Bourse: «Sell in May and go away»... une mauvaise stratégie

Publié le 15/05/2020 à 08:00

Bourse: «Sell in May and go away»... une mauvaise stratégie

Publié le 15/05/2020 à 08:00

Des courtiers sur le plancher de la Bourse de New York.

(Photo: Getty images)

BALADO. En Bourse, l'adage «Sell in May and go away», que l'on pourrait traduire par «vendre en mai et se sauver», est une stratégie d'investissement à éviter.

Luc Girard, gestionnaire de portefeuille chez Noël Girard Lehoux Valeurs mobilières Desjardins, soutient qu'avec la montée en puissance des algorithmes et des transactions automatisées, vouloir se retirer des marchés boursiers pour éviter les creux de la période estivale privera les investisseurs d'importants rendements.

Qui plus est, les investisseurs ne doivent pas se préoccuper des indicateurs économiques qui s'assombrissent jour après jour. M. Girard rappelle que les indicateurs économiques sont ce que l'on appelle des indicateurs retardataires, alors que la Bourse est un indicateur avancé.

Le gestionnaire de portefeuille ajoute que le monde est à un vaccin ou à un traitement contre la COVID-19 de repartir dans un nouveau marché haussier. Dans ce contexte, les investisseurs doivent être prêts à vivre avec la volatilité des prochains mois.

 

Sur le même sujet

Bourse: Toronto encouragée par le déconfinement

REVUE DES MARCHÉS. À Wall Street, les marchés étaient fermés en ce jour férié.

La pandémie rend l'évaluation de sociétés plus difficile

22/05/2020 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. L’écart entre les scénarios optimiste et pessimiste est considérablement plus étendu.

Blogues similaires

Une reprise pas comme les autres

Édition du 13 Mai 2020 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Les chocs provoquent souvent un changement des meneurs en Bourse. Le tour des manufacturiers et des ...

Pourquoi Buffett n'investit pas son encaisse?

BLOGUE INVITÉ. Le virage de 180 degrés de Warren Buffett a-t-il une explication?

La pandémie rend l'évaluation de sociétés plus difficile

22/05/2020 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. L’écart entre les scénarios optimiste et pessimiste est considérablement plus étendu.