Et si votre maison vous appauvrissait?

Publié le 29/08/2017 à 11:15

Et si votre maison vous appauvrissait?

Publié le 29/08/2017 à 11:15

Il y a un peu plus d’une semaine, j’affirmais ici que l’achat d’une maison, contrairement à la croyance répandue, n’était pas un bon investissement. Je ne pensais pas toucher un sujet aussi sensible. Mes propos ont eu le même effet chez certains que si j’avais bousculé leur grand-maman sur la rue, ou c'eusse mieux passé, je crois.

Permettez-moi de gratter encore la plaie, juste un peu, par sadisme: et si plutôt que vous enrichir, votre maison vous appauvrissait? Ne me lancez pas de pierres, je ne fais que poser la question.

Après la publication de ma chronique, une chercheuse en sociologie de l’Université McGill m’a contacté pour discuter de ses travaux dont les conclusions rejoignent mon propos. Elle va plus loin en fait: cet acharnement de la classe moyenne à concentrer ses avoirs dans une maison contribue à son appauvrissement relatif. C’est l’une des conclusions de sa thèse de doctorat qu’elle a obtenu à l’Université de Chicago.

Les recherches de Maude Pugliese ont porté sur la situation aux États-Unis, entre 1984 et 2011. Ses résultats auraient sans doute varié un peu au Canada, mais les conclusions auraient été les mêmes.

Ce qui intéresse la chercheuse, ce sont les inégalités de revenu. Le revenu, rappelle-t-elle, est constitué pour une bonne part du salaire, mais aussi des gains sur les placements, qu’il s’agisse d’immobilier ou d’actifs financiers.

Dans cette recherche, elle observe la chose sous diverses coutures, notamment à travers la répartition des actifs chez les Américains les plus riches en comparaison de celle que préconisent leurs compatriotes qui se situent au centre de l’échelle de revenu. Réglons les évidences: les riches ont un salaire plus élevé et les rendements financiers occupent une plus grande place de leurs revenus globaux.

Maude Pugliese remarque que les investissements des mieux nantis sont plus diversifiés que ceux de l’Américain moyen, qui a tendance à concentrer une grande partie de ses avoirs dans la brique. Les plus riches investissent davantage dans les actions, mais aussi dans des classes d’actifs assez pépères comme des bons du Trésor. Ce qu’on veut souligner par là, c’est que les meilleurs rendements des mieux nantis ne proviennent pas de placements exotiques ou très agressifs, mais d’une répartition d’actifs plus équilibrée.

Mais voici le plus intéressant. La chercheuse a calculé que l’Américain moyen réduirait de 8 à 15% l’écart de revenu qui le sépare des plus riches s’il répartissait comme eux ses avoirs. Autrement dit, en croyant s’enrichir en achetant une maison, Joe Blow contribue à l’inégalité des revenus dans laquelle il tient le rôle de perdant.

Suivez-moi sur Twitter / Pour lire mes autres billets

Il est normal qu’un ménage moyen consacre une plus grande proportion de ses ressources à la maison que celui appartenant aux 5% les plus riches. Tout le monde doit se loger. Il en restera toujours plus dans les poches des mieux nantis une fois ce besoin comblé, même luxueusement, et dans deux résidences plutôt qu’une, ce qui leur donne tout le loisir de mieux équilibrer leurs avoirs.

Mais les conclusions de Maude Pugliese n’ébranlent pas moins l’idée que la propriété est un moyen d’enrichissement. Elle n’est pas la première à le faire, je pense notamment au planificateur financier Éric Brassard qui a traité la question dans Un chez-moi à mon coût, un livre au titre évocateur qui nous rappelle qu’il y a un coût à vivre sous un toit, qu’on soit propriétaire ou locataire.

La chercheuse, qui ne fait pas dans le conseil, nous rappelle néanmoins indirectement que le choix d’une maison comporte des conséquences financières importantes.

Plus un ménage injectera des ressources dans une résidence, moins il pourra s’enrichir, l’argent consacré au logement ne pouvant être investi de manière plus rentable, ailleurs. On appelle cela le coût d’opportunité (ou de renonciation), un coût dans le meilleur des cas sous-estimé ou la majeure partie du temps ignoré.

Financièrement, le mieux serait donc d’aborder l’immobilier de manière moins enthousiaste.

Mais il y n’a pas que les finances dans la vie, et je vous donne entièrement raison. Deux facteurs en effet motivent le choix d’un logement, qu’il s’agisse d’un appartement en location, de l’achat d’un condo ou d’une maison de banlieue avec piscine entourée d’un immense terrain gazonné: les besoins et le plaisir. Ou si vous préférez, le comptable et l’hédoniste, le combat intérieur entre le petit Pierre-Yves McSween ailé et le petit Jean Airoldi cornu.

Vous aurez plus de chances de vous enrichir à suivre le premier. Vous aurez probablement plus de fun à écouter le second. Mais méfiez-vous de celui qui vous promet les deux.

Il s’agit probablement de vous.

Suivez-moi sur Twitter / Pour lire mes autres billets


 

 

 

 

À propos de ce blogue

Les finances personnelles, ça consiste à gérer son argent au jour le jour en fonction d’objectifs plus ou moins éloignés. En regardant du bon angle, on constate qu’il s’agit d’un instrument pour réaliser ses ambitions et ses rêves. C’est avec humanité et une pointe d’humour que Daniel Germain compte aborder les finances personnelles dans ce blogue, dont l’objectif est de vous informer et de vous faire réagir. Daniel Germain assume la direction du magazine de finances personnelles Les Affaires Plus depuis 2002 et a développé de vastes connaissances sur le sujet.

Daniel Germain