Pourquoi les femmes gestionnaires sont essentielles

Publié le 25/07/2012 à 08:12, mis à jour le 30/07/2012 à 13:45

Pourquoi les femmes gestionnaires sont essentielles

Publié le 25/07/2012 à 08:12, mis à jour le 30/07/2012 à 13:45

Aversion au risque

C’est connu; dans en matière de gestion d’entreprise, les femmes sont moins enclines à prendre des risques. Risques pour beaucoup d’entre elles rime avec…risque, tout simplement. Il y a donc possibilité de mettre en péril tous les acquis et de manière irréversible. Pour cela, les femmes sont moins prêtes à risquer leur entreprise, mais surtout leur travail et celui des employés.

Par contre, les femmes d’affaires doivent travailler sur ces points, qui sont moins des caractéristiques innées chez elles :

Cultiver un réseau

Oui, je parle encore de réseau! Contrairement aux garçons, les filles n’ont pas commencé à nourrir un réseau dès le plus jeune âge. De multiples raisons expliquent cela, mais il n’en demeure pas moins que cet aspect peut être un frein réel à l’ascension à des postes de plus haut niveau, ou encore l’obtention d’une promotion. On peut aussi parler dans certains cas d’un sens politique manquant.

Peu de confiance en soi

En règle générale, la femme a du mal à parler d'elle, à se mettre en valeur pour faire ressortir ses atouts. Même en étant spécialiste dans un secteur, les femmes hésiteront plus que les hommes lorsqu’il s’agit de faire prévaloir ses réussites.

Gérer sa disponibilité et dire non

Le multitasking a aussi ses revers. Trop est toujours trop. Ne pas savoir dire non est un problème rencontré par grand nombre de femmes managers et peut perturber la gestion de leurs priorités. Elles préfèrent souvent dire oui, quitte à culpabiliser ensuite au regard de leurs choix. Je partage entièrement ce point!

À propos de ce blogue

«Ceteris paribus» est un blogue de Déborah Cherenfant, qui est la présidente et porte-parole de la Jeune Chambre de commerce de Montréal ainsi que la directrice régionale, Femmes entrepreneures, au Groupe Banque TD. Elle souhaite que ses réflexions amènent à prendre conscience que non, toutes les choses ne sont pas toujours égales par ailleurs, comme semble le vouloir ce bon vieux principe économique.

Déborah Cherenfant

Blogues similaires

La polarisation devient un risque d’affaires au Canada

05/02/2022 | François Normand

ANALYSE. La pandémie n'a pas créé cette polarisation; elle a plutôt été un facteur aggravant de tendances.

95 ans d'ambition et d'innovation

Édition du 21 Février 2024 | Marine Thomas

BILLET. Cela fait déjà 95 ans que le journal «Les Affaires» informe les décideurs du Québec.

Énergie nucléaire: pourquoi pas, la suite

13/02/2024 | Nicolas Duvernois

EXPERT INVITÉ. «Sommes-nous maintenant rendus à l’heure de la révolution énergétique?»