COVID-19: ne pas céder à la panique


Édition du 15 Avril 2020

COVID-19: ne pas céder à la panique


Édition du 15 Avril 2020

(Photo: 123RF)

À VOS AFFAIRES. Garder la tête froide est toujours recommandé, mais en période de crise, c'est plus important que jamais. Le stress supplémentaire dans un temps de crise peut provoquer des émotions qui doivent être contrôlées sous peine de prendre de mauvaises décisions.

Les finances personnelles de la plupart d'entre nous sont et seront affectées par la pandémie mondiale de COVID-19. La diminution des revenus ou de la valeur des investissements peut justifier l'inquiétude des personnes touchées. Être inquiet est une chose, perdre la carte et prendre des décisions irrationnelles en est une autre.

En ce moment, on ne connaît pas encore tous les dommages économiques que causera la crise. On sait cependant que les gouvernements voudront absorber, en bonne partie, les effets négatifs, ce qui coûtera une fortune. Malgré ces efforts, plusieurs personnes seront touchées très négativement.

Il faut toutefois regarder la situation dans son ensemble. Une telle crise agit souvent comme un catalyseur ou un accélérateur, en provoquant ou en devançant des événements. C'est le cas pour les entreprises qui n'allaient pas très bien. La crise précipite leur fermeture. Dans ce cas, c'est possiblement une agonie raccourcie.

Où est le bon côté ?

L'effet catalyseur de la crise se fait sentir au sein de plusieurs entreprises qui créent des façons de faire qu'elles n'envisageaient pas. Même l'appareil gouvernemental voit ses processus chamboulés. Ces changements rendront plusieurs organisations plus efficaces.

Il faut aussi savoir que, entre vous et moi, le virus SARS-CoV-2, celui qui cause la COVID-19, est loin d'être aussi dangereux que d'autres types, connus et inconnus. La crise actuelle aura été une bonne «pratique générale» pour le jour où des acides nucléiques entourés de protéines sorties de nulle part détruiront tout sur leur passage.

Dans quelques années, on verra sûrement que, finalement, on s'en est sortis, de façon globale. Les petites entreprises du Québec sont toutefois exploitées par des entrepreneurs créatifs à la «couenne dure». Ces personnes auront rebondi. Les travailleurs autonomes les plus résilients auront passé à travers. Les employés ayant perdu leur travail auront été réembauchés, la situation de plein emploi, voire de manque de main-d'oeuvre, sera revenue. Pour ce qui est des plus grandes entreprises, elles auront aussi réembauché pour continuer leur croissance.

Avoir confiance

Si vous êtes un employé sans travail actuellement, vous devez avoir confiance qu'un employeur aura besoin de vos services après cette crise. L'ensemble des mesures mises en place par l'État visent à ce que vous puissiez vous en sortir indemne d'ici ce jour.

Si vous êtes un travailleur autonome dont les activités sont assez perturbées pour mettre votre carrière en péril, les gouvernements ont mis en place des mesures de soutien financier d'urgence pour vous aider. Regardez toutes les sources de liquidités possibles dans votre entourage et accrochez-vous à l'espoir que cette crise sera terminée dans quelques mois. Les institutions financières et les services publics donnent aussi un répit à ceux qui en auront besoin pour traverser cette crise.

Les marchés boursiers se relèveront et, dans un nombre de mois que je ne connais évidemment pas, auront repris toute la perte subie. À ce moment, certains diront qu'ils ont bien fait d'entrer dans le marché dans le pire de la crise. Tous ceux qui n'ont pas vendu leurs titres en panique se féliciteront d'être restés dans le marché et même ceux qui n'auront pas suivi avec frénésie la débâcle de leurs titres, mais choisi de faire des tartelettes et de se rapprocher virtuellement de leurs proches, auront de belles histoires à raconter à leurs petits-enfants... quand, un jour, on sera de fiers survivants de cette pandémie historique. Non, vraiment, la panique est inutile. Garder la tête froide et prendre des décisions qui «limitent les dégâts» est la chose à faire, même si ce n'est pas nécessairement évident.

Bonne chance dans cette crise.

À propos de ce blogue

Dany Provost possède une formation multidisciplinaire lui permettant d'avoir une vue d'ensemble d'une situation financière. Combinant l'actuariat, la fiscalité, le placement et une grande maîtrise de l'environnement Excel, son expertise lui a permis de développer plusieurs outils de modélisation complexes, notamment en optimisation fiscale. En plus d’être associé dans les cabinets Planium et Avanco, il est directeur planification financière et optimisation fiscale chez SFL Expertise. Il est l’auteur du best-seller Arrêtez de planifier votre retraite, planifiez votre plaisir et est un collaborateur régulier dans les médias en plus d’être chroniqueur en fiscalité dans le journal Finance et Investissement, une publication de TC Media.

Dany Provost