Bérard - 5 Québécois à Moscou au G20 des jeunes entrepreneurs

Publié le 17/06/2013 à 11:29, mis à jour le 17/06/2013 à 12:03

Bérard - 5 Québécois à Moscou au G20 des jeunes entrepreneurs

Publié le 17/06/2013 à 11:29, mis à jour le 17/06/2013 à 12:03

BLOGUE. Plus de 13% (75M) des jeunes de la planète sont chômeurs. Dans certains pays, le taux atteint 30%. Certains analystes ont lancé la serviette. Ils ont déclaré cette génération « perdue ».

Winston Chan refuse ce verdict. Winston est propriétaire d’une clinique chiropratique depuis l’âge de 23 ans et président du CA du Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec.

En compagnie de quatre jeunes entrepreneurs québécois (Alexandre Dumont, Gazon synthétique Québec , Hugo Levasseur, Deltasco Solutions, Mike Schmidt, MFive Labs et Louis J. Parent, ChronoMetriq) Winston Chan se trouve à Moscou pour la quatrième édition au G20 YEA (Young Entrepreneur Alliance). Ce sommet (15-17 juin) réunit 400 jeunes entrepreneurs des quatre coins de la planète, dont 18 Canadiens.

Le thème du G20 YEA : comment les jeunes entrepreneurs peuvent contribuer à relever les défis économiques mondiaux.

"La crise économique actuellle est structurelle et non conjoncturelle, les chefs d'États et leur gouvernement doivent soutenir les jeunes entrepreneurs. On vise à réduire à 10% le chômage chez les jeunes d'ici 2020. Les jeunes entrepreneurs peuvent contribuer, si on les aide", m'écrit Winston Chan, en direct de Moscou.

Bonne nouvelle : les jeunes entrepreneurs, future source d’emplois

Selon un sondage mené par Accenture auprès de 1000 entrepreneurs de moins de 40 ans, 84% de ceux-ci prévoient créer des emplois au cours des deux prochaines années et 41% entrevoient une croissance de 8%. Mais pour y arriver, ils ont besoin d’aide.

De quoi les jeunes entrepreneurs ont-ils besoin?

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueur et journaliste de solutions pour la marque Les Affaires. Elle contribue à l’édition papier, au contenu web et à l’animation des événements. Elle pratique le journalisme de solutions qui consiste à présenter, avec un regard critique, des initiatives qui tentent de résoudre des problèmes sociétaux. Ses champs d’intérêt sont le nouveau capitalisme, l’innovation sociale, l’éthique, la gouvernance et la finance socialement responsable. Elle est régulièrement invitée à commenter ces enjeux dans les médias. Elle a coécrit quatre best-sellers (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi, J’ai perdu ma montre au fond du lac, La chaise rouge devant le fleuve). Son blogue, «Le fil de Diane» aide le lecteur à trouver le chemin vers une économie à impact sociétal positif.

Diane Bérard

Blogues similaires

Un petit truc malin pour surmonter un gros coup de blues

27/11/2020 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Pandémie, récession, chômage... Voici comment dénicher un rayon de soleil au milieu de tous ces nuages noirs!