Inspirons-nous des entrepreneurs musulmans

Publié le 09/12/2016 à 06:11

Inspirons-nous des entrepreneurs musulmans

Publié le 09/12/2016 à 06:11

[123rf.com]

Depuis une dizaine d’années, je me suis beaucoup intéressé à la question du racisme en affaires. D’abord, comme professeur de marketing, au racisme dont certains font preuve en tant que consommateurs.


Puis plus tard, comme professeur d’entrepreneuriat et d’innovation, au racisme dont sont parfois victimes les entrepreneurs issus de minorités ethniques et culturelles.


Il faut vivre sous une roche pour ne pas percevoir que, s’il y a un groupe davantage victime que les autres de ce racisme, c’est bien celui, un peu fourre-tout, des musulmans.


Une campagne électorale vient d’être gagnée par la personnalité de l’année de Time Magazine en cassant du sucre sur leur dos, avec celui des Hispaniques et, plus précisément, des Mexicains.


Pour ma part, si j’ai des préjugés à l’égard des musulmans, ils sont depuis longtemps positifs. De façon générale – car, encore une fois, parler des musulmans comme d’une seule gang serait un peu comme de parler des chrétiens comme d’un seul groupe alors que les catholiques québécois n’ont pas grand-chose à voir avec les baptistes de l’Utah ou les amish de la Pennsylvanie – les musulmans que je connais forment des communautés tissées serrées, fondées sur l’entraide, la collaboration et l’assistance à son prochain.


Et tout ça transparaît dans leurs comportements entrepreneuriaux.


J’ai participé récemment à un Forum de l’entrepreneuriat organisé par le gouvernement égyptien en vue d’y développer et encourager la création là-bas de start-ups prometteuses. On y avait réuni une douzaine de projets entrepreneuriaux, triés sur le volet au sein des écoles secondaires, écoles vocationnelles (l’équivalent de nos Cégeps) et universités.


J’ai été époustouflé par l’intérêt de la jeunesse égyptienne et musulmane à vouloir régler de réels problèmes sociaux, faire une différence, et prêter main-forte à des gens qui en ont besoin.


L’entreprise qui a remporté la palme est le projet d’un père ayant un enfant autiste, qui a réalisé que les jouets et autres outils permettant de stimuler son fils afin de limiter l’impact de sa maladie sur son développement coûtaient terriblement cher, trop cher pour un Égyptien moyen. Il a donc créé une firme qui commercialise, pour une fraction du prix, des jouets et outils comparables, réalisés dans des matériaux beaucoup moins chers.


L’entreprise qui a terminé deuxième est l’application HelpU qui met en relation des réfugiés syriens qui cherchent un peu d’aide pour différents aspects de leur vie courante (l’inscription des enfants à l’école ou trouver un logement, par exemple), avec des gens qui sont prêts à les aider. Un genre de Tinder qui met en relation bénévoles et réfugiés.


Le troisième projet gagnant est une solution très peu coûteuse afin d’attirer et capturer les moustiques porteurs de la malaria.


Et la liste continue.


Tous les projets avaient une portée sociale ou écologique importante. Des start-ups promises à un bel avenir.


Les Québécois ne sont pas forcément à plaindre en matière d’entrepreneuriat social. Les Give-a-Seat, les fermes Lufa ou la Tablée des Chefs, pour ne nommer que ceux-là, montrent la voie avec brio.


Mais je demeure persuadé que si tout le pouvoir créatif et entrepreneurial québécois était un peu plus aiguillé vers la résolution de problèmes sociaux et environnementaux, à l’instar de ce que font nos amis musulmans, on attendrait sans doute moins longtemps aux urgences, nos écoles seraient mieux entretenues et je suis persuadé que moins d’enfants seraient affamés et que moins de personnes âgées souffriraient de solitude… sans compter tous les nids-de-poule et autres ponts décrépits que nous aurions en moins.

À propos de ce blogue

Aux missions de recherche théorique et appliquée des universités s’ajoute désormais une mission de création de valeur pour la société. Grâce à nos recherches, nos données sur l’entrepreneuriat, grâce aux histoires des entrepreneurs que nous accompagnons, de même qu’aux voyages que nous réalisons chaque année avec nos étudiants dans les endroits les plus réputés pour leur culture entrepreneuriale, nous offrirons, deux fois par mois, un regard critique sur ce qui se fait ici (et ailleurs) en termes d’entrepreneuriat, repreneuriat et gestion des familles en affaires. Dans cette chronique, nous partagerons au grand public notre point de vue sur l’actualité entrepreneuriale québécoise.

Sur le même sujet

Un projet pharaonique de Bombardier... en Égypte

12/07/2017 | François Remy

Un contrat potentiel de 4 milliards $ pour un métro au Caire que l'entreprise ne souhaite pas trop commenter.

Egypte: les islamistes annulent des manifestations craignant des violences

18/08/2013

Les islamistes ont annulé plusieurs de leurs manifestations prévues dimanche contre le coup militaire en ...