue à l’édition papier, au contenu web et à l’animation des événements. Elle pratique le journalisme de solutions qui consiste à présenter, avec un regard critique, des initiatives qui tentent de résoudre des problèmes sociétaux. Ses champs d’intérêt sont le nouveau capitalisme, l’innovation sociale, l’éthique, la gouvernance et la finance socialement responsable. Elle est régulièrement invitée à commenter ces enjeux dans les médias. Elle a coécrit quatre best-sellers (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi, J’ai perdu ma montre au fond du lac, La chaise rouge devant le fleuve). Son blogue, «Le fil de Diane» aide le lecteur à trouver le chemin vers une économie à impact sociétal positif.

Diane Bérard

Blogues similaires

Apprendre à tourner la page

Édition du 20 Janvier 2021 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. J’ ai une grande nouvelle que j’ai annoncée déjà il y a quelques jours sur notre site web.