Vol à l’étalage: cri d’alarme dans le commerce de détail

Publié le 13/03/2024 à 10:00, mis à jour le 13/03/2024 à 10:22

Vol à l’étalage: cri d’alarme dans le commerce de détail

Publié le 13/03/2024 à 10:00, mis à jour le 13/03/2024 à 10:22

Les répercussions de ces vols dépassent largement l’aspect économique. (Photo: courtoisie)

EXPERT INVITÉ. Comme moi, vous avez sans doute entendu parler dans les médias du fléau des vols de voitures, si ce phénomène ne vous est pas arrivé directement. En réponse à celui-ci, le Sommet national pour lutter contre le vol de véhicules a eu lieu en février dernier. Des mesures concrètes ont été annoncées à la suite de celui-ci, telles que davantage de surveillance dans les ports et plus d’argent disponible pour la police, afin d’assurer des actions sur le terrain.

Le vol est aussi une réalité qui prend, malheureusement, de plus en plus de place dans le secteur du détail. En effet, la hausse des vols à l’étalage est devenue un des grands enjeux pour plusieurs commerçants dans les derniers mois.

En partie attribuables à une inflation élevée et à la récession que nous vivons, les vols à l’étalage prennent de l’ampleur depuis 2021. En effet, selon Statistique Canada, en 2022, le nombre de vols d’une valeur marchande de plus de 5000$ a augmenté de plus de 90% par rapport à 2021. 

Aussi, la part des marchandises déclarées volées sur les ventes totales a également augmenté en 2023, passant d’une moyenne de 0,7% en 2021 à 0,85% l’année suivante et à 1,0% cette année. Pour contextualiser ces résultats, 1% des ventes au détail du Québec représenterait environ 1,8G$ par année, soit une moyenne approximative de 50 000$ par établissement. 

Toutefois, les répercussions de ces vols dépassent largement l’aspect économique. Pensons au climat de peur qui réside parmi les employés ou à la charge des propriétaires d’entreprise face aux bris physiques des établissements. Il s’agit de conséquences significatives à prendre en compte pour le bien-être global du secteur.

 

Protégez vos commerces et votre personnel

Que faire pour tenter de contrer les vols en magasin et ses effets? Voici quelques pistes: 

1. Renforcement des politiques de sécurité: mettez en place des politiques claires et strictes concernant le vol, y compris des consignes sur la façon de gérer les situations de vol et les procédures à suivre pour signaler les incidents.

2. Formation et sensibilisation: assurez-vous que les employés sont formés pour reconnaître les signes de vol et qu’ils comprennent les procédures à suivre le cas échéant. 

3. Protection du personnel: assurez-vous que les employés se sentent en sécurité au travail en mettant en place des mesures pour les protéger, comme des boutons d’alarme ou des procédures d’intervention en cas d’urgence. 

4. Surveillance et sécurité: installez des caméras de sécurité et des systèmes de surveillance pour dissuader les voleurs potentiels et pour aider à identifier les suspects en cas de vol. En effet, plusieurs vols ne sont pas déclarés à la police, en raison de la difficulté à fournir des preuves tangibles. Par exemple, la découverte d’emballages ouverts et vides rend la déclaration de ces incidents difficile, voire impossible. 

5. Contrôle des accès: limitez l’accès aux zones sensibles du magasin et mettez en place des systèmes de verrouillage pour protéger les produits de grande valeur. 

6. Aménagement du magasin: organisez le magasin de manière à maximiser la visibilité et à réduire les opportunités de vol en minimisant les zones cachées ou isolées. 

7. Communication avec les autorités locales: établissez une relation avec les forces de l’ordre locales pour signaler les incidents de vol et coopérer avec les enquêtes. 

8. Gestion des stocks: effectuez régulièrement des inventaires pour détecter les éventuelles pertes et assurez-vous que les procédures de gestion des stocks sont efficaces pour prévenir les vols internes. 

En mettant en œuvre ces mesures, vous pouvez aider à réduire les vols dans le commerce de détail et à protéger à la fois vos employés et vos biens. 

 

Des attentes budgétaires

Dans le cadre du dépôt budgétaire 2024-2025, le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD) a déposé son mémoire prébudgétaire avec trois recommandations concernant ce dossier:

1) Bonifier la formation des travailleurs et des travailleuses;

2) Offrir des subventions pour l’achat de systèmes de sécurité;

3) Développer un programme de sensibilisation publique.

Face à la montée fulgurante de ce phénomène et de ses conséquences, je suis convaincu que nous devons agir de manière proactive pour aborder ce problème de manière efficace et ainsi protéger nos communautés et rendre nos espaces commerciaux plus sûrs pour tous.

À propos de ce blogue

Damien Silès est directeur du Conseil québécois du commerce de détail depuis janvier 2023. Doté d’une solide formation en commerce international, Damien Silès occupait depuis 2014 le poste de directeur général du Quartier de l’innovation de Montréal. Il a auparavant été, pendant six ans, directeur général de la Société de développement social de Ville-Marie, premier courtier social en Amérique du Nord, qu’il a fondée en 2008. L’action qu’il a menée à la barre de cet organisme a été saluée par les médias et lui a valu d’être nommé à deux reprises Personnalité de la semaine La Presse-Radio-Canada (février 2011 et juin 2013). De 2002 à 2008, il a également été directeur du membership et des ventes à la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, poste qui lui a permis de tisser de solides relations avec le milieu des affaires québécois.

Damien Silès

Sur le même sujet

Blogues similaires

Trois actions pour une réelle transition énergétique

06/05/2024 | Pierre Graff

EXPERT. Le Québec devrait investir dans l'innovation pour la production d'énergie et diversifier son approvisionnement.

Célébrer l'échec est stupide!

23/05/2024 | Dominic Gagnon

EXPERT INVITÉ. Il ne faut pas célébrer l’échec rapide d’une start-up, mais plutôt un échec qui fournit un apprentissage.