Bourse: malgré trois mois de reculs, le S&P 500 est-il encore trop cher?

Publié le 03/11/2023 à 07:30

Bourse: malgré trois mois de reculs, le S&P 500 est-il encore trop cher?

Publié le 03/11/2023 à 07:30

Une vue extérieure de Wall Street

L'indice américain S&P 500 enregistré trois mois consécutifs de reculs en août, septembre et octobre. (Photo: 123RF)

BALADO. L'indice américain S&P 500 enregistré trois mois consécutifs de reculs en août, septembre et octobre.

«Malgré cela, beaucoup d'investisseurs estiment que les marchés américains sont encore surévalués et que la correction pourrait se poursuivre», explique Luc Girard, gestionnaire de portefeuille chez Noël Girard Lehoux, Valeurs mobilières Desjardins.

 

Luc Girard préfère diviser l’indice principal de la Bourse de New York en deux: «d’un côté, vous avez les 10 plus importantes capitalisations boursières qui sont évaluées en moyenne à près de 28 fois les bénéfices prévus des 12 prochains mois. De l’autre, vous avez 490 entreprises qui se négocient en moyenne à 17,6 fois ces mêmes bénéfices attendus. On ne peut donc pas parler de surévaluation pour 98% de l’indice», croit-il.

Le gestionnaire de portefeuille croit que les indices boursiers internationaux offrent des évaluations beaucoup plus raisonnables en ce moment, ce qui ne signifie pas nécessairement qu'il faille tout miser sur leur remontée.

«La surpondération des actions américaines au cours des 14 dernières années a été incroyablement payante. Est-ce que les investisseurs devraient changer radicalement leur allocation d’actifs? La réponse est non. Par contre, il est temps de commencer à profiter de la sous-évaluation des actions internationales», croit-il.

Pour les investisseurs qui veulent rester présents sur le marché américain tout en maximisant une saine diversification, Luc Girard estime qu’il devient intéressant de miser sur des fonds qui reproduisent le rendement équipondéré du S&P 500, ce qui signifie que chaque entreprise de l’indice a un poids de 0,2 point de pourcentage dans le fonds.

«Advenant une correction du Top 10, les investisseurs seraient ainsi beaucoup mieux protégés et pourraient même profiter d’une réévaluation à la hausse des 490 autres titres de l’indice», dit-il.

Pour 2024, Luc Girard cite le Département d'études économiques de Desjardins qui continue de miser sur une récession légère au Canada qui sera marquée par des baisses de taux en seconde moitié d'année.

À propos de ce blogue

Le blogue des Gestionnaires en action permet à des gestionnaires de portefeuille de commenter divers éléments de l'actualité boursière et financière qui retiennent l'attention.

Denis Lalonde
Sujets liés

Bourse

Sur le même sujet

Bourse: Wall Street termine en ordre dispersé, mais le Nasdaq enchaîne un 5ème record d'affilée

Mis à jour le 14/06/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a terminé dans le rouge.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi 14 juin

Mis à jour le 14/06/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les marchés mondiaux étaient mitigés vendredi matin.

OPINION Bourse: Wall Street finit contrastée, nouveaux records pour Nasdaq et S&P 500
Mis à jour le 13/06/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi 13 juin
Mis à jour le 13/06/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: records à Wall Street pour le Nasdaq et le S&P 500
Mis à jour le 12/06/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Blogues similaires

Encore trop tôt pour sauter dans l’arène

Édition du 14 Juin 2023 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Les banques canadiennes pourraient rester sur le banc des pénalités quelque temps encore.

Nouveaux sommets des marchés: occasion d'investissement ou risque accru?

05/04/2024 | Richard Langevin

EXPERT INVITÉ. Quel investisseur n’a pas déjà rêvé de réintégrer le marché le 23 mars 2020 après le recul pandémique?

L'éloge de la lenteur

14/06/2024 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Même si on prend des vacances, nos sociétés n’arrêtent pas de travailler pour nous.