10 astuces pour attirer (et retenir) la jeune main-d'oeuvre

Publié le 11/10/2023 à 16:00

10 astuces pour attirer (et retenir) la jeune main-d'oeuvre

Publié le 11/10/2023 à 16:00

Restez à jour avec les tendances et les préférences des jeunes pour adapter continuellement votre approche et maintenir l’attrait de votre commerce de détail auprès de futurs employés. (Photo: 123RF)

EXPERT INVITÉ. Je viens d’embaucher trois personnes au Conseil québécois du commerce de détail et toutes ont moins de 35 ans. Quel ne fut pas mon chemin de croix avant d’y arriver! Je ne peux m’empêcher de faire le parallèle avec mon secteur. En effet, même si le commerce de détail demeure le premier employeur privé au Québec avec près de 500 000 employés, force est de constater que 29 000 personnes manquent à l’appel! 

Dans mon dernier article de blogue, je vous parlais des sourires échangés par nos aînés, ainsi que de leur retour sur le marché du travail. Mais qu’en est-il des jeunes, plus particulièrement des 25-35 ans? Pourquoi ne sont-ils plus au rendez-vous? 

Pour rendre le secteur plus attrayant pour les jeunes au Québec, il est essentiel de comprendre leurs besoins, leurs préférences et leurs comportements. 

Voici dix stratégies qui pourraient contribuer à attirer les futurs employés vers vos entreprises. 

1. Mettre de l’avant les possibilités d’apprentissage et de développement professionnel, notamment avec de la formation continue, des programmes de mentorat et des opportunités de croissance au sein de l’entreprise;

2. Proposer des horaires flexibles. Les jeunes apprécient souvent la flexibilité à cet égard. Offrez des horaires adaptés aux besoins des étudiants ou à d’autres engagements personnels;

3. Mettre de l’avant la technologie en intégrant des technologies modernes dans le processus de vente au détail, telles que des applications mobiles pour faciliter les achats, la réalité augmentée ou virtuelle, pour une expérience client améliorée;

4. Valoriser la diversité et l’inclusion en montrant votre engagement à cet effet en mettant de l’avant une culture d’entreprise inclusive et en promouvant la diversité au sein de l’équipe;

5. Proposer des avantages attrayants tels que des remises sur les produits, des assurances, des régimes de retraite ou d’autres avantages sociaux pour attirer et retenir les jeunes talents;

6. Créer un environnement de travail plaisant en veillant à ce que le lieu de travail soit accueillant et agréable, avec des espaces de repos, une atmosphère et une équipe bienveillante;

7. Mettre de l’avant la responsabilité sociale de votre entreprise en montrant comment votre commerce s’engage dans des initiatives sociales et environnementales. Les jeunes sont souvent sensibles aux entreprises qui ont des répercussions positives sur la société;

8. Utiliser les médias sociaux pour promouvoir vos offres d’emploi et votre culture d’entreprise. Les jeunes sont souvent actifs en ligne, alors assurez-vous d’être présent sur les réseaux sociaux pertinents;

9. Impliquer les jeunes dans la prise de décision en les faisant participer au processus décisionnel de l’entreprise. Leur point de vue peut apporter des idées fraîches et novatrices;

10. Établir des partenariats avec des écoles et des universités en collaborant avec des établissements pour proposer des stages, des programmes de formation ou des opportunités d’emploi aux étudiants. 

Au-delà des programmes de gestion de commerces dans plusieurs cégeps, le Québec a la chance de disposer de la seule école de commerce de détail, soit l’École Bensadoun de commerce au détail, qui forme et outille un réseau international de penseurs et de spécialistes interdisciplinaires qui, grâce à leurs recherches et à leurs efforts de conception et de modélisation, contribueront au succès du secteur. Est-ce suffisant? Poser la question, c’est y répondre!

Pour attirer les jeunes vers le commerce de détail au Québec, il est crucial d’offrir une expérience unique, de miser sur la technologie, de promouvoir la durabilité et d’être à l’écoute de leurs besoins et préoccupations. Restez à jour avec les tendances et les préférences des jeunes pour adapter continuellement votre approche et maintenir l’attrait de votre commerce de détail auprès de futurs employés.

À propos de ce blogue

Damien Silès est directeur du Conseil québécois du commerce de détail depuis janvier 2023. Doté d’une solide formation en commerce international, Damien Silès occupait depuis 2014 le poste de directeur général du Quartier de l’innovation de Montréal. Il a auparavant été, pendant six ans, directeur général de la Société de développement social de Ville-Marie, premier courtier social en Amérique du Nord, qu’il a fondée en 2008. L’action qu’il a menée à la barre de cet organisme a été saluée par les médias et lui a valu d’être nommé à deux reprises Personnalité de la semaine La Presse-Radio-Canada (février 2011 et juin 2013). De 2002 à 2008, il a également été directeur du membership et des ventes à la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, poste qui lui a permis de tisser de solides relations avec le milieu des affaires québécois.

Damien Silès

Sur le même sujet

Les détaillants luttent pour se démarquer

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Les détaillants québécois ont enregistré des ventes de 177,6 G$ en 2023, selon Statistique Canada.

Des coûts difficiles à contrôler pour les commerçants

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Les détaillants doivent conjuguer avec plusieurs facteurs déstabilisants.

OPINION La main-d'oeuvre reste un défi pour les détaillants
Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne
Trois stratégies pour rendre son commerce plus attrayant
Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne
Des clients avides de rabais
Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

Blogues similaires

Trois actions pour une réelle transition énergétique

06/05/2024 | Pierre Graff

EXPERT. Le Québec devrait investir dans l'innovation pour la production d'énergie et diversifier son approvisionnement.

Célébrer l'échec est stupide!

23/05/2024 | Dominic Gagnon

EXPERT INVITÉ. Il ne faut pas célébrer l’échec rapide d’une start-up, mais plutôt un échec qui fournit un apprentissage.