Innovation et commerce de détail: un mariage réussi

Publié le 13/04/2023 à 09:00

Innovation et commerce de détail: un mariage réussi

Publié le 13/04/2023 à 09:00

Le commerce de détail emploie près d’un demi-million de personnes au Québec et génère 163 milliards de dollars de vente par année. (Photo: 123RF)

EXPERT INVITÉ. On me demande souvent, pourquoi je suis passé du Quartier de l’innovation de Montréal au Conseil québécois du commerce de détail. La réponse est simple, ce secteur d’activité qui emploie près d’un demi-million de personnes au Québec, génère 163 milliards de dollars de vente par année et représente 6,3% du PIB québécois, connaît des transformations structurelles.

L’innovation est partout, de Saguenay à Thedford Mines en passant par la Gaspésie et l’Abitibi-Témiscamingue! On ne parle plus de virage numérique, mais bien de changements majeurs dans notre quotidien, dans nos habitudes et dans notre façon d’acheter. 

On ne peut que constater la vitesse foudroyante avec laquelle de nouveaux paradigmes se sont installés dans l’univers du commerce de détail. Aujourd’hui, les personnes qui achètent se déplacent significativement moins vers des lieux d’achats physiques, une réalité que la pandémie a considérablement accentuée. La part de marché du commerce en ligne a augmenté significativement ces deux dernières années passant de 41% en 2020 à 48% en 2022.

De leur côté, les ventes réalisées par les marchands québécois ont diminué de 25% en 2020 à 19% en 2022 et stagnent pour les autres marchands, selon une enquête de l’Académie de la transformation numérique. La pandémie de COVID-19 explique en partie l’accélération de ce phénomène qui a entrainé de nouvelles façons de vivre et de consommer. Il n’est plus rare de commander des vêtements en ligne et qu’ils soient prêts pour essayage le lendemain dans votre magasin.

Les changements sont aussi d’ordre technologique. Que vous fassiez votre épicerie ou votre plein d’essence, l’intelligence artificielle est présente dans notre quotidien, tel aux caisses intelligentes, lors du balayage d’un code-barre, ou au moment de payer par carte.

Les détaillants doivent gérer des stocks de marchandises dans un contexte concurrentiel face au commerce en ligne et la nécessité de réduire les GES. L’intelligence artificielle est un outil essentiel qui les aide à maximiser leurs stocks et à les gérer en temps réel.

De nouvelles plateformes telles que celle de Marketplace voient le jour et permettent aux commerçants d’écouler non seulement leurs stocks invendus dans tout le Québec, mais également d’échanger de nombreux services entre eux. 

Définitivement l’innovation touche tous les sous-secteurs du commerce du détail — vente de vêtements, meubles, pharmacies, électroménagers, etc. — de l’ensemble des régions du Québec. 

 

De nombreux défis

Si la créativité et l’innovation sont au rendez-vous, les défis ne manquent pas dans l’industrie. Trois enjeux économiques prioritaires requièrent mon attention: la pénurie de main-d’œuvre, les frais de cartes de crédit et les aspects environnementaux du commerce.

Ce n’est pas un secret de dire que notre population vieillit très vite, trop vite, et que le taux de postes vacants a atteint de nouveaux sommets, soit près de 29 000 emplois chez les détaillants. 

Pourtant, des solutions existent. Pensons à la main-d’œuvre étrangère qui pourrait contribuer plus rapidement si le traitement de leur dossier et leur intégration s’accéléraient. L’aide pourrait aussi venir des travailleurs âgés, pour qui un assouplissement des règles fiscales permettrait de mettre en valeur leur expérience tout en respectant leur disponibilité. Il importe aussi de bonifier l’aide à l’investissement pour la transition vers les nouvelles technologies, améliorant du même coup la productivité des détaillants. Toutes ces solutions sont possibles, mais nécessitent des actions efficaces de la part des décideurs publics.

