S’enrichir une page à la fois


Édition du 20 Septembre 2023

S’enrichir une page à la fois


Édition du 20 Septembre 2023

Dans ce livre chronologique, on suit le parcours de François Rochon de son adolescence dans les années 1980 jusqu’à la fin de 2022.

Pendant mes vacances estivales, j’ai choisi de me détendre un peu en lisant deux ouvrages sur la Bourse.

L’un d’eux, sous la plume d’André Gosselin, est intitulé François Rochon. Le parcours singulier d’un investisseur d’exception. Dans cet ouvrage, l’auteur écrit au «je» un livre sur la Bourse en se référant fréquemment aux opinions de François Rochon, collaborateur de longue date du journal Les Affaires et participant régulier au balado Gestionnaires en action.

Dans ce livre chronologique, on suit le parcours de François Rochon de son adolescence dans les années 1980 jusqu’à la fin de 2022. Les passages les plus intéressants du livre, pour tout investisseur boursier, se retrouvent évidemment dans les chapitres qui relatent ses années à la tête de Giverny Capital, dont le nom est inspiré des jardins de Giverny, immortalisés par le peintre Claude Monet. Est-ce cela qu’on appelle l’«art d’investir»?

Pour celles et ceux qui ont suivi son cheminement, le livre contient peu de surprises quant à la vision de François Rochon sur la Bourse. Selon lui, tout investisseur, lorsqu’il acquiert des actions d’une société, doit se comporter comme s’il en devenait l’un des propriétaires. Lorsqu’il sélectionne un titre, c’est qu’il croit en son potentiel de croissance à long terme et en la pérennité de son ou ses avantages concurrentiels.

Du nombre, André Gosselin revient constamment sur le concept de ce qu’il appelle les entreprises «autodéterminées», soit celles qui arrivent à contrôler en grande partie les conditions de leur développement et de leur croissance. Il les compare à celles qui les contrôlent peu ou pas, qu’il qualifie d’entreprises «hétérodéterminées».

L’investisseur avisé, écrit l’auteur, devra avant tout miser sur des entreprises autodéterminées pour augmenter ses chances de succès en Bourse. Vous vous demandez comment les reconnaître ? Il vous donne trois trucs:

1. Elles financent leur croissance avec leurs fonds propres plutôt que par endettement;

2. Elles jouissent dans leur industrie d’un avantage concurrentiel qui fait qu’elles sont plus rentables et ont une croissance plus élevée que la moyenne;

3. Elles profitent de mégatendances sociologique, démographique ou économique.

Lorsque François Rochon détecte une entreprise qui répond à ces trois critères, il regarde par la suite si son titre est surévalué, bien évalué ou sous-évalué et mise sur cette dernière catégorie, car selon lui, la valeur d’un titre finit toujours par refléter la valeur intrinsèque de l’entreprise.

Parfois, le président de Giverny Capital a attendu qu’un titre convoité recule pour l’acheter… avant de le voir s’envoler. En d’autres occasions, il a réussi à acheter une entreprise de bonne valeur lorsque le titre se négociait près de sa valeur comptable, comme ce fut le cas en 2000, alors que les sociétés de la vieille économie étaient en disgrâce en pleine bulle techno. Il a alors acquis des actions de Berkshire Hathaway (BRK.B, 368,27 $US), conglomérat dirigé par les déjà légendaires Warren Buffett et Charlie Munger.

Les passages les plus instructifs portent sur l’humilité de l’investisseur, qui n’hésite pas à parler de ses erreurs autant que de ses meilleurs coups, ainsi que du mariage entre l’intelligence cognitive et l’intelligence émotionnelle.

François Rochon conserve la même philosophie depuis ses débuts en Bourse. Il mise avant tout sur des entreprises dont les activités sont pour lui faciles à comprendre. Il refuse de suivre les modes et de tenter de synchroniser ses achats et ses ventes avec les fluctuations des marchés boursiers, ce qui est selon lui la meilleure stratégie pour s’appauvrir.

Cela ne signifie pas qu’il faille conserver tous ses titres éternellement. Il évoque quatre raisons qui l’incitent à vendre un titre, et je cite:

1. Quand l’investisseur fait une erreur d’analyse;

2. Quand les fondamentaux d’une entreprise se détériorent ou quand une décision de la haute direction est susceptible de provoquer une telle détérioration;

3. Quand la valeur d’un titre semble nettement surévaluée;

4. Quand il trouve une meilleure occasion de placement et qu’il est raisonnable de vendre le titre A pour acheter le titre B.

S’il y a une leçon à retenir de ce livre, c’est que pour réussir en Bourse, il faut bien sûr posséder des connaissances théoriques et pratiques, mais que la part la plus importante du succès repose sur l’attitude qui accompagne les décisions d’investissement qui permettra de garder la tête froide lorsque les secousses se feront inévitablement sentir. Le livre parle aussi de l’importance de rester présent en Bourse, quoiqu’il advienne, si on veut espérer s’enrichir à long terme, car ne devient pas millionnaire qui veut du jour au lendemain. Il faut une bonne capacité d’épargne et miser sur des entreprises de qualité qui sauront générer de bons rendements sur plusieurs décennies.

 

Alerte au divulgâcheur

À la toute fin du livre, André Gosselin a répondu à une question que je me suis posée maintes fois, à savoir pourquoi personne n’avait jamais tenté de reproduire la formule qui a fait le succès de Warren Buffett à la Bourse. Le fondateur d’Amazon, Jeff Bezos, a pu poser la question à l’Oracle d’Omaha, qui lui a répondu:«Parce que personne ne veut être riche lentement.»

En lisant le livre, on mesure tout le chemin parcouru depuis les débuts de François Rochon dans le monde de l’investissement. Cela n’a pas toujours été un long fleuve tranquille. C’est un cheminement qui force le respect.

 

 

Abonnez-vous à notre infolettre thématique pour du contenu qui répond à votre réalité:

Finances personnelles — Tous les vendredis

Inspirez-vous des conseils de nos experts en planification financière et de toutes les nouvelles pouvant affecter la gestion de votre patrimoine.

À propos de ce blogue

Le blogue des Gestionnaires en action permet à des gestionnaires de portefeuille de commenter divers éléments de l'actualité boursière et financière qui retiennent l'attention.

Denis Lalonde
Sujets liés

Bourse

Sur le même sujet

Bourse: les gagnants et les perdants du 29 mai

Mis à jour le 29/05/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

Le feu sacré en affaires et en investissement

Édition du 22 Mai 2024 | Eddy Chandonnet

EXPERT INVITÉ. Après avoir connu un franc succès, certaines sociétés cessent de s’améliorer et finissent par stagner.

OPINION Deux points de pourcentage qui font une grosse différence
Édition du 22 Mai 2024 | Denis Lalonde
Bourse: les gagnants et les perdants du 28 mai
Mis à jour le 28/05/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne
Bourse: les gagnants et les perdants du 27 mai
Mis à jour le 27/05/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Blogues similaires

Encore trop tôt pour sauter dans l’arène

Édition du 14 Juin 2023 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Les banques canadiennes pourraient rester sur le banc des pénalités quelque temps encore.

Nouveaux sommets des marchés: occasion d'investissement ou risque accru?

05/04/2024 | Richard Langevin

EXPERT INVITÉ. Quel investisseur n’a pas déjà rêvé de réintégrer le marché le 23 mars 2020 après le recul pandémique?

Quand la Bourse fait office de casino

24/05/2024 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Comme le casino ou l’achat de billets de loterie, la Bourse sert régulièrement de plateforme spéculative.