Immobilier: un marché qui vous empêche de dormir?


Édition de Mars 2024

Immobilier: un marché qui vous empêche de dormir?


Édition de Mars 2024

À Vancouver, les ménages devaient consacrer 103% de leur revenu mensuel au paiement de leur prêt hypothécaire, alors que la moyenne des 23 dernières années est de 63,4%. (Photo: 123RF)

BILLET. Selon des données de la Banque Nationale, l’accessibilité au logement au quatrième trimestre de 2023 s’est détériorée dans tout le Canada.

Dans leur plus récent Suivi de l’abordabilité du logement, les économistes Kyle Dahms et Alexandra Ducharme soutiennent que durant les trois derniers mois de l’année et pour un second trimestre consécutif, « chaque marché a connu une augmentation de son paiement hypothécaire en pourcentage du revenu (PHPR) en raison à la fois de la hausse des taux d’intérêt et de l’augmentation des prix des logements ».

Il faut préciser que la note mesure les dix principaux marchés immobiliers au Canada, de Victoria à Québec.

On y apprend qu’à la fin de 2023, le PHPR était largement supérieur à la moyenne depuis 2000 pour toutes les villes à l’étude. À Vancouver, par exemple, les ménages devaient consacrer 103% (!) de leur revenu mensuel au paiement de leur prêt hypothécaire, alors que la moyenne des 23 dernières années est de 63,4%.

À Montréal, c’est plus raisonnable. Le PHPR pour tous les types de logements est de 45,7%, ce qui place la métropole devant Ottawa/Gatineau (45,3%) et Québec (33,2%). Selon le document, un « logement représentatif » coûte 523 407 $ à Montréal, 654 405$ à Ottawa/Gatineau et 376 483$ à Québec.

Cela mène à la grande question : quel salaire annuel les ménages québécois doivent-ils obtenir pour pouvoir aspirer à la propriété ? Les économistes de la Banque Nationale l’estiment à 132 249$ pour Montréal, à 163 680$ pour Ottawa/Gatineau et à 95 350$ pour Québec.

Des chiffres qui ne sont pas à la portée de toutes les bourses, comme en font foi les salaires médians respectifs de 80 084$, 102 064$ et 79 991$ pour les trois villes.

 

L’option de la copropriété

Les économistes soulignent que le niveau national d’accessibilité à la propriété dans tout le Canada est presque revenu à son pire niveau depuis le début des années 1980.

Ce qu’il y a de plus inquiétant, selon eux, c’est que les logements en copropriété, qui constituent bien souvent une porte d’entrée pour les premiers acheteurs, sont à « leur plus haut taux d’inabordabilité depuis au moins deux décennies ».

Kyle Dahms et Alexandra Ducharme s’attendent malgré tout à ce que les prix de l’immobilier augmentent au Canada cette année, entre autres grâce à une croissance démographique sans précédent. Cette prévision se fonde aussi sur des données de la Société canadienne d’hypothèques et de logement, qui soutiennent que le taux d’inoccupation du marché locatif canadien est à un niveau record de 1,5%.

Évidemment, un tel taux d’inoccupation donne le gros bout du bâton aux propriétaires et laisse peu de place à une amélioration des loyers au pays.

Dans un marché immobilier où il semble n’y avoir nulle part où dormir sur ses deux oreilles, qu’importe les taux d’intérêt, les ménages québécois doivent tout de même se loger. Pour avoir un portrait de la situation dans la province, cliquez ici!

À propos de ce blogue

Le blogue des Gestionnaires en action permet à des gestionnaires de portefeuille de commenter divers éléments de l'actualité boursière et financière qui retiennent l'attention.

Denis Lalonde
Sujets liés

Bourse

Sur le même sujet

Logement: la ministre Duranceau veut un moratoire de trois ans sur les évictions

Mis à jour le 22/05/2024 | La Presse Canadienne

Un propriétaire pourra encore reprendre son logement pour un proche.

La course aux locataires se poursuit

Édition du 22 Mai 2024 | Charles Poulin

IMMOBILIER COMMERCIAL. Le retour lent des travailleurs dans les bureaux pèse sur les taux d’inoccupation.

Blogues similaires

Encore trop tôt pour sauter dans l’arène

Édition du 14 Juin 2023 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Les banques canadiennes pourraient rester sur le banc des pénalités quelque temps encore.

Nouveaux sommets des marchés: occasion d'investissement ou risque accru?

05/04/2024 | Richard Langevin

EXPERT INVITÉ. Quel investisseur n’a pas déjà rêvé de réintégrer le marché le 23 mars 2020 après le recul pandémique?

Quand la Bourse fait office de casino

24/05/2024 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Comme le casino ou l’achat de billets de loterie, la Bourse sert régulièrement de plateforme spéculative.