Ensuite, il faut continuer d’alléger les frais de carte de crédit au Canada, qui se classent parmi les plus élevés de tous les pays développés. Cette situation est rendue d’autant plus problématique par le recul de l’utilisation de l’argent comptant, ce qui provoque une hausse des coûts chez les détaillants et chez les consommateurs. Obliger les émetteurs de carte de crédit à réduire les frais d’interchange à 0,5%, comme en Europe, serait un geste concret pour soutenir les détaillants québécois et des autres provinces. Réclamée depuis de nombreuses années, une réduction vient d’être annoncée lors du dépôt du budget fédéral, toutefois le taux reste encore très élevé.

 

Lire aussi: Budget fédéral - Mastercard et Visa offrent un répit aux petites entreprises

La pandémie et la crise climatique doivent entraîner des changements majeurs dans nos habitudes de consommation. L’achat local, responsable et circulaire est plus que pertinent pour répondre concrètement et rapidement à ces défis planétaires. Des initiatives gouvernementales ont d’ailleurs vu le jour, Le Panier Bleu ou encore la certification Les Produits du Québec. Notre modèle doit davantage s’orienter vers l’économie locale et l’achat responsable, tant pour la santé des détaillants que pour celle de l’environnement. 

Les défis ne manquent pas et l’innovation apportera, j’en suis convaincu, beaucoup de réponses et de solutions!

On me demande souvent, pourquoi je suis passé du Quartier de l’innovation de Montréal au Conseil québécois du commerce de détail. La réponse est simple, ce secteur d’activité qui emploie près d’un demi-million de personnes au Québec, génère 163 milliards de dollars de vente par année et représente 6,3% du PIB québécois, connaît des transformations structurelles. L’innovation est partout, de Saguenay à Thedford Mines en passant par la Gaspésie et l’Abitibi-Témiscamingue! On ne parle plus de virage numérique, mais bien de changements majeurs dans notre quotidien, dans nos habitudes et dans notre façon d’acheter.
On ne peut que constater la vitesse foudroyante avec laquelle de nouveaux paradigmes se sont installés dans l’univers du commerce de détail. Aujourd’hui, les personnes qui achètent se déplacent significativement moins vers des lieux d’achats physiques, une réalité que la pandémie a considérablement accentuée. La part de marché du commerce en ligne a augmenté significativement ces deux dernières années passant de 41% en 2020 à 48% en 2022. De leur côté, les ventes réalisées par les marchands québécois ont diminué de 25% en 2020 à 19% en 2022 et stagnent pour les autres marchands, selon une enquête de l’Académie de la transformation numérique. La pandémie de COVID-19 explique en partie l’accélération de ce phénomène qui a entrainé de nouvelle façon de vivre et de consommer. Il n’est plus rare de commander des vêtements en ligne et qu’ils soient prêts pour essayage le lendemain dans votre magasin. 
Les changements sont aussi d’ordre technologique. Que vous fassiez votre épicerie ou votre plein d’essence, l’intelligence artificielle est présente dans notre quotidien, tel aux caisses intelligentes, lors du balayage d’un code-barre, ou au moment de payer par carte. 
Les détaillants doivent gérer des stocks de marchandises dans un contexte concurrentiel face au commerce en ligne et la nécessité de réduire les GES. L’intelligence artificielle est un outil essentiel qui les aide à maximiser leurs stocks et à les gérer en temps réel.
De nouvelles plateformes telles que celle de Marketplace voient le jour et permettent aux commençants d’écouler non seulement leurs stocks invendus dans tout le Québec, mais également d’échanger de nombreux services entre eux.
Définitivement l’innovation touche tous les sous-secteurs du commerce du détail — vente de vêtements, meubles, pharmacies, électroménagers, etc. — de l’ensemble des régions du Québec.
 Toutefois, si la créativité et l’innovation sont au rendez-vous, les défis ne manquent pas dans l’industrie. Trois enjeux économiques prioritaires requièrent mon attention; la pénurie de main-d’œuvre, les frais de cartes de crédit et les aspects environnementaux du commerce. 
Ce n’est pas un secret de dire que notre population vieillit très vite, trop vite, et que le taux de postes vacants a atteint de nouveaux sommets, soit près de 29 000 emplois chez les détaillants.
Pourtant, des solutions existent. Pensons à la main-d’œuvre étrangère qui pourrait contribuer plus rapidement si le traitement de leur dossier et leur intégration s’accéléraient. L’aide pourrait aussi venir des travailleurs âgés, pour qui un assouplissement des règles fiscales permettrait de mettre en valeur leur expérience tout en respectant leur disponibilité. Il importe aussi de bonifier l’aide à l’investissement pour la transition vers les nouvelles technologies, améliorant du même coup la productivité des détaillants. Toutes ces solutions sont possibles, mais nécessitent des actions efficaces de la part des décideurs publics.
Ensuite, il faut continuer d’alléger les frais de carte de crédit au Canada, qui se classent parmi les plus élevés de tous les pays développés. Cette situation est rendue d’autant plus problématique par le recul de l’utilisation de l’argent comptant, ce qui provoque une hausse des coûts chez les détaillants et chez les consommateurs. Obliger les émetteurs de carte de crédit à réduire les frais d’interchange à 0,5%, comme en Europe, serait un geste concret pour soutenir les détaillants québécois et des autres provinces. Réclamée depuis de nombreuses années, une réduction vient d’être annoncée lors du dépôt du budget fédéral, toutefois le taux reste encore très élevé.
La pandémie et la crise climatique doivent entrainer des changements majeurs dans nos habitudes de consommation. L’achat local, responsable et circulaire est plus que pertinent pour répondre concrètement et rapidement à ces défis planétaires. Des initiatives gouvernementales ont d’ailleurs vu le jour, Le Panier Bleu ou encore la certification Les Produits du Québec. Notre modèle doit davantage s’orienter vers l’économie locale et l’achat responsable, tant pour la santé des détaillants que pour celle de l’environnement.
Les défis ne manquent pas et l’innovation apportera, j’en suis convaincu, beaucoup de réponses et de solutions!

