Pourquoi Manuvie a un faible pour Nuvei, Lowe's (Rona) et Alphabet

Publié le 03/09/2021 à 08:00

Pourquoi Manuvie a un faible pour Nuvei, Lowe's (Rona) et Alphabet

Publié le 03/09/2021 à 08:00

Un magasin Rona

Lowe's, propriétaire de la bannière Rona, offre un bon potentiel de croissance, selon Steve Bélisle. (Photo: LesAffaires.com)

BALADO. Manuvie a procédé récemment à l'achat de participations dans le détaillant Lowe's (LOW, 206,15$US), qui possède la bannière Rona au Québec, et dans le géant des technologies de l'information Alphabet  (GOOGL, 2 865,74$US), la société mère de Google.

Selon Steve Bélisle, gestionnaire de portefeuille chez Gestion de placements Manuvie, ces deux entreprises recèlent un bon potentiel de croissance. 

Steve Bélisle est aussi un admirateur de la société montréalaise de gestion de paiements Nuvei (NVEI, 151,76$), qui devrait s'inscrire au Nasdaq dans un avenir rapproché.

 

À propos de ce blogue

Le blogue des Gestionnaires en action permet à des gestionnaires de portefeuille de commenter divers éléments de l'actualité boursière et financière qui retiennent l'attention.

Denis Lalonde
Sujets liés

Bourse

Sur le même sujet

Alphabet lance une filiale de robotique

23/07/2021 | AFP

L’objectif est de « réduire de façon radicale le temps, le coût et la complexité d’utilisation des robots industriels ».

Le potentiel d'appréciation du dollar canadien est limité, selon Fiera Capital

30/04/2021 | Denis Lalonde

BALADO. Avec sa récente progression, le potentiel d'appréciation du dollar canadien est limité, dit Fiera Capital.

Blogues similaires

La Bourse à un carrefour

Édition du 13 Octobre 2021 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Fidèle à sa réputation, le mois de septembre a produit un déclin pour tous les ...

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?

Rien de mieux que le tennis et la Bourse pour rester humble

15/10/2021 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. À la Bourse comme au tennis, la défaite reste la meilleure source d'apprentissage.