Ce score de crédit qui ne vous servira à rien

Publié le 15/11/2016 à 10:30

Ce score de crédit qui ne vous servira à rien

Publié le 15/11/2016 à 10:30

Suis engagé-je sur la pente de la déchéance financière? Je me suis posé la question en constatant la dégradation de mon score de crédit récemment.


Il demeure très bon, mais il n’est plus ce qu’il était. C’est un peu comme les années qui s’empilent dans le corps. On se sent en forme comme si on avait 20 ans, mais lorsqu’on saute sur la patinoire avec des adultes encore imberbes, on réalise alors que nos poils blancs sur le menton ne sont pas seulement un signe de sagesse.


En une fraction de seconde, l’effet cumulé d’un lent processus sournois nous saute au visage… Bang!


Ainsi me suis-je senti quand j’ai constaté que mon score Equifax est passé de 778 à 759 en deux ans. Pourtant, ma cote de crédit devrait en principe s’améliorer avec le temps, contrairement à mes prouesses athlétiques.


Qu’est-ce que j’ai fait? La seule explication possible est ce retard de 30 jours pour le paiement d’une facture de téléphone cellulaire (que j’ai cru à tort avoir réglée). Mais une erreur aussi anodine peut-elle expliquer cette rétrogradation de la catégorie «Excellent», à celle «Très bon» (la frontière est à 760)? Selon mon rapport, 57% des Canadiens ont un excellent dossier. Je ne fais même pas partie de cette majorité, je suis honteusement relégué sous la médiane!


Peut-être devrais-je changer cette habitude de programmer le paiement de mes factures (carte de crédit, cellulaire, câble) à la journée de l’échéance. Si on veut bichonner sa cote, il est préférable de payer quelques jours à l’avance, il parait, chose que je n’ai jamais faite au cours des 10 dernières années.


Dans quelle mesure cela influence la note? Je n’en sais rien. Personne ne le sait vraiment. Et c’est là le problème. Equifax et sa concurrente TransUnion sont d’une opacité rosicrucienne. L’algorithme de calcul est secret. Le duopole n’a de compte à rendre à personne alors qu’il est un rouage incontournable du système de crédit.


Suivez-moi sur Twitter / Pour lire mes billets précédents


Si seulement la cote qu’on obtient en déboursant 24$ (chez Equifax) faisait foi de tout! Après avoir discuté avec deux courtiers hypothécaires, je constate que c’est plus compliqué. L’un d’entre eux, Denis Doucet, forme les troupes de Multi-Prêts sur la question des dossiers de crédit. Il m’explique que la cote pour laquelle les gens paient ne garantit en rien la facilité à se voir accorder un prêt.


Mon score de 759 correspond à ma cote FICO, m’explique-t-il. Lorsqu’un prêteur voudra vérifier mon dossier de crédit auprès d’Equifax, il obtiendra ma cote Beacon. Les deux ne correspondent pas. Une personne avec une bonne cote FICO en apparence pourrait se voir refuser un prêt à la banque, car sa cote Beacon est insatisfaisante. Les méthodes d’évaluation utilisent des algorithmes différents.


Vous voulez connaître votre note Beacon? À moins qu’un prêteur ou un courtier ne soit disposé à vous la dévoiler, bonne chance! Equifax ne vous communiquera que la FICO, et les prêteurs s’engagent par contrat à ne pas transmettre la note Beacon à leurs clients. Quand ils le font, c’est au risque de ne plus pouvoir faire affaire avec Equifax.


Mais ça va plus loin. Pour une même personne, l’information que recevra un prêteur hypothécaire sera différente de celle transmise à un concessionnaire auto. Les risques de retard et de défaut varient selon qu’il s’agisse d’un prêt-auto, d’une hypothèque ou encore d’une assurance vie.


Et là, on ne parle ici que de l’information fournie par l’agence qui évalue le crédit. Ces données seront interprétées différemment d’un prêteur à l’autre au sein de la même industrie. Le dossier ne renferme pas seulement la cote Beacon. Il contient de l’information assez raffinée sur les habitudes de paiements et certains comportements financiers du client. Comment se comporte-t-il avec du crédit renouvelable et perpétuel (carte et marge)? Et pour les prêts à tempérament (prêt personnel, prêt-auto, etc.)?


Un prêteur pourrait être plus sensible aux retards de 60 jours occasionnelsque sur des retards de 30 jours fréquents, par exemple. Ce pourrait être le contraire chez le prêteur installé de l’autre côté de la rue, tant et si bien qu’on peut facilement se qualifier dans une institution financière et pas du tout chez une autre.


Et la cote FICO, qu’on obtient en déboursant 24$? Elle ne dit rien sur notre capacité d’emprunt et elle est inutile à celui qui voudrait s’en servir pour négocier un prêt. À quoi sert-elle alors? «Il ne s’agit que d’une valeur relative qui permet de voir si, de manière générale, notre dossier de crédit s’améliore ou non», dit Denis Doucet.


Sur la pente descendante, je vous disais!



Suivez-moi sur Twitter / Pour lire mes billets précédents

À propos de ce blogue

Les finances personnelles, ça consiste à gérer son argent au jour le jour en fonction d’objectifs plus ou moins éloignés. En regardant du bon angle, on constate qu’il s’agit d’un instrument pour réaliser ses ambitions et ses rêves. C’est avec humanité et une pointe d’humour que Daniel Germain compte aborder les finances personnelles dans ce blogue, dont l’objectif est de vous informer et de vous faire réagir. Daniel Germain assume la direction du magazine de finances personnelles Les Affaires Plus depuis 2002 et a développé de vastes connaissances sur le sujet.

Daniel Germain

Sur le même sujet

Les banques américaines prêtent moins facilement

Les banques resserrent les critères d'emprunt, mais il est encore trop tôt pour crier au loup.

Un outil de crédit… qui aide à payer ses dettes

Édition de Novembre 2018 | Claudine Hébert

Un outil de crédit… qui aide à payer ses dettes Seulement le tiers des détenteurs de cartes ...