À propos de ce blogue

Damien Silès est directeur du Conseil québécois du commerce de détail depuis janvier 2023. Doté d’une solide formation en commerce international, Damien Silès occupait depuis 2014 le poste de directeur général du Quartier de l’innovation de Montréal. Il a auparavant été, pendant six ans, directeur général de la Société de développement social de Ville-Marie, premier courtier social en Amérique du Nord, qu’il a fondée en 2008. L’action qu’il a menée à la barre de cet organisme a été saluée par les médias et lui a valu d’être nommé à deux reprises Personnalité de la semaine La Presse-Radio-Canada (février 2011 et juin 2013). De 2002 à 2008, il a également été directeur du membership et des ventes à la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, poste qui lui a permis de tisser de solides relations avec le milieu des affaires québécois.

Damien Silès

Sur le même sujet

Une politique ESG des commerces, illusion ou nécessité?

Mis à jour le 15/05/2024 | Damien Silès

EXPERT. Les commerçants doivent s'adapter à la pression réglementaire et à la demande croissante des consommateurs.

Les ventes en gros au Canada en baisse de 1,1% en mars

Les ventes en gros au pays ont chuté de 1,1% à 81,4 milliards de dollars en mars.

Blogues similaires

Qui a tué le capital de risque au Canada?

27/05/2024 | Pierre Graff

Le désinvestissement de nos grands fonds institutionnels est-il responsable des problèmes de financement au pays?

Célébrer l'échec est stupide!

23/05/2024 | Dominic Gagnon

EXPERT INVITÉ. Il ne faut pas célébrer l’échec rapide d’une start-up, mais plutôt un échec qui fournit un apprentissage.