Six souhaits pour le secteur du détail en 2024

Publié le 10/01/2024 à 10:30, mis à jour le 10/01/2024 à 16:42

Six souhaits pour le secteur du détail en 2024

Publié le 10/01/2024 à 10:30, mis à jour le 10/01/2024 à 16:42

Soyons courtois envers la main-d'oeuvre du secteur. (Photo: 123RF)

EXPERT INVITÉ. Le temps des fêtes est maintenant derrière nous et vient le moment de dresser la liste des bonnes résolutions pour cette nouvelle année. L’avez-vous fait? De mon côté pas encore, mais j’ai fait l’exercice de préparer ma liste de souhaits pour le secteur du commerce au détail. La voici!

 

1. Plus de commerce circulaire dans notre quotidien, en mettant en place un modèle économique axé sur la réutilisation, la réparation, la remise à neuf et le recyclage des produits afin de prolonger leur durée de vie et de réduire les déchets. Notre province montre un intérêt croissant pour le développement durable et la promotion de l’économie circulaire. D’ailleurs, des initiatives locales, des programmes gouvernementaux et des actions individuelles sont mis en place pour encourager la réduction des déchets, la réutilisation des produits et la promotion de l’économie circulaire.

 

2. Atténuons la pénurie d’emplois dans notre secteur. Avec près de 29 000 postes manquants — soit 12% des pénuries d’emploi du Québec —, le manque de main-d’œuvre se fait sentir tous les jours dans nos commerces. Écoutons les jeunes et attirons-les vers le commerce de détail au Québec. Il est crucial d’offrir une expérience unique, de miser sur la technologie, de promouvoir la durabilité et d’être à l’écoute de leurs besoins et de leurs préoccupations.

Donnons plus de place à nos ainées qui désirent travailler. Aujourd’hui, 4% de la main-d’œuvre dans l’industrie du détail est composée de travailleurs de plus de 65 ans. De plus, la majorité des personnes aînées en emploi (56%) travaillent à temps plein. Parmi ces dernières, la plus forte proportion des travailleurs autonomes se retrouvent auprès des personnes âgées de 65 ans, soit 37%.

 

3. Améliorer et investir dans nos programmes de formation. La formation dans le commerce de détail au Québec est un investissement stratégique qui contribue en permanence à l’amélioration des performances individuelles et organisationnelles, à l’adaptation aux changements du marché et à la satisfaction globale de la clientèle. Les raisons pour lesquelles la formation est cruciale dans le commerce de détail au Québec sont nombreuses: adaptation aux nouvelles technologies, amélioration des compétences des employés, service à la clientèle de qualité, gestion, motivation et rétention du personnel, conformité aux réglementations, compétitivité sur le marché, etc.

 

4. Sensibiliser la clientèle à l’importance de la courtoisie et du respect en magasin. Le personnel des commerces est exposé quotidiennement à de nombreux consommateurs qui font preuve d’impatience, d’agressivité, de violences verbales, de sexisme, de menaces de violence physique, de manque de respect et de harcèlement.

Nous devons protéger la main-d’œuvre actuelle. Un seul acte d’agression peut entraîner des conséquences dévastatrices sur une carrière. Rappelons-nous que sans employé, il n’y a pas de magasin. Il est donc essentiel de mettre fin à ces fâcheuses situations, malheureusement en croissance.

 

5. Agir rapidement pour contrer le vol à l’étalage. Devant une inflation particulièrement élevée depuis 2021, le vol à l’étalage est un fléau de plus en plus présent. Cette réalité est bien présente au Québec. En 2022, le nombre de vols à l’étalage d’une valeur marchande de plus de 5000$ a bondi, avec une hausse de plus de 90% par rapport à 2021.

 

6. Valoriser nos détaillants locaux et l’économie de proximité. Cette recommandation est logique, des points de vue économique et environnemental. À ce titre, les initiatives comme «Les Produits du Québec» (LPQ) sont louables et devraient continuer à être développées activement. L’année 2023 a d’ailleurs vu naitre «Le vendredi fou d’ici», initiative commune de LPQ et du CQCD.

 

Au-delà de toutes ces bonnes intentions, je vous souhaite une splendide année 2024, rempli de santé et de réussites professionnelles.

Bonne année à tous!

À propos de ce blogue

Damien Silès est directeur du Conseil québécois du commerce de détail depuis janvier 2023. Doté d’une solide formation en commerce international, Damien Silès occupait depuis 2014 le poste de directeur général du Quartier de l’innovation de Montréal. Il a auparavant été, pendant six ans, directeur général de la Société de développement social de Ville-Marie, premier courtier social en Amérique du Nord, qu’il a fondée en 2008. L’action qu’il a menée à la barre de cet organisme a été saluée par les médias et lui a valu d’être nommé à deux reprises Personnalité de la semaine La Presse-Radio-Canada (février 2011 et juin 2013). De 2002 à 2008, il a également été directeur du membership et des ventes à la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, poste qui lui a permis de tisser de solides relations avec le milieu des affaires québécois.

Damien Silès

Sur le même sujet

Une politique ESG des commerces, illusion ou nécessité?

Mis à jour le 15/05/2024 | Damien Silès

EXPERT. Les commerçants doivent s'adapter à la pression réglementaire et à la demande croissante des consommateurs.

Les ventes en gros au Canada en baisse de 1,1% en mars

Les ventes en gros au pays ont chuté de 1,1% à 81,4 milliards de dollars en mars.

Blogues similaires

Trois actions pour une réelle transition énergétique

06/05/2024 | Pierre Graff

EXPERT. Le Québec devrait investir dans l'innovation pour la production d'énergie et diversifier son approvisionnement.

Félicitations, une start-up vous copie

16/05/2024 | Dominic Gagnon

Découvrir qu’une autre entreprise fait la même chose que vous n'est pas négatif, bien au contraire!