Des «rabais» de 100% sur Internet

Publié le 24/05/2016 à 11:45

Des «rabais» de 100% sur Internet

Publié le 24/05/2016 à 11:45

Est-ce l’approche de la saison estivale? Mes activités sur le Web laissent-elles paraître un brin de fatigue? Je m’inquiète, Amazon m’a envoyé un courriel récemment dans lequel il fait la promotion d’une gamme de valises en solde à 60%.

Suis-je mûr pour un voyage sans le savoir?

Ce n’est pourtant pas dans les habitudes du commerçant en ligne. Il me propose habituellement des choses que j’ai déjà achetées, des produits que j’ai cherchés sur son moteur de recherche ou des articles connexes.

Suivez-moi sur Twitter / Pour lire mes billets précédents

Tenez, par exemple, je me suis procuré l’année dernière de la gomme de xanthane pour mener une expérience culinaire, aujourd’hui encore bloquée à l’étape de projet. Depuis, Amazon(Nasdaq, AMZN) ne cesse de m’embêter pour que je commande de la gomme de guar et de la farine de tapioca.

Il y a un peu plus d’un mois, j’ai craqué pour une montre Seiko 5 automatique beige dont je n’avais pas vraiment besoin. Eh bien la semaine suivante, Amazon me proposait la noire. Et depuis, le site me suggère un assortiment de bracelets de montre.

Mais des valises en solde? Je n’ai pourtant pas magasiné de maillot de bain, ni de guide de voyage. Mais comme on parle beaucoup d’intelligence artificielle ces temps-ci, peut-être que les recommandations du détaillant américain sont basées sur des critères plus poussés.

J’ai tapé «Calinours» l’autre jour dans la fenêtre de recherche, j’avais un plan pour faire rigoler les collègues. Amazon a peut-être interprété cette recherche comme un signe de dépression imminente. Et il me suggère de faire mes valises et de prendre des vacances.

C’est beau le progrès, grâce à Internet et l’analyse de nos comportements en ligne, les commerçants savent ce que voulez avant même que vous ne le sachiez vous-même. Très pratique aussi, on peut assouvir son «besoin» dans la minute, dans le confort de son foyer. Habituellement, le temps de penser à se rendre au magasin suffit à faire passer l’envie. Plus maintenant. On a qu’à cliquer sur deux boutons: «buy» et «check-out» et le tour est joué, livraison au bureau la semaine suivante via UPS.

En plus, ce n’est pas cher. Amazon offre des rabais incroyables de 35 %, 50%, 60% et parfois plus de 80%. Tout est en solde tout le temps on dirait.

Amazon est une redoutable machine de vente.

Quand on cherche bien, on peut trouver de meilleurs deals sur le site de la multinationale. Le New York Times a dégoté un bac à litière pour chat en solde de 99%. Oui! Ce qui est vraiment incroyable ici, c’est le prix de détail suggéré: 2159$. Vous avez bien lu. En l’achetant à 27,67$, le client profite d’une économie de 2131,33$.

Lire l'article du New York Times ici

Le quotidien a détecté un produit soldé à 100%, un paquet de deux piles pour téléphone sans fil, en vente à 3,75$ au lieu de 832,99$. Il s’agit probablement d’erreurs, mais Amazon a tout de même tendance à opter pour un prix de vente suggéré élevé pour faire miroiter des aubaines alléchantes. Un consommateur peut facilement trouver des prix identiques ailleurs, et même meilleurs parfois.

Au Québec, l’affichage des prix dans les commerces est strictement réglementé et l’Office de la protection des consommateurs veille au grain. Les commerçants ne peuvent pas annoncer de faux rabais simplement en montant le prix de détail suggéré. Ils sont tenus d’offrir de vrais soldes.

Un marchand ne pourrait pas, par exemple, claironner avoir la meilleure offre en ville si on trouve le même produit vendu à un prix identique chez un concurrent. Il est aussi tenu d’avoir un inventaire suffisant pour satisfaire la demande pour un article en solde, sinon il doit préciser dans sa promotion la quantité qu’il a en magasin.

Dans le commerce en ligne, notamment chez les marchants multinationaux comme Amazon, on ne formalise pas trop du cadre réglementaire local. Et on ne se s’embarrasse pas de collecter systématiquement les taxes de vente, notamment pour les vendeurs affiliés. 

Mais j’y pense: une entreprise multinationale efficace qui transgressent les règles locales, qui ne perçoit pas uniformément les taxes, qui envoie ses profits dans des juridictions fiscalement avantageuses et qui est dirigée par un milliardaire…

M. Guy Chevrette, mais où êtes-vous?

Suivez-moi sur Twitter

Pour lire mes billets précédents

À propos de ce blogue

Les finances personnelles, ça consiste à gérer son argent au jour le jour en fonction d’objectifs plus ou moins éloignés. En regardant du bon angle, on constate qu’il s’agit d’un instrument pour réaliser ses ambitions et ses rêves. C’est avec humanité et une pointe d’humour que Daniel Germain compte aborder les finances personnelles dans ce blogue, dont l’objectif est de vous informer et de vous faire réagir. Daniel Germain assume la direction du magazine de finances personnelles Les Affaires Plus depuis 2002 et a développé de vastes connaissances sur le sujet.

Daniel Germain