9 conseils pour réussir sa campagne de financement participatif

Publié le 08/07/2015 à 11:29

9 conseils pour réussir sa campagne de financement participatif

Publié le 08/07/2015 à 11:29

Vous avez besoin d’argent pour financer votre projet d’entreprise. La tournée des organismes subventionnaires vous rebute et vous devez oublier les banques parce que vous n’avez pas encore de ventes ni d’actif. Et puis, vous n’avez pas envie de vous casser la tête à rédiger un plan d’affaires. Pas de problème, pensez-vous, il y a le sociofinancement, ou financement participatif. Vous allez afficher votre idée d’entreprise sur un site de financement participatif et recueillir de petites sommes de plusieurs donateurs jusqu’à atteindre votre objectif financier. Vous êtes tellement passionné et votre idée tellement bonne, ça ira tout seul.

Minute papillon!

«On ne retient que le mot financement dans l’expression « financement participatif», déplore François Bédard, directeur d’Ulule Canada. Ulule est une plateforme française lancée en 2010 (14 986 projets présentés, 9504 projets financés, 48,9M$ amassés, taux de succès du financement de 67%). Depuis avril 2015, Ulule possède un bureau au Québec.

« On bâtit sa notoriété d’abord, on lance sa campagne de financement participatif ensuite. »

 

Bonne nouvelle - «Le financement participatif est une tactique qui va bien au-delà du financement, ajoute François Bédard. C’est aussi de la mise en marché en amont – vous l’utilisez pour tester l’intérêt des gens pour votre produit en prévente. Ça sert aussi à bâtir votre communauté, à faire comprendre votre offre, à élargir votre public cible ( 20% à 30% des films présentés au festival Sundance ont été financés sur Kickstarter. Lorsqu’ils sortent en salle, ils ont déjà un public.) … à vous rendre désirable quoi!»

Mauvaise nouvelle – Recourir au financement participatif exige beaucoup de travail en amont aussi bien que pendant la campagne. Un travail qui requière des compétences en communication/ en rédaction/en graphisme/en animation de communauté.

ME SUIVRE SUR TWITTER: diane_berard

C’est ce que François Bédard a expliqué hier lors d’une formation sur le financement participatif et les secrets d’une campagne réussie. Cette formation se donne tous les mardis matins dans les locaux de l’Esplanade, dans le quartier Mile Ex. Vous pouvez vous inscrire sur la page Facebook de cet organisme.

Hier, une dizaine d’entrepreneurs ont assisté à la présentation. Ils ont eu droit à une bonne dose de réalité. Face à celle-ci, certains sont repartis débinés et d’autres stimulés. Chose certaine : savoir à quoi s’attendre augmente les chances de succès ou permet de choisir un autre instrument.

3 mythes à propos d’une campagne de financement participatif

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueur et journaliste de solutions pour la marque Les Affaires. Elle contribue à l’édition papier, au contenu web et à l’animation des événements. Elle pratique le journalisme de solutions qui consiste à présenter, avec un regard critique, des initiatives qui tentent de résoudre des problèmes sociétaux. Ses champs d’intérêt sont le nouveau capitalisme, l’innovation sociale, l’éthique, la gouvernance et la finance socialement responsable. Elle est régulièrement invitée à commenter ces enjeux dans les médias. Elle a coécrit quatre best-sellers (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi, J’ai perdu ma montre au fond du lac, La chaise rouge devant le fleuve). Son blogue, «Le fil de Diane» aide le lecteur à trouver le chemin vers une économie à impact sociétal positif.

Diane Bérard

Blogues similaires

3 trucs ultra simples pour gagner en efficacité au travail!

27/02/2020 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Travailler comme un moine, adopter la journée zéro réunion, ou encore discuter en prenant l'